• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Loisirs

Tous les cinémas rouvrent... sauf en Guyane

S.de.S; S.H; P.R Mardi 23 Juin 2020 - 15h18
Tous les cinémas rouvrent... sauf en Guyane
L'Agora, fermé depuis le 17 mars - Photo d'archives FG

Après trois mois de fermeture, le circuit Elizé rouvre ses salles aujourd'hui, mercredi 24 juin. Chez nous, il faudra attendre. Jusqu'à quand ? Personne ne le sait...

 La date retenue —mercredi 24 juin— est la date de l'ouverture nationale de tous les cinémas de France. Tous ? Non, ceux de Guyane restent bien sûr fermés en attendant une amélioration de la situation sanitaire. « Cela dépend de la préfecture », nous répond laconiquement Thomas Balmelle, directeur d'exploitation régional des circuits Elizé. Au regard de la situation, l’Agora ne devrait pas rouvrir avant mi-août « dans le meilleur des cas ». En Martinique, Madiana a rouvert ce mercredi. 

Tous les cinémas de France qui rouvrent le peuvent sous réserve de remplir un cahier des charges sanitaire. « La capacité des salles a été réduite à 50 %. Il y a obligation de laisser un siège de libre entre chaque groupe de personnes », répond Thomas Balmelle.

Comprendre : on peut aller au cinéma en famille ou entre amis et s'asseoir les uns à côté des autres sans laisser d'espace. Ce n'est qu'entre personnes qui ne se connaissent pas qu'il est obligatoire de laisser un siège. Toutes les rangées peuvent être occupées.

« Ces obligations limitent certes la fréquentation, mais il est nécessaire d'en passer par là pour rassurer nos clients» , poursuit le directeur, qui nous assure que le prix des places n’augmentera pas.

Le circuit cinématographique a néanmoins quelques craintes : « Nous avons peur que les habitudes changent et que les clients ne reviennent plus de la même façon, qu'ils ne viennent plus aussi souvent. Mais nous n'avons aucune crainte sur le fait qu'ils aient envie de revenir, nous le voyons bien avec les réseaux sociaux où la demande est forte. Ça va reprendre, plus doucement dans un premier temps, mais ça va reprendre. »

Pour ce qui est du fonctionnement, le circuit garde les horaires décalés. Mais alors qu'il y avait une vingtaine de minutes entre chaque séance, il y aura désormais une demi-heure, pour permettre aux équipes de nettoyer les salles et de renouveler l'air grâce à un système puissant de ventilation. Des distributeurs de gel seront installés partout et une bande annonce rappellera les mesures de sécurité indispensables en ces temps difficiles. « Nous fonctionnerons un peu comme les centres commerciaux fonctionnent, nous faisons tout pour que les distances sociales soient respectées mais nous sommes aussi obligés de faire confiance aux clients. »

L’Agora emploie sept personnes entre l’activité cinéma et le bar pop-corn, qui sont actuellement en chômage partiel. « C’est une période difficile pour nous comme pour tout le monde, mais avec des adaptations et une bonne gestion des dépenses, on va traverser la crise », conclue Thomas Balmelle.
L’Eldorado, privé de cinéma depuis 100 jours
Cinéma associatif, L’Eldorado, à Cayenne, a fermé ses portes aux spectateurs le 15 mars, suite à la décision du préfet. « On comptait rouvrir le 22 juin, comme dans l’Hexagone, explique Serge Pastor, son propriétaire exploitant. Mais les distributeurs n’avaient pas forcément beaucoup de films à proposer… et aujourd’hui, on ne sait pas du tout quand on va rouvrir. On ne peut pas commander de films en téléchargement et en proposer. Tant qu’on n’a pas le feu vert, on vit dans une incertitude absolue. » Les distributeurs, eux, se sont pourtant récemment manifestés. Mais ils n’ont aucune idée de la situation en Guyane. « Ils nous proposent des films et on est obligé de leur refuser car on ne sait pas quand on va rouvrir. Ils ont du mal à comprendre pourquoi. »

Cela fait 100 jours que le cinéma cayennais n'a pas accueilli de clients. En médaillon, Serge Pastor, propriétaire exploitant. - Photos d'archives DR
Pas de reprise partielle
Ces derniers jours, la décision s’est imposée d’elle-même. Même si certains commerces ont pu partiellement reprendre leur activité, depuis le 11 mai, il était impossible pour l’unique cinéma cayennais de retrouver une forme de vie. L’Eldorado fonctionne, en temps ordinaire, le week-end en grande partie. La faute aussi au couvre-feu, à 19 heures en semaine et du samedi 15 heures au lundi 5 heures. « On ne peut pas reprendre tant qu’il n’y a pas de changement. »
Ciné-drive impossible
Economiquement parlant, le cinéma souffre. « Notre avantage est d’être propriétaire des murs. Mais il y a des charges courantes et les crédits en cours. L’eau, le téléphone, l’électricité à payer. Sinon, ce serait une catastrophe. »

Sur la page Facebook de la salle cayennaise, Serge Pastor a lancé l’idée d’un ciné-drive. « La majorité des clients étaient plus ou moins favorables. Mais avec les conditions actuelles et un possible nouveau confinement, le projet ne pourra pas avoir lieu, c’est impossible. En plus le climat ne s’y prête pas du tout en ce moment. Cela fait trente ans qu’on n’a pas vu de conditions climatiques comme celles-ci. »
Le snack ne peut pas faire vivre le cinéma
Des clients, justement, le propriétaire de L’Eldorado reçoit régulièrement des nouvelles. « On reçoit beaucoup de messages de réconfort. De personnes fidèles qui sont impatientes qu’on rouvre. » A l’étage, profitant de la terrasse, L’Eldo, propose de nouveau son petit snack. « On respecte les règles de distanciation. Mais bon, ça reste limité. Car la terrasse fonctionne surtout quand le cinéma lui-même fonctionne. C’est un lieu d’échange, de partage plus qu’un lieu pour manger ou boire un verre. On a quelques clients qui viennent histoire de se changer les idées, mais ce n’est pas ça qui fait fonctionner le cinéma. »
Plein de films à proposer… à la réouverture, mais des projets annulés en 2020
L’Eldorado est exclusivement Art et essai et patrimoine. « A la réouverture on aura sans doute plein de films à proposer, prévient Serge Pastor. Toute notre programmation est en VO.»

Parmi les futures sorties, il y a celle du film japonais L’infirmière, programmé en août. Mais aussi Brooklyn secret, un film américain en juillet. Ou encore Nous les chiens, un film d’animation. Un fils, est également un très beau film qui sort ce mois-ci. « On devait les passer. Ils seront dans l’Hexagone mais pas chez nous. Mais on va se rattraper sur les films sortis ces jours-ci et sur des films qui ne sont pas sur les plateformes, Netflix, Canal plus… »

« Ça nous arrive aussi de proposer, en version originale (VO) des blockbusters qui sont programmés à l’Agora. Mais en règle générale, on n‘intéresse pas les gros distributeurs, qui demandent à ce que le film soit programmé entre 10 à 14 séances par semaine. On ne peut pas le faire. »
« On tourne en rond »
Et d’ajouter aussi que la clientèle ne vient pas à l’Eldorado pour « voir un Marvel et manger du pop-corn. Après, certains blockbusters peuvent être classé Art et essai, comme Greenbook et Joker. Mais pas les films avec des explosions partout… des effets spéciaux. »

L’équipe de L’Eldorado est composée d’une personne à temps plein, une à temps partiel et d’un emploi civique en plus du propriétaire exploitant. « On a profité de cette période de fermeture pour faire des travaux, de la peinture, effectuer certaines mises à jour. On a aussi fait de l’entretien… mais maintenant on… tourne en rond. »
« Vivement que ça rouvre »
Le cinéma avait plusieurs projets pour 2020. Une fois par trimestre « on fait un concert, on propose aussi parfois une pièce de théâtre. Tout a été supprimé. On s’était engagé avec une petite troupe théâtre de l’Hexagone, qu’on devait accueillir en septembre. On vient d’annuler. Tout est annulé. » La situation est dure pour l’exploitant mais aussi pour le client. « L’offre culturelle est importante dans une société. J’espère que ça ne va pas trop durer. Les jeunes tournent en rond, toute notre clientèle tourne en rond… Tous les jours on a des messages d’encouragement. Vivement que ça rouvre. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Vendeta973 25.06.2020
Parce qu’il y a un cinéma en Guyane !!!

;-)
Une salle de spectacle vous vouliez dire....
Des bouffeurs de pop corn, des films à retardement, des fauteuils defoncés,
Peut etre que le film est en definitive dans la salle

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 25.06.2020
Inconscience ?

Avec le COVID incontrôlé sur notre territoire, il faut être inconscient et/ou stupide pour parler de réouverture des cinémas...

Répondre Signaler au modérateur
A la une