France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les jeunes historiens honorés au Zéphyr

Samir MATHIEU Mercredi 12 juin 2019
Les jeunes historiens honorés au Zéphyr
Les travaux des élèves ont été exposés à l'entrée du Zéphir - Samir Mathieu

Vendredi, plus de 2 000 jeunes de toute l’académie ont mis en avant l’histoire lors de la finale du 10e concours du jeune historien. Le thème cette année était consacré à l’esclavage et la traite négrière.

La remise des prix de la 10e édition du concours des jeunes historiens de Guyane s’est déroulée vendredi matin au Zéphyr, à Cayenne. Cet événement a été organisé par l’Association des professeurs d’histoire-géographie de Guyane en partenariat avec la Collectivité territoriale (CTG) avec le soutien du rectorat et de la Société des amis des archives et de l’histoire de la Guyane. La date choisie s’inscrivait dans le devoir de mémoire réalisé tout au long de ce week-end de commémoration de l’abolition de l’esclavage.

Loi du 21 mai 2001

Plus de 2 000 jeunes, de la primaire au lycée, étaient réunis pour ce moment exceptionnel, point d’orgue de leur travail effectué en classe tout au long de ces derniers mois. Ils ont tous, avec leurs professeurs d’histoire et de géographie, réalisés des travaux portant sur la traite négrière en Guyane et sur l’esclavage. Les élèves ont été jugés en individuel et sur la réalisation d’un dossier, et collectivement sur des productions libres : mémoire, exposition, œuvre littéraire, artistique, diaporama ou encore travail audiovisuel. Christiane Taubira, invitée par la CTG, a remis les prix. Elle est à l’origine de la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Le président de la CTG, Rodolphe Alexandre, lui-même historien, a salué le devoir de mémoire réalisé par les élèves guyanais.

Samir MATHIEU

Christiane Taubira sur la scène du Zéphir à Cayenne à l'occasion du concours des jeunes historiens de Guyane - DR
Chaque classe a été mise à l'honneur par les organisateurs du concours - Samir Mathieu

Chaque classe a été mise à l’honneur par les organisateurs du concours / photos SM

Les travaux des élèves ont été exposés à l’entrée du Zéphir

Christiane Taubira sur la scène du Zéphyr

à Cayenne à l’occasion du concours des jeunes historiens de Guyane.

ils ont dit

« Un devoir de mémoire commun »

« De voir ces futurs historiens en herbe, soutenus par leurs professeurs, avec la méthodologie, c’est remarquable. Maintenant, il faut aller encore plus loin. Je pense aux questions amérindiennes, de la résistance amérindienne et sur la multi-culturalité. Mais arriver à réunir 3 000 gamins, c’est extraordinaire. Le devoir de mémoire, c’est essentiel. Ce sont aussi aux professionnels, de poursuivre la recherche. Un panel d’historiens va bientôt tenir un colloque en Guyane sur l’esclavage en Guyane. Il va falloir poursuivre ce travail car, malheureusement, on connaît encore mal la question de l’esclavage, et notamment de la traite, en Guyane. Nous avons des particularités que l’on ne trouve nulle part ailleurs. »

Rodolphe Alexandre - DR
« Très fier de leur travail »

«  Ce travail a été très compliqué à mettre en œuvre dans le premier degré avec des jeunes qui n’ont pas encore abordé l’histoire et encore moins cette partie sombre de l’histoire. On est parti des quelques documents issus du livre support et de leurs questions et de ce qu’ils savaient. Ils ont retenu très vite. C’est vraiment eux qui ont fait le boulot. ça s’est très bien passé avec les huit enfants volontaires de l’école. Ils ont très bien géré leur travail. Je suis très fier d’eux. Orneera (la jeune fille de l’école Loka) qui a remporté le concours dans sa catégorie) a fait un travail remarquable. Et quand elle vous dit, « ce sont mes ancêtres », c’est vraiment très fort. »

Léo Terlez et Orneera, la gagnante du concours des jeunes historiens. - Samir Mathieu

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une