den97300 24-06-2022 00:02

Il ne se passe pas une semaine sans qu'un fait violent fasse l'objet d'un article. Cela en devient lassant et normalisé. Ce qui est effarant. La violence se banalise. On la catégorie en degré d'intensité tant cela devient quotidien et banal. Les élus ne s'en préoccupent pas, occupé à gérer leurs patrimoines et leurs voyages dans l'hexagone. Comment penser autrement lorsque tous le monde en souffre mais pas eux visiblement. Les autorités judiciaires reçoivent leurs directives d'une capitale éloignée de 8000 kms qui réitére ce qu'ici on qualifie d'erreurs " et eux " de procédés prouvés et éprouvés". Les autorités préfectorales portent des œillères et tout le monde veut éviter le retour à Paris précipité et la mise au placard. Alors, elles mettent en place des mesurettes qui n'arrangent rien et aggravent les situations. Les voyous quant à eux s'installent durablement dans le crime et cela en devient même un modèle économique. Ajouter à cela, la circulation massive d'armes à feu. L'export de drogue devient une nouvelle activité mais cette fois ci, à ciel ouvert, aux yeux de tous. Peu de personnes se cachent. Les véritables victimes ? les gens honnêtes. Ceux qui respectent les lois, respectent les règles, ceux qui rentrent dans les rangs. On les agresse, on les blesse, on leur fait peur, on les menaces. Et le pire, cela paraît tellement normal que ça en devient gênant. Nos enfants face à tout cela adoptent le "tout, tout de suite sans efforts". Pas tous les enfants, heureusement. Mais il faut se réveiller tôt et avoir les reins solides de nos jours. Voilà où nous en sommes. C'est la face visible, ce que même moi, monsieur tout le monde, j'ai compris. Alors imaginons ce que j'ignore, les coulisses de tout cela. FORCE AU GERANT ET AUX EMPLOYES DE LA STATION SERVICE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express