France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
benj77 27-10-2013 13:49
Si un quelconque Morin

dont l'incompétence ministérielle fut abyssale: demandez à n'importe quel militaire, il vous dira que jamais la défense nationale n'eut pire représentant, avait émis cette idée il y a cent ans, si elle avait été reprise, combien de Guyanais aujourd'hui très impliqués dans la vie politique, économique et sociale (faites le tour des patronymes, cherchez leur origine) seraient français, de Guyane ou non? Cette proposition est démagogique et (bravo à France Guyane qui l'explique bien) non constitutionnelle et elle ne vise qu'à semer la division et la haine de l'autre. En revanche et ça je l'assume clairement, faire de l'acquisition de la nationalité française un choix qu'on assume et pas une mesure automatique, demander des critères d'insertion (connaître la langue administrative, le minimum, ne pas s'être signalé par des délits graves et répétés) serait un "plus". Ceux qui ne passeraient pas cette barrière ne seraient pas expulsés vers un pays dont le plus souvent pour ne jamais y avoir vécu ils ignorent tout, mais seraient des étrangers avec carte de séjour de longue durée, et les droits et DEVOIRS qui vont avec. Et en retour, un enfant qui sans être né sur le sol guyanais (donc français par la loi) mais qui est parfaitement assimilé doit pouvoir solliciter sans peine sa naturalisation à l'âge de la majorité, voire quelques années plus tard.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express