France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MUSIQUE

Bryan, wicked dj !

Propos recueillis par Pierre Rossovich Jeudi 1 Août 2019 - 03h05
Bryan, wicked dj !
DJ Bryan, créateur du Dawg Riddim - DR

Réservez votre weekend ! La fête de Macouria aura lieu de vendredi à dimanche. Demain soir, Dj Bryan sera sur scène avant Jahyanai et Bamby . Le dj/producteur vient de sortir le D.A.W.G Riddim, un an après le B Vybz Riddim. Interview d'un Guyanais en pleine ascension.

Qui est DJ Bryan ?

Bryan Azer, alias DJ Bryan, 27 ans, originaire de Matoury, quartier Maya. J’ai débuté dans la musique très jeune. Je pouvais m’enfermer dans ma chambre pendant deux jours pour mixer… J’ai vraiment débuté avec le « Allayons Sound » avec DJ Xaxou, Vybz MF, Coumba et Dannick. On était les poulains du Juice Xplosion de DJ Travis. Gifta nous a donné la force aussi. J’ai ensuite été repéré par Franck Pastor qui m’a fait mixer en boîte. En 2010, on a lancé les soirées Bryan et Gifta tous les vendredis au Lido Night. Puis les soirées US vs Dancehall tous les dimanches au Guest avec Creeks Mx, DJ Viv, Gifta et moi. Aujourd’hui, j’opère avec mes frérots dans le crew le TNS (Team No Sleep) avec DJ Xaxou, El Wayne, Jicike et Coumba.

Les débuts

J’ai débuté sur Virtual DJ (logiciel de mixage musical et vidéo, ndlr). Je connaissais le logiciel comme ma poche. Ça a fait beaucoup de controverses. Certains DJ’s le voyaient d’un mauvais œil, car eux mixaient sur platines. On me reprochait de mixer sur ordinateur. J’ai eu la chance de pouvoir m’exprimer au Lido Night sur Virtual DJ. Je me suis fait accepter comme ça. Et puis j’ai voulu évoluer, repousser certaines limites et ainsi passer sur platines. Je me suis entraîné chez moi sans rien dire à personne, pour enfin m’exprimer sur ce nouveau support.

Le départ pour l’Hexagone

En 2012, j’ai dû faire le grand saut et partir à Paris après avoir obtenu mon DUT (Diplôme universitaire de technologie, ndlr) à l’IUT de Kourou. Je suis reparti de zéro. Avec mon ordi, j’ai réussi à mixer dans les plus grosses soirées caribéennes de France : la Fête de Cayenne à Paris, le carnaval de Bordeaux et de Toulouse, le Spring Break… J’ai mixé dans les plus grosses boîtes parisiennes, en Hollande, en Irlande, en Espagne…

Son « vrai » métier

J’ai toujours poursuivi mes études à côté de la musique. J’ai eu une licence puis un master 2. Aujourd’hui, je suis ingénieur en télécommunications. Être DJ m’a aidé à manger quand j’étais étudiant. Grâce à la musique, je n’ai pas été obligé de trouver un job à côté.

Le passage à la production

J’ai passé le cap il y a deux ans. Beaucoup d’artistes me demandaient mon avis sur leurs sorties. Avec Jiciké, on a monté le projet B-Vybz riddim. Cela a pris du temps car on a tout fait de A à Z. F-Side et moi avons collaboré à la création de l’instrumental, inspirée du Get Mad Now riddim, mon riddim favori. Chani Man, Poplane, Chinee Queen, Lion P, Jahsik, Jiciké et Pompis m’ont tout de suite fait confiance. Kalash également. J’étais content car c’était son premier morceau en créole guyanais. Le projet est sorti il y a un an et a fait un gros bruit. Aujourd’hui, on est à plus de 5 millions de vues sur YouTtube. Pour mon second projet j’ai sollicité quasiment les mêmes artistes pour continuer la story.

D.A.W.G Riddim avec Pompis, Chani Man, Jiciké, Poplane, Jashik et Blaiz Fayah et bientôt Kalash - DR

D.A.W.G (Dat A Wicked Gang) Riddim

À nouveau composé par F-Side, Israël Rinaldo et moi. Le tracklist comprend Pompis, Chani Man, Jiciké, Poplane, Jashik et Blaiz Fayah. Je travaille avec deux ingénieurs du son guyanais Israël Rinaldo et Mike Joachim. Mistashab de Biwa studio a enregistré les artistes en Guyane. Dawg est un acronyme pour « Dat A Wicked Gang » car le riddim est inspiré de Hit’Em Up de 2pac. Comme pour le B Vybz, la partie visuelle a été assurée par Case Noire, mais aussi Matojah et OJ Vizion. La semaine de la sortie, on a publié un clip par jour, comme une mini-série. Les clips sont connectés et montrent une cohésion entre les artistes. C’est ce qui manque dans le dancehall guyanais. Si tu es tout seul dans ton coin, tu peux être fort comme tu veux, tu n’y arrivera pas.

Kalash et… ?

Je veux donner une portée internationale au Dawg Riddim. Les titres des artistes locaux sont sortis, tout le monde a eu droit à son clip. Deux nouveaux titres vont maintenant sortir : Kalash, dans quelques jours, avec un clip tourné à Paris. Et un dernier titre qui sera une grosse surprise avec un artiste international. Ce sera le bouquet final !

La musique urbaine guyanaise

Ça va dans le bon sens. On a deux artistes, Jahyanai et Bamby, qui pètent partout et qui ouvrent des portes. De plus en plus de DJ’s mixent dans des grosses soirées dans l’Hexagone. On a le buzz mais on aurait pu aller plus loin s’il y avait plus d’unité. Certains gangrènent la musique pour leur intérêt. Le public ne le sait pas, il faut être dans la musique pour le savoir.

Où voir DJ Bryan pendant les vacances ?

Toutes les soirées Wyh Not Event. Et bien sûr la Fête de Macouria demain soir avec un show d’une heure avec des artistes qui ont posé sur le Dawg Riddim : Poplane, Jahsik et Jiciké !







Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème

Amour Marceline : Roulé Kasé Kò

P.R. - Lundi 21 Octobre 2019

Clay Man : À l'ombre

P.R. - Jeudi 17 Octobre 2019

2 commentaires

Dj Bryan & Lion P : Uptop Boss (DAWG Riddim)

P.R. - Mardi 15 Octobre 2019

A la une
1 commentaire