France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Inquiétudes autour de la bonne tenue du concert de Kassav’ à Apatou

Samir MATHIEU Samedi 27 Juillet 2019 - 03h50
Inquiétudes autour de la bonne tenue du concert de Kassav’ à Apatou
Jocelyne Béroard et le reste du groupe Kassav' est annoncé en concert le 17 août à Apatou et sera sur scène le 18 à Kourou. - DR

Problèmes de parking, de sécurité et d’accès aux secours... la commune d’Apatou cumule les déconvenues à trois semaines seulement du plus gros concert de l’année.

Qui a dit qu’organiser un concert événement de l’ampleur de celui des 40 ans de Kassav’ était chose aisée ? Ce n’est sûrement pas le maire d’Apatou ! Le premier magistrat de la petite commune de l’Ouest est en proie à de nombreuses difficultés. Et il pourrait dire, comme l’a dit Jacques Chirac en son temps : « ...ça vole en escadrilles ». Aujourd’hui, à trois semaines de l’événement, qui aura lieu le samedi 17 août, et qui doit être le plus gros show de l’année en Guyane, les conditions de sécurité ne sont pas optimisées. Une réunion devait avoir lieu hier, en mairie. Elle a été repoussée à demain. C’est la réunion butoire avant celle cruciale avec la sous-préfecture et les autres organismes de l’État et de sécurité pour valider l’accueil des spectateurs... Selon un haut responsable en charge de cette commission de sécurité, c’est sûrement « la dernière réunion ». Il rajoute : « Si nous y allons, nous irons à reculons ». Il s’explique : « Ce n’est pas encore clair. Tout dépend du dossier qui sera présenté. Il y a des soucis sur à peu près tous les sujets sensibles. Il y aura des problèmes de couverture, d’accessibilité, de fluidité. » Parmi les exemples concrets, il rappelle que rien n’est fait « avec l’hôpital de Saint-Laurent en cas de problème, et alors qu’il est à une heure de route ».

La proximité du fleuve est un « inconvénient supplémentaire. » Si jamais lundi, la commune, qui à l’heure où nous écrivons, n’a toujours pas finalisé son dossier sur la sécurité, il y a de très fortes chances pour qu’un avis négatif soit émis. Dans ce cas là, si le maire décide de maintenir le concert, il en assumera les responsabilités. Contacté hier, le maire Paul Dolianki, n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Vers un avis négatif de la commission sécurité ?

C’est donc son 1er adjoint, qui est aussi président du comité des fêtes d’Apatou, organisateur du concert qui a répondu à nos questions. Denis Galimot reste optimiste, même s’il avoue que la mairie est inquiète par rapport aux flux de population. Il faut savoir qu’entre 10 et 15 000 personnes sont attendues le soir du 17 août, le soir où Kassav’ se produira à Apatou. La route n’est pas calibrée pour accueillir autant de monde dans un laps de temps si serré. Il y aura d’importants embouteillages et pour le moment le problème du stationnement n’est pas réglé.

« Nous sommes en train de préparer des terrains qui serviront de parking, dans la ville », détaille Denis Galimot. « Dans l’éventualité où il y aurait des problèmes de circulation, nous allons aussi en ouvrir à l’extérieur du bourg, avant d’arriver à Apatou. Dans ce cas là, nous interdirons l’accès au centre pour les voitures ». En ce qui concerne le dossier du « grand rassemblement » destiné aux services de l’État et qui concerne tout ce qui est attrait à la sécurité, il est « en bonne voie », assure Denis Galimot. Le premier adjoint de balayer les critiques qui se multiplient sur la gestion de ce dossier : « Il y a toujours des personnes qui découragent les autres. Quoi que l’on fasse, il y aura toujours des critiques », se résigne l’élu qui entend continuer à avancer pour que les festivités soient à la hauteur de tout ce qui a été annoncé jusqu’à présent.

Pas de logements, pas de banque...

Du côté de l’opposition aussi on s’inquiète, même si on ne veut pas tirer à boulet rouge sur le maire tant que les choses ne sont pas plus avancées. Edwin Moïse, conseiller municipal d’opposition : « Jusqu’à présent, on attend que les choses avancent, mais on est pas sûr que Kassav’ vienne. » Percy Baya, opposant déclaré au maire Paul Dolianki, voient d’autres difficultés poindre à la surface : « Nous n’avons pas de logements à Apatou. C’est un problème pour faire éventuellement dormir les visiteurs. Nous n’avons pas non plus de distributeur de billets. Là aussi, c’est une difficulté concrète à laquelle vont avoir à faire face les gens qui vont venir à Apatou ». Sur un plan plus politique, Percy Baya trouve Kassav’ « bien », mais il regrette « qu’en juillet il n’y ait pas eu d’activités pour les enfants ». Il s’explique : « On organise une grande fête pour les adultes, mais il faut qu’il y en ait tout le temps ». Et de redouter : « J’espère qu’il n’y aura pas d’après Kassav’ dommageable pour la commune ». Reste qu’aujourd’hui, « la commune améliore constamment le site », souligne Denis Galimot.

Le président du comité des fêtes rappelle que « le programme est bouclé ». Il précise que de nombreux artistes locaux et régionaux participeront à ces jours de fêtes. Il estime que le terme de fête patronale est dépassé : « Il s’agit d’un festival « Sur les traces du maronnage ». Il y aura des concerts, des conférences-débats, des remises de récompense en l’honneur d’habitants qui ont œuvré pour la réussite d’Apatou.

Le 1er adjoint au maire rappelle que les installations resteront en place jusqu’au 21 août, date du passage du Tour de Guyane à Apatou. « La scène est homologuée. Comme il n’y avait pas de scène disponible en Guyane, nous avons été la chercher ailleurs », se félicite Denis Galimot. Sur le plan de la sécurité, il affirme qu’une convention a été signée avec la police municipale de Saint-Laurent. Il y aura également plusieurs agents de sécurité avec deux boîtes différentes. Un problème supplémentaire qui est loin d’être réglé estiment plusieurs sources proches du dossier qui rappellent que pour un événement d’une telle ampleur : « Ce ne sont pas quelques dizaines de jeunes du village et d’agents de sécurité qu’il faut, mais bien plus ».

La fête promet d’être grande mais les pas pour y parvenir ont l’air d’être des pas de géants que la commune est loin d’avoir effectués. Un danger pour Apatou alors que Kourou, qui va accueillir aussi Kassav’ en concert le lendemain est fin prête.

Samir MATHIEU

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

avent973 27.07.2019
Un défi cocotte minute

En lisant l'article du FG cela donne à réfléchir car deja la priorité c'est la sécurité tant au niveau route , urgence à 1h aiiiiiii c'est chaud, puis aussi infrastructure de proximité banques, hôtels un défi sous haute pression" moi je préfère me rendre sur kourou " chacun sa route

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une