« Il faut que le Mémorial ACTe demeure un lieu de bouillonnement »
GUADELOUPE

« Il faut que le Mémorial ACTe demeure un lieu de bouillonnement »

Propos recueillis par Anne DRYVERS
Jacques Martial, président du Mémorial ACTe (FAG)
Jacques Martial, président du Mémorial ACTe (FAG)

Le Mémorial ACTe est maintenant ouvert depuis le 7 juillet. Rencontre avec son président, Jacques Martial. Une occasion de faire le point sur ce qui a été réalisé depuis son arrivée à la tête du centre de mémoire.

Combien de personnes ont été accueillies depuis l'inauguration du Mémorial ACTe, le 7 juillet ?
Nous devons approcher les 15 000 personnes, ce qui est formidable. C'est un très beau résultat, qu'on espère maintenir. Dans tous les cas, nous sommes très heureux. Cela fait environ 800 personnes par jour en dix-sept jours. Je pense que septembre sera plus calme. Mais, dès la rentrée, le partenariat que nous devons signer avec le rectorat et la Direction des affaires culturelles va continuer à drainer des publics. Nous espérons que les Guadeloupéens continueront d'être fidèles au Mémorial ACTe. Nous comptons également sur la saison touristique.
Musiciens, auteurs, Festival caribéen de l'image. Êtes-vous satisfait des activités qui ont pris place au Mémorial ACTe depuis sa création ?
Ce sont des artistes qu'on aime, des événements dont nous apprécions la qualité. Recevoir Kali, recevoir K'Koustik, ce n'est pas rien. Ce sont de grandes figures qui viennent se produire dans une salle intime. C'est très encourageant, satisfaisant. Nous commençons à construire une relation avec le public, la salle commence à exister et cela est à poursuivre. Il faut que le Mémorial ACTe demeure un lieu de bouillonnement, où il se passe des choses, où on convie le public à voir différentes choses