France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Aminata « La nouvelle moi »

Texte et photo : Marlène Cléoma et DR  Lundi 25 Février 2019 - 11h32
Aminata « La nouvelle moi »

Auteure, Compositrice et interprete, Aminata vient de sortir son nouvel album intitulé : Renaissance. De retour en Guyane pour la promotion de celui-ci, elle a profité de son séjour pour nous dévoiler ce qui se cache derrière cette appellation.

« Renaissance ». Vous êtes une nouvelle personne aujourd’hui ?
Oui. Je reviens forte de certaines expériences de la vie personnelle et de mes expériences musicales. Aujourd’hui, j’ai plus confiance en moi et en mes choix. C’est la nouvelle moi.
Qui étiez-vous ?
J’étais très timide et très discrète. Physiquement, je ne m’assumais pas alors que maintenant, c’est tout autre chose. Je me dévoile et j’ose plus de choses. Dans le milieu de la musique, ça peut être compliqué, on peut se faire absorber, il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus, il faut faire sa place.
Que revendiquez-vous dans cet album ?
(rires) Le titre "Akro di mo zo", c’est l’histoire d’une femme qui est tellement amoureuse qu’elle en devient malade de jalousie. Elle s’imagine le pire, à chaque fois que son chéri est à l’extérieur. on en revient aux problèmes de confiance dans le couple. "Sa to lé" : cette fois-ci la femme est sûre. À un moment, je dis « c’est toujours le même 06 qui t’appelle à la même heure, tu te caches souvent pour répondre afin que je ne puisse pas entendre la conversation...il faudrait peut- être savoir ce que tu veux ». On en revient encore au manque de confiance dans le couple...
Une histoire vécue ?
Oui, mais je pense que nous sommes toutes passées par là. Ces titres, c’est pour toutes ces femmes qui n’osent pas le dire mais qui la vivent.
Que dites-vous à ces femmes ?
il faut se relever. À chaque échec, il y a une victoire derrière. Il y a une femme fatale derrière la petite cendrillon.
Et aux hommes ?
Arété pran nou pou kouyon. Pa fè nou crè. Il ne faut pas insulter l’intelligence de la femme. il faut l’aimer.
Deux titres écrits uniquement en créole, était-ce un choix ?
Non pas vraiment. c’était sur l’inspiration des compositeurs que sont Mika2G, Daniel alexandre et Caroline Rupert. Des auteurs qui aiment notre créole !

Vous qui êtes une amoureuse du carnaval, vous évoluez avec le groupe Dokonon dans l'Hexagone. Avez-vous fait touloulou lors de votre passage en Guyane...
Non ! Pas du tout ! chacun son métier. Je ne sais pas danser (rires), je suis en apprentissage..
 
 
Bio express
Née à Cayenne, Amina est issue d'une famille de musiciens, elle chante dès son plus jeune âge dans une chorale et remporte plusieurs radios crochets. Elle participera également du podium inter-lycées.  Sa passion pour le live lui permet d'évoluer dans divers groupes, notamment serious girl, un groupe de reggae féminin de Kiko Rey, mais aussi du groupe Nuan's. A Paris elle a évolué avec Wassay, Guyane Co, Tchô Péyi et Dokonon avec lequel elle évolue actuellement. 
 
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème

Sugar Kawar : Prédiction

P.R. - Mardi 19 Mars 2019

Lion P : Just do it

P.R. - Lundi 18 Mars 2019

Bassty : P*ssy Murder

P.R. - Lundi 18 Mars 2019

A la une