• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vie locale / Saint-Laurent du Maroni

Saint-Laurent du Maroni: la bibliothèque rouvre ses portes

Samuel Zralos Lundi 19 Octobre 2020 - 14h59
Saint-Laurent du Maroni: la bibliothèque rouvre ses portes
La bibliothèque de Saint-Laurent est ouverte du lundi au samedi. - Samuel Zralos

Fermée pendant la crise sanitaire, la bibliothèque de Saint-Laurent est de nouveau accessible au public, au camp de la transportation.

Du lundi au samedi, les saint-laurentais peuvent à nouveau profiter de la bibliothèque de la ville. Comme l'homme d'âge mur qui lisait debout près de l'entrée, ce matin, il est possible de venir gratuitement y lire des livres. Emprunter des livres coûte en revanche 6 euros à l'année pour un enfant, 12 pour un adulte. Attention toutefois, une copie de pièce d'identité et d'un justificatif de domicile - une attestation d'hébergement fonctionne - sont demandées.

Dans une ambiance paisible, les employés du lieu se montrent souriants, disponibles, mais vigilants sur le respect des règles, en particulier sanitaires. Le distributeur de gel hydroalcoolique situé à l'entrée est obligatoire, tout comme le port du masque, urgence liée à la covid-19 oblige.

Il faut dire que l'espace oblige à faire attention : une partie de la bibliothèque est en longueur, les usagers doivent passer entre les étagères de livres et donc faire attention à ne pas se croiser de trop près. Des affichettes disposées un peu partout viennent justement rappeler l'obligation de conserver une distance d'1,5 mètres des autres lecteurs, par précaution.
Deux étages de livres pour petits et grands

Installée sur deux petits étages, à l'entrée du camp de la transportation, la bibliothèque municipale y propose des oeuvres accessibles à divers centres d'intérêt et surtout à des niveaux différents de lecture, un mélange classique, mais particulièrement nécessaire sur un territoire où la lecture en français n'est pas forcément une évidence.

Au rez-de-chaussée, adultes et bon lecteurs trouvent une sélection de romans, plus ou moins récents, tandis que les plus jeunes peuvent se diriger vers la salle du fond, qui leur est dédiée. Sur des tapis ou dans des fauteuils bas, ils ont tout loisir de se familiariser avec l'objet livre, et pourquoi pas y découvrir romans illustrés ou bande dessinées jeunesse.

À l'étage, les bande dessinées pour adultes côtoient un fonds « local », véritable inventaire à la Prévert de ce qui paraît sur la Guyane. Magazine consacré au territoire, biographie de Richard Papillon ou recueil de contes amérindiens remplissent les étagères comme les presentoirs. Le mélange apparaît presque éclectique, mais constitue sans doute une mine de renseignements sur l'histoire récente de la région, à déguster sans modération dans les fauteuils à disposition.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une