• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
IRACOUBO

La reine Amandine quitte son trône

Propos recueillis par Julien ROUSSET Samedi 20 juillet 2013
La reine Amandine quitte son trône
Amandine Bruno, lors de son élection le 27 août 2011 (photo d'archives)

L'élection de Miss développement durable aura lieu le 31 août. Amandine Bruno, Miss Iracoubo en titre, raconte son expérience.

Pourquoi vous êtes-vous portée candidate à l'élection de Miss Iracoubo en 2011 ?
Je me suis inscrite parce que j'adore tout ce qui est beauté, défilés, maquillage. J'avais aussi envie de vivre une expérience hors du commun. Mon entourage m'a poussée à me présenter, notamment ma mère et ma meilleure amie, Iliana. Il y en a qui prétendent que les concours de miss sont démodés parce qu'on ne s'intéresse qu'à l'apparence extérieure des jeunes filles. Je ne suis pas d'accord : les candidates sont jugées aussi sur leur intelligence. Elles doivent répondre à des questions qui réclament de la réflexion. Une idiote ne pourrait pas être élue. Personnellement, j'ai eu le brevet avec mention bien, le bac S avec mention assez bien et je m'apprête à faire une prépa scientifique.
Comment vous êtes-vous préparée ?
Le prestataire nous a fourni les vêtements pour les trois passages : tenue de soirée, tenue de ville et maillot de bain. Je n'ai donc eu aucun effort ni aucune dépense à faire. Deux jours avant le défilé, les organisateurs m'ont donné la question à laquelle je devais répondre à la fin du concours. J'ai bien préparé ma réponse. Avant la grande nuit, j'éprouvais de l'appréhension. Mes proches m'ont rassurée.
Comment avez-vous vécu l'élection ?
Je n'ai pas du tout eu le trac. Je ne pensais pas au jury, je ne songeais qu'à m'amuser. Quand j'ai défilé en maillot de bain, je n'ai ressenti aucune gêne. Dans ma tête, c'était comme si j'allais me baigner à la crique Morpio. J'avais l'impression d'être « shootée » : je me sentais la plus belle, j'étais le centre de tous les regards, comme si j'étais une grande star. Lorsque j'ai été élue, j'ai éprouvé une joie intense et une immense fierté.
Qu'est-ce que votre statut de Miss Iracoubo vous a apporté ?
J'ai reçu une télévision en cadeau. Après, je voulais m'inscrire dans une agence de mannequins, mais je n'ai pas eu le temps à cause de mes études. J'ai participé aux présélections de Miss interlycées, mais j'ai échoué.
J'étais trop stressée, j'ai bafouillé devant le jury. Je pensais que j'allais représenter la commune dans différentes manifestations, mais on ne m'a pas sollicitée. C'est seulement cette année qu'on m'a invitée à la fête des mères, mais je n'ai pas pu y aller. À Cayenne, ça sert à quelque chose d'être Miss. Pas à Iracoubo.
Inscriptions à Miss développement durable à la médiathèque. Contact : 05 94 34 68 61 et scs.mediatheque.iracoubo@gmail.com. Les candidates doivent être de nationalité française, être âgées d'au moins 16 ans, ne pas avoir d'enfants, résider ou être originaires d'Iracoubo, mesurer au moins 1, 65 m.
- « Bien plus de lots »
Narcisse Jean-Jacques, responsable du service culturel et sportif de la mairie, parle de l'élection : « Lors des fêtes précédentes, on n'a pas assez expliqué aux Miss quel était exactement leur rôle.
Cette fois-ci, celle qui sera élue sera régulièrement sollicitée. Elle sera invitée à toutes les manifestations culturelles et sportives sur le territoire de la commune. Elle participera également à des événements dans toute la Guyane. Elle pourra ainsi valoriser la commune d'Iracoubo. La Miss développement durable 2013 recevra bien plus de lots qu'en 2011, grâce aux nombreux sponsors. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire