France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le patrimoine fait encore recette dans la capitale de l’Ouest

Vendredi 27 Septembre 2019 - 03h00
 Le patrimoine fait encore recette dans la capitale de l’Ouest
visite des abbatis de la famille Londo - BERNARD DORDONNE

Samedi et dimanche, les manifestations organisées dans le cadre de la 36e édition des Journées européennes du patrimoine à Saint-Laurent du Maroni ont drainé un grand nombre de visiteurs qui ont découvert la richesse et la diversité du patrimoine local.

Lors des manifestations des journées du patrimoine à Saint-Laurent, qui marquait aussi le 70e anniversaire de la ville, les organisateurs ont proposé de découvrir « l’abbatis » mode de culture agricole traditionnel en Guyane. Dont celui de la famille Londo, situé au PK 11, sur la route de Mana, où, sur 16 hectares, sont cultivées 15 variétés de fruits.

C’est l’association Maronilab qui a organisé la découverte des berges de la capitale de l’Ouest, riches de nombreux espaces naturels à l’intérêt floristique et faunistique. Elles ont connu de nombreuses évolutions ces dernières décennies. Témoins des différentes pages de l’histoire de Saint-Laurent, elles conservent aussi de nombreuses traces architecturales de ce passé, notamment celui de l’époque pénitentiaire. La découverte du camp de la Transportation, lieu d’enfermement à l’époque de l’administration pénitentiaire, a été à nouveau un passage obligé pour les visiteurs. Il est aujourd’hui un lieu de rencontre et de rayonnement culturel. C’est aussi un lieu de mémoire que les visiteurs ont pu découvrir au travers des visites proposées par l’office de tourisme et au travers de la visite du Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine.

Plusieurs ateliers au programme

Les établissements scolaires ont tout naturellement été associés au programme de ces journées avec des activités pédagogiques pour les élèves. Ils ont participé au traditionnel rallye des écoles, l’atelier «  Casse-tête kali’na  » ainsi que l’atelier «  Je Mash Up  ». Dans le cadre du rallye, course d’orientation à tonalité culturelle et historique, les élèves de troisième se sont lancés à la recherche de balises dans le cœur historique de la ville. Au fil des énigmes et des défis d’adresse, les groupes ont progressé dans leur course. Cette année, parmi les 24 équipes participantes, c’est celle composée des cinq élèves du collège Arsène-Bouyer-d’Angoma qui l’a emporté. L’atelier «  Casse-tête kali’na  » a permis aux élèves de s’initier et de découvrir un jeu traditionnel kali’na avec l’association Anyabo. Celui-ci nécessite beaucoup de concentration et d’attention afin de démêler un enchevêtrement de fils et de bois de flèches. Pour l’occasion, du bambou a été utilisé afin d’augmenter la taille du jeu et diminuer sa difficulté.

C’est l’association Atelier vidéo multimédia qui a organisé l’atelier «  Mash up  ». Il consiste à initier les jeunes participants à la technique du montage d’archives photos et vidéos. Une activité qui permet également aux élèves de découvrir l’histoire de Saint-Laurent au travers des images d’archives.

Découverte des berges de Saint-Laurent - BERNARD DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire