• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Saint-Laurent du Maroni / vie locale

Saint-Laurent du Maroni: le village chinois fait le bilan

Samuel Zralos Dimanche 18 Octobre 2020 - 17h43
Saint-Laurent du Maroni: le village chinois fait le bilan

Le carbet des associations du village chinois de Saint-Laurent a procédé samedi à son bilan annuel, en public et avec la participation active des habitants du quartier.

 Tout autour de quatre tables réunies en carré, ils sont nombreux à récupérer qui des vêtements, qui des magazines ou des jouets pour enfants, ce samedi, sous le soleil de 16h. Nous sommes au village chinois de Saint-Laurent et le carbet des associations y organise une braderie solidaire - avec l'aide de l'association Yepman - avant de débuter sa réunion annuelle publique.

Les familles récupèrent ce dont elles ont besoin, librement. « Il y a pas mal de monde », s'étonne Kolino Amoïka. Quand l'opération se termine, « tout est parti », remarque la responsable de l'épicerie Yepman. Visiblement contente, elle en repart avec des idées pour sa propre association et, surtout la satisfaction de savoir que , « tout le monde s'est fait plaisir, du plus petit au plus grand ».
Bilan participatif

Après l'effervescence de la braderie, une quarantaine d'habitants restent sur la place, s'assoient sur les chaises au fur et à mesure de leur installation par le carbet des associations.

Quelques instants de flottement et le plat de résistance de l'après midi peut débuter. Face aux habitants, le carbet des associations présente rapidement ses projets pour 2021 - cours de français, formations au numérique, entre autres -, à la fois en français et en bushinengue. La nouvelle salariée de l'association, la troisième, est également introduite. L'écoute est polie et attentive.

Un silence rompu dès l'entame du deuxième sujet du jour : les habitants du quartier doivent évaluer l'action de l'année et exprimer leurs idée, leurs besoins.

L'exercice démocratique rencontre un succès indéniable. Sous les yeux de trois élus de la majorité municipale, venus représenter la mairie, la population approuve parfois bruyamment les réalisations de 2020. A la tribune, salariés et membres du CA détaillent pour chaque projet ce qui a été fait, ce qui a fonctionné et ce qu'il reste à faire. Dans le public, les doigts se lèvent rapidement, suivis d'applaudissements amusés, dans une ambiance détendue.
Aide à l'emploi et services publics réclamés

Une demi-douzaine d'habitants du village chinois se succèdent ensuite au micro pour exprimer leurs doléances. « Les gens sont plus conscients de ce qu'il se passe, ils voient la réalité », se réjouit Eric Abese, médiateur du carbet des associations, qui se souvient que les premières années « les gens ne prenaient pas le micro » lors des réunions.

Ce samedi, le premier à oser est un jeune homme, qui aimerait bien voir plus de lumières dans le quartier et surtout des contrats aidés ou des services civiques. « Dans le ghetto, on sait que beaucoup de jeunes souffrent de la pauvreté. C'est des solutions à mettre en place », argumente-t-il. « Le village chinois a une histoire, une vie, c'est un des premiers quartiers de SLM.Ce n'est pas un ghetto, mais un quartier qui a été délaissé dans le développement de la ville », lui répond un spectateur, quelques minutes plus tard.

« Tous les jours il y a des enfants qui courent. Pour eux, il faut quelque chose. » Sous les applaudissements, un troisième habitant demande lui aussi un accompagnement pour les jeunes. Car, s'ils sont aidés « ils pourront eux mêmes devenir formateurs, éducateurs plus tard ».

Les demandes des orateurs sont aussi concrètes que nécessaires : Une jeune femme rappelle qu'il faut « un peu d'entretien » pour le terrain de foot installé l'an dernier dans le quartier, où les enfants jouent souvent. Une autre femme revient sur le manque d'éclairage de certaines rues du village chinois et surtout sur l'absence de toilettes publiques. Une troisième aimerait une solution à la prolifération des moustiques et des rats dans le quartier.

Le CA du carbet des associations note tout sur un tableau posé en évidence sur la tribune. Frédéric Boiron, 5e adjoint à la mairie de Saint-Laurent « ne peut pas annoncer si ça sera fait ou pas », mais s'engage à « faire remonter à madame le maire » les doléances.

A 18h53, alors que la réunion se termine, l'électricité saute dans le quartier. « On avait pas parlé de ça » s'exclame un habitant. « Ça c'est un des problèmes courants » commente un autre, dont on ne saura pas si le trait d'humour était calculé. Heureusement, la lumière revient rapidement, à temps pour un repas collectif et convivial. L'après midi aura été un succès « à 80% », sourit Eric Abese, qui admet avoir été stressé une partie de la journée. 80% seulement ? « Il faut de la patience, on sera à 100% quand [l'ensemble du village chinois] sera adhérent au carbet »
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos