France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria

Un problème à Soula ? Voyez les ambassadeurs

Mardi 22 Octobre 2019 - 03h10
 Un problème à Soula ? Voyez les ambassadeurs
Autour de Gilles Adelson, maire de Macouria, les jeunes ambassadeurs du lien social : Amandine, Catherine, Alfred et Mickaël - Michel Le Tallec

Rapprocher les habitants et commerçants du quartiers des services de la commune de Macouria et des bailleurs sociaux, recueillir leurs doléances : tel est le rôle des quatre ambassadeurs de la brigade du lien social. D'autres brigades seront créées sous peu à Tonate et Préfontaine.

Ils s’appellent Amandine émile, Catherine Yapara, Alfred Amiemba et Mickaël Drutrinus. Ils sont jeunes, déterminés, et ils font partie… d’une brigade. Rien à voir avec un quelconque engagement militaire. Leur rôle à tous les quatre est bien plus pacifique. «  C’est, pour faire court, le lien social, explique Gilles Adelson, le maire de Macouria, qui a initié l’idée de cette brigade un peu particulière. « Nous sommes partis du constat, à la municipalité, qu’il y avait parfois trop de distance entre les habitants de la commune et les services communaux. D’où l’idée de créer ce que nous avons appelé des ambassadeurs du lien social, chargés d’aller à la rencontre de nos administrés et de recueillir leurs éventuelles doléances ou remarques.  »

Intervenant pour l’instant à Soula, ces quatre jeunes, opérationnels depuis début septembre, travaillent selon un cahier des charges précis : interventions dans le quartier, parfois jusqu’à 19 h 30, relations avec les commerçants et les bailleurs sociaux de l’avenue Pripri, permanences tous les mercredis et vendredis après-midi, et, une fois par mois, une animation en relation avec les associations locales.

«  Nous sommes en phase d’expérimentation. Nous dresserons un premier bilan avant la fin de l’année, ajoute Gilles Adelson. Mais nous enregistrons déjà beaucoup de réactions positives. Les commerçants, notamment, se sentent rassurés. Les habitants aussi. Ce sentiment de sécurité permet un meilleur développement économique du quartier. »

Soutenu activement dans sa démarche par la préfecture et la direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, le maire n’entend pas en rester là. «  Nous travaillons à créer des brigades identiques sur le bourg de Tonate et le quartier de Préfontaine. »

Michel LE TALLEC

Paroles d’ambassadeurs... et de responsables

« Ce qu’on nous a demandé le plus souvent ? Des cameras de vidéo-surveillance et un kiosque pour les jeunes. »

« Nos ambassadeurs ne sont pas des supplétifs de la gendarmerie, mais des médiateurs, uniquement. »

« Ce que j’aime dans ce rôle d'ambassadeur ? Aller au contact des gens, me sentir utile à la société. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une