• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MUSIQUE

Hattone Bakarah sort un nouvel EP : « Veni Vidi Vici »

Marlene CLEOMA (m.cleoma@agmedias.fr) Dimanche 28 Novembre 2021 - 12h17
Hattone Bakarah sort un nouvel EP : « Veni Vidi Vici »

Petit, il voulait être footballeur. Un rêve qu'il va toucher du doigt en entrant en sport études puis en jouant pour Meaux Seine-et-Marne en région Île-de-France. Mais très vite le jeune Jean-Christophe, alias Hattone Bakarah va se rendre compte que ce n’est pas depuis le rond central qu’il réussira à s’exprimer mais bien avec le micro dans un studio.

 Hattone Bakarah est né à Montreuil en Seine-Saint-Denis Denis d’une mère Guyanaise et d’un père Martiniquais. Il fait ses premiers pas dans le rap en 1996 inspiré par MC Solaar, Oxmo Puccino ou encore Time Bomb : « Je me suis essayé maladroitement mais j’ai essayé. À l’époque rapper c’était une tendance, on avait l’impression d’avoir quelque chose en plus » se souvient-il.

Très vite il reprend les codes traditionnels du rap de l’époque. Dans ses chansons, le rappeur aborde divers sujets de société mais aussi son vécu. « Le spirituel était très important pour moi à cette époque et aujourd’hui également » explique celui qui aime mettre les mots à l’honneur.

S’il nourrit des rêves dans la musique, Hattone Bakarah veut aussi être footballeur professionnel. « J’avais envie de faire quelque chose. J’avais du potentiel, je suis parti en sport études dans le but de devenir professionnel » racontet-il encore. Mais à l’âge de 15 ans, voyant que le rêve de devenir footballeur s’éloigne Hattone s’adapte et va se consacrer un peu plus à la musique.

Il fera une cinquantaine de scènes dans l’hexagone pour des premières parties de concert dont celle de Marcel Boungou (chanteur français de gospel) dans la mythique salle du Bataclan. Mais également des scènes en Suisse ou encore aux USA.

Entre temps Jean-Christophe sortira deux EP, « Fini l’temps du bad » et « Spirituel connexion » successivement en 2002 et 2003.

Mais là aussi Hattone Bakarah va faire les frais de la vie parfois difficile de la musique. Il décide donc de mettre celle-ci de côté mais toujours en arrière-plan. « J’ai dû faire des choix, car il fallait manger, payer les factures. La musique était moins une priorité car ce n’est pas un monde facile qui rapporte de suite. Il faut s’accrocher. C’est une passion avant tout et tant mieux si on arrive à joindre l’utile à l’agréable mais ce n’est pas toujours évident. Donc j’ai mis la musique de côté sans pour autant tirer un trait. Et de me consacrer à mon métier de la protection des enfants mineurs délinquant jusqu’à aujourd’hui ».

En 2013, l’artiste ressent le besoin de revenir aux sources sur les terres de sa mère. « Je connaissais déjà la Guyane car j’étais déjà venueen vacances mais j’ai vraiment découvert le territoire lorsque je suis venu m’y installer. »
« Veni Vidi Vici »

Depuis le 13 novembre le public a découvert le troisième projet du « parolier » comme il se décrit lui-même. Un EP de cinq titres dans lequel Hattonne Bakarah délivre un message positif avec des textes percutants. « Veni Vidi Vici est un état d’esprit car il faut toujours faire face aux obstacles, aux difficultés et maintenir une posture de winner. Comme j’aime le dire, soit je gagne, soit j’apprends ».

Les titres sont disponibles sur toutes les plateformes de téléchargement légal.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Musique

intégration d'un live (test)

Lundi 15 Novembre 2021

A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos