France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria

Dissipés au collège ? À la plonge chez les pompiers !

Lundi 08 avril 2019
Dissipés au collège ? À la plonge chez les pompiers !
Corvée de vaisselle pour les trois jeunes en AIG (Activités d’Intérêt Général), en présence de Tania Poitevin, chargée de mission politique de la ville à Macouria, et d’Yves d’Albreu, adjudant-chef et adjoint au chef de centre des pompiers de Macouria. - Michel Le Tallec

Ils sont exclus de leur établissement pour y avoir fait quelques bêtises, mais ne restent pas inactifs. Voulu par la municipalité de Macouria, le dispositif AIG (Activités d’Intérêt Général) les a envoyé trois jours chez les pompiers de Macouria, où ils effectuent quelques tâches courantes.

Ils sont trois garçons. Ils ont entre 13 et 15 ans. Et font reluire avec application les gamelles et autres ustensiles de cuisine qui servent aux pompiers de Macouria quand ils préparent leur popote quotidienne.

Ces trois jeunes gens auraient-ils une attirance particulière pour la vaisselle, au point d’aller la faire chez les autres ? « Non, bien sûr, répond dans un sourire Tania Poitevin, chargée de mission politique de la ville à Macouria. Ils sont là dans le cadre d’une activité d’intérêt général, une AIG, décidée par la mairie, en accord, bien sûr, avec leurs parents et suite à leur exclusion temporaire de trois jours du collège Antoine-Sylvère-Félix de Soula, où ils ont fait quelques petites bêtises. Plutôt que de les laisser livrés à eux-mêmes, et qu’ils traînent aux abords du collège, nous préférons les occuper à ces menus travaux. »

Un coup de propre sur les camions aussi

Des travaux dûment encadrés par les pompiers. « Nous leur demandons de faire un coup de propre sur les camions, de passer un coup de balai dans les dortoirs, détaille l’adjudant-chef Yves d’Abreu, adjoint au chef de centre. Mais nous les invitons aussi à faire de petits exercices de sauvetage avec nous, ce qui semble beaucoup leur plaire ! Ils sont bien occupés pendant ces trois jours. »

Voulues par le maire, Gilles Adelson, et son équipe, ces activités d’intérêt général bénéficient du soutien de partenaires comme les sapeurs-pompiers, la régie de territoire ou encore les services techniques, les affaires scolaires, le centre commercial de Soula, volontaires pour accueillir les jeunes en rupture de collège.

Le rectorat ne répond pas

Moins volontaire, semble-t-il, le rectorat, selon Farouk Amri, directeur de la stratégie locale et du développement (DSLD) de Macouria. « Nous avons sollicité les services concernés, pour qu’ils nous accompagnent dans cette démarche. Nous n’avons pas eu la moindre réponse. Même pas un fin de non-recevoir. »

Bien loin de ces considérations politico-sociales, les trois adolescents en ont fini avec leurs gamelles. Ont-ils bien compris pourquoi ils sont là ? « Oui », répondent-ils en chœur. Même qu’ils aimeraient bien y revenir, mais dans une démarche plus volontaire, en profitant des offres de recrutement proposées dans le cadre du service Jeunes sapeurs-pompiers (JSP).

Michel LE TALLEC

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Lectrice1 08.04.2019
A appliquer partout

Quelle belle initiative!

Répondre Signaler au modérateur
Ta race Boulba 08.04.2019
Le rectorat ne répond pas !

Ce recteur semble se plaire en Guyane et pour pouvoir rester sur son confortable trône , il ne veut surtout pas froisser les membres de son cabinet ou les inspecteurs qui sont des incompétents notoires.
C'est ainsi que l'on assiste parfois à des scènes de ce genre ou des personnes , des citoyens , tentent à leur niveau de faire avancer la cause de l'éducation en Guyane et se retrouvent face à l'immobilisme des "planqués" du rectorat.

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 08.04.2019

Très bonne initiative

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
3 commentaires
6 commentaires