France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Liliane Louison : l’amour des plantes péyi

Mardi 24 Décembre 2019 - 03h10
 Liliane Louison : l’amour des plantes péyi
Aux côtés de Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnégrande, Liliane Louison pose à l'entrée de la nouvelle serre pédagogique. - Michel Le Tallec

Une serre pédagogique a été inaugurée au jardin du Bois de Rose, fondé il y a plus de 30 ans par Liliane Louison. Portrait d’une grande amoureuse des plantes et des fleurs.

Une santé peut-être un peu défaillante, mais une mémoire intacte. Liliane Louison, qui ne fait nullement mystère de son âge — elle a eu 76 ans cette année — n’a aucune difficulté à parler de ce qu’elle considère comme étant l’oeuvre de sa vie, à savoir le jardin du Bois de Rose, à Montsinéry. Une oeuvre qui s’est enrichie d’une nouvelle création, la serre pédagogique, inaugurée officiellement dimanche dernier 15 décembre (lire ci-contre). «  Je suis originaire de Martinique, du Vauclin plus précisément, mais avec une aïeule amérindienne, qui vivait en Guyane. J’ai sans doute souhaité retrouver mes racines, et je vis donc ici depuis 1970.  »

Maraîchère dans un premier temps, en compagnie de son époux aujourd’hui décédé, elle développe peu à peu sa passion pour les plantes, en particulier les plantes médicinales, et décide donc en 1986 de créer le jardin du Bois de Rose, vaste réunion, sur près de 2 hectares, des richesses botaniques du territoire. «  Je crois qu’il y a plus de 500 variétés différentes  », confie-t-elle.

Ses préférées ? Les orchidées

Ce qui lui a semblé le plus difficile au long de ces années ? «  Sans doute les premiers temps : nous avions reçu, dans le cadre du Plan vert, le terrain sur lequel nous sommes actuellement, mais à l’époque, c’était de la savane. Il a fallu aménager et surtout planter des arbres, pour l’ombre.  »

Trois décennies après, elle avoue «  se sentir bien là où elle est  », même si, son âge oblige, elle a transmis le flambeau à l’une de ses quatre filles, Manuela, et à son petit-fils, Loïc. «  Elle s’occupe des serres, et lui intervient dans le jardin. Nous continuons à travailler en famille.  » Madame Louison, elle, se promène encore un peu dans les allées, avec un arrêt plus marqué devant ses plantes préférées. «  Les orchidées. J’ai les ai toujours aimées.  »

Michel LE TALLEC 

Une soixantaine de plantes différentes

Imaginée en 2017, la nouvelle serre pédagogique propose aux visiteurs de découvrir, grâce à des tableaux explicatifs détaillées, une soixantaine de variétés de plantes, médicinales ou plus communes. Construite et aménagée en trois mois, cette serre a bénéficié d’un budget global de 20 000 euros, dont 14 000 en provenance de l’agence pour la biodiversité. Des animations en direction de scolaires, associations ou professions médicales ou para-médicales sont prévues.

Renseignements : 0594 37 95 42.

Evelyne Sagne, conceptrice pédagogique du projet de nouvelle serre, apprend à de jeunes enfants, non pas à planter des choux, mais à entretenir des pieds de tomates. - Michel Le Tallec

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

kiki973 29.01.2020
Bravo

Bravo

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une