France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Fanswa Ladrezeau à The Voice : « J'ai voulu faire passer des émotions »

Propos recueillis par Karel CLOTAIRE (FA Guadeloupe) Lundi 25 Mars 2019 - 19h09
Fanswa Ladrezeau à The Voice : « J'ai voulu faire passer des émotions »

Carton plein pour Fanswa Ladrezeau à The Voice, le célèbre télé-crochet de TF1. Devant 4 945 000 téléspectateurs, le leader vocal du groupe Akiyo a donné, samedi soir, une belle visibilité au gwoka. Sa prestation a séduit les coaches qui se sont tous retournés. C'est avec Soprano que Fanswa Ladrezeau va poursuivre l'aventure.

Vous attendiez-vous à ce que les quatre coaches se retournent ?
Comme j'ai toujours dit, je n'étais pas prévu dans l'aventure. Pour moi, c'était une opportunité pour donner une visibilité à la Guadeloupe et au gwoka. Si les quatre fauteuils se sont retournés, cela prouve que cette musique est puissante, qu'elle a quelque chose de particulier. Mon passage à The Voice, c'était pour mettre en avant le gwoka et je pense que tous les Guadeloupéens et Guadeloupéennes prendront conscience que cette musique, il faut la chouchouter, la chérir et surtout la transmettre. Par le biais de The Voice, il s'agissait pour moi de faire de la transmission.
Pourquoi le choix de la chanson An pa kay ?
Au départ j'avais prévu une autre chanson mais j'ai bifurqué ensuite sur An pa kay, car ce morceau parle d'un jeune homme qui refuse d'aller dans une autre commune de la Guadeloupe parce qu'il ne s'y sent pas à l'aise. La symbolique du morceau c'est de dire que, quand les migrants partent de chez eux à cause de problèmes et vont ailleurs, ils sont rejetés. Ils sont confrontés à la xénophobie et au racisme et ils sont maltraités. On est étranger dès qu'on se déplace de chez soi. On se sent toujours étranger avec des individus négatifs.
Pas besoin de chanter en français et en anglais. Même en créole vous avez su toucher les quatre membres du jury...
C'est là où je dis que la musique touche tout le monde. Qu'on la comprenne ou pas, on la ressent. J'ai vraiment voulu faire passer des émotions. Les quatre fauteuils se retournent, la Guadeloupe est contente, notamment les musiciens de gwoka.
Votre prestation a été grandement saluée sur les réseaux sociaux. Que ressentez-vous ?
Je suis content et je dis merci à tout le monde. Merci à toute la Guadeloupe, à toute la diaspora et à tous ceux qui aiment la musique. Je dis merci, surtout aux ancêtres, à mes proches et au Mouvman kiltirèl Akiyo.

√ Sa prestation en vidéo à revoir ici sur le site de The Voice

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème

Gifta : Unstoppable

Mardi 4 Juin 2019

Dasinga : Faker

Vendredi 31 Mai 2019

Saïna Manotte : To pa té la

Vendredi 31 Mai 2019

A la une
4 commentaires
2 commentaires