France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Une riche cérémonie du 11-Novembre

Samir MATHIEU Mardi 12 Novembre 2019 - 03h25
 Une riche cérémonie du 11-Novembre
Les militaires du 9e RIMA étaient présents pour cette cérémonie - Samir MATHIEU

Le 11-Novembre a été l’occasion de rendre hommage aux soldats morts pour la France cette année en opérations extérieures. Des Guyanais ont aussi été mis à l’honneur et ont reçu des médailles.

Il y avait du beau monde hier à l’occasion de la 101e cérémonie du 11-Novembre. Sous un soleil de plomb, les militaires, policiers, jeunes réservistes, gendarmes, anciens combattants, écoliers… étaient réunis pour rendre plus belle encore cette traditionnelle cérémonie. Les autorités étaient aussi présentes sous l’égide du préfet Marc Del Grande. Il y avait entre autre la maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth, le président de la CTG Rodolphe Alexandre, le sénateur de la Manche et président de la commission des lois du Sénat, Philippe Bas, et le représentant du commandant des Forces armées en Guyane (FAG), ainsi que le colonel commandant des pompiers de Guyane.

Les Guyanaisà l’honneur

Le préfet a lu le texte de la secrétaire d’état Geneviève Darrieussecq. Il a notamment salué la mémoire des soldats morts pour la France en opérations extérieures cette année au Burkina Faso et au Mali. Trois soldats tombés au champ d’honneur et qui rappellent le devoir de la France dans la lutte contre le terrorisme islamique en Afrique subsaharienne. Un monument aux Morts en l’honneur de tous les soldats tombés depuis près de 30 ans en opérations extérieures (Opex) a d’ailleurs été inauguré à Paris.

Cette cérémonie a aussi été l’occasion de mettre à l’honneur des acteurs de la sécurité guyanaise. Le pilote d’hélicoptère Lionel Bertin a reçu la médaille d’argent de 1re classe pour acte de courage et de dévouement. Il fait partie de la base d’hélicoptère de la Sécurité civile. Plusieurs agents du commissariat ont aussi été honorés : la brigadier-chef Carine Carolé, les gardiens de la paix Sébastien Sainte-Luce, Daniel Valente-Holanda et Jean-Yves Anicet. Ils ont reçu la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement. Les policiers municipaux Donald Clovis et Sylvain Afric ont reçu cette même médaille, tout comme le secouriste bénévole Laurent Leblond du comité départemental des secouristes français de la Croix Blanche de Guyane et Samba Diouf, caporal-chef et Maëva Desqueyroux du RSMA. Des réservistes de l’armée, de la gendarmerie, ainsi que des cadets et des jeunes du Service national universel (SNU) étaient aussi présents. Des jeunes des écoles ont par ailleurs interprété La Marseillaise. Enfin, les anciens combattants guyanais ont eux aussi été une nouvelle fois remerciés en présence de ceux qui ont notamment portés les couleurs de la France en Indochine et en Algérie lors des guerres d’Indépendance.

Samir MATHIEU

Les Guyanais mis à l'honneur. - Samir MATHIEU
Les jeunes guyanais ont interprété la Marseillaise. - Samir MATHIEU
Les autorités et personnalités politiques ont déposé les gerbes de fleurs au pied du monument aux morts. - Samir MATHIEU
Richard Clovis - Samir MATHIEU
« Je garde un bon souvenir de l'Algérie »

« J’ai fait la guerre d’Algérie au 8e Rima près d’Oran. J’ai participé à ce conflit armé en tant qu’appelé. Je faisais en même temps mon service militaire. Nous étions une soixantaine de jeunes dans notre classe. Au total, j’ai fais un peu plus de 23 mois là-bas. J’ai fait mon service et ensuite j’ai été hospitalisé car je suis tombé malade. J’ai été rappatrié d’abord sur Marseille puis au Val-de-Grâce à Paris et puis je suis rentré au bercail. Je garde un souvenir relativement agréable de l’Algérie. Je me sentais assez près des Arabes. J’aime beaucoup parler les langues étrangères et quand je rencontrais les gens je leur disais «  bonjour  » en arabe. Pour eux c’était quelque chose de formidable, une marque de respect. »

Hilaire Bouteselle - Samir MATHIEU
Hilaire Bouteselle - Samir MATHIEU
«  Tout un parcours l’Algérie  »

«  L’Algérie c’est tout un parcours ! Je suis parti d’ici de la caserne Loubère. Je suis resté quinze jours à l’aérodrome du Gallion avant d’aller en Martinique en transit, et de rejoindre Le Havre en paquebot, puis après nous sommes allés à Vincennes. Ensuite on nous a envoyés à Tarascon passer des tests. On nous a renvoyés au Fort Neuf de Vincennes avant d’aller au centre de formation de Montluçon dans l’Allier. J’y suis resté deux mois. Je suis allé juste après au centre de formation du matériel numéro 2 à Lunéville, là aussi pendant deux mois. Puis pendant quatre mois, je suis resté dans un centre mobilisateur avant de rejoindre enfin l’Algérie via Marseille. Je suis resté dans le REM à Alger. Ensuite on m’a envoyé du côté de Maison-Carré au 8e RPIMA. J’étais dans les parachutistes. J’y suis resté 8 mois. J’ai fait 14 sauts. Après on m’a envoyé dans des bureaux puis j’ai été libéré à la fin de ma mission en septembre 1962.  »

Richard Clovis - Samir MATHIEU
Richard Clovis - Samir MATHIEU

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

Roun lasoup' anti-gaspillage mobilise à Cayenne

A.G. - Mercredi 6 Novembre 2019

1 commentaire
A la une
1 commentaire