France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Kourou

La Légion fête le 156e anniversaire du combat de Camerone

Jeudi 02 mai 2019
La Légion fête le 156e anniversaire du combat de Camerone
Les pionniers de la Légion Etrangère, barbus, gantés de blanc, portent le tablier de buffle et défilent la hache sur l’épaule, toujours en tête des défilés. - Aurélie Ponsot

Le 3e Régiment d’Infanterie de Kourou a commémoré Camerone mardi matin, à l’occasion d’une prise d’armes sur la place des Fêtes, suivi d’un défilé au cœur du bourg de Kourou. Le combat de Camerone est un fait d’arme fondateur des valeurs de la Légion étrangère : le caractère sacré de la mission, le sens du sacrifice et le respect de la parole donnée.

« Ma volonté était de sortir du régiment et de défiler au cœur du Kourou historique, au cœur de la population, afin de montrer les valeurs de la Légion étrangère, en particulier le sens de la mission et le respect de la parole donnée », explique le chef de corps du régiment, le colonel Laparra.

Ces dernières années, la cérémonie de Camerone était célébrée au quartier Forget. Mardi, les Kourouciens ont pu partager ce moment avec les légionnaires. Camerone fait référence à un combat qui s’est déroulé lors de « l’expédition au Mexique », en 1863 dans le village de Camaron de Tejada.

« La vie plutôt quele courage abandonna ces soldats »

Le 30 avril, à l’occasion d’une patrouille de reconnaissance, soixante légionnaires résistent à deux mille Mexicains. La bataille terminée, il ne reste que trois légionnaires, un officier mexicain leur crie alors : « Rendez-vous ! » — « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ». « On ne refuse rien à des hommes comme vous », répond l’officier. Les soixante hommes menés par le capitaine Danjou auront tué 300 soldats mexicains et blessé autant.

Depuis, chaque 30 avril, les légionnaires où qu’ils soient positionnés dans le monde, fêtent Camerone. C’est dans la mémoire de ce fait d’armes que la légion ancre et perpétue ses valeurs. Mardi matin, à Kourou, suite à la cérémonie durant laquelle le lieutenant Schaap a déclamé le récit du combat, appris par cœur, les légionnaires, précédés par la musique du 34e batalhão de infantaria de Selva ont défilé sur l’avenue du Général-de-Gaulle. Lors d’un lunch au pôle culturel, neuf légionnaires ont reçu le décret de naturalisation française : « Cette cérémonie de naturalisation montre l’engagement des légionnaires au service de la France qui partagent une communauté de service et de cohésion. » Un engagement qui peut aller au sacrifice de sa vie pour la nation française.

Aurélie PONSOT

Les pionniers de la Légion Etrangère, barbus, gantés de blanc, portent le tablier de buffle et défilent la hache sur l’épaule, toujours en tête des défilés. - Aurélie Ponsot
Les pionniers de la Légion Etrangère, barbus, gantés de blanc, portent le tablier de buffle et défilent la hache sur l’épaule, toujours en tête des défilés. - Aurélie Ponsot
Les pionniers de la Légion Etrangère, barbus, gantés de blanc, portent le tablier de buffle et défilent la hache sur l’épaule, toujours en tête des défilés. - Aurélie Ponsot
Les pionniers de la Légion Etrangère, barbus, gantés de blanc, portent le tablier de buffle et défilent la hache sur l’épaule, toujours en tête des défilés. - Aurélie Ponsot

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire