France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Cinq anciens d’Indochine à l’honneur

Mardi 21 mai 2019
Cinq anciens d’Indochine à l’honneur
Les anciens combattants à l'honneur. - Jean-Marie Thécua

Honoré-Georges Eutrope, Venance Bardoux, Martial Stéphenson, Philippe Alito et Gratien Lannou ont été salués pour leur engagement sur ce théâtre de guerre, vendredi.

Vendredi à la maison du combattant à Cayenne, cinq anciens combattants d’Indochine ont été mis à l’honneur en présence de leurs compères de l’Association départementale des anciens combattants et des victimes de guerre de Guyane, d’une délégation de militaires d’active et les familles des anciens.

Une minute de silence a été observée en hommage aux morts pour la France, notamment pour ceux d’Indochine et pour les 2 militaires des forces spéciales tués au début du mois lors de la libération de quatre otages au Burkina Faso.

Honoré-Georges Eutrope a été le premier à être cité. Il s’est engagé à 19 ans. Il a débarqué en Indochine le 22 juillet 1949. Il était affecté à la 1re Compagnie de matériel et réparation de la Légion étrangère stationnée au camp de Koufra, à la plaine des Tombeaux. Il y reste trois ans et repart avec le grade de maréchal des logis. Il a présidé les Anciens Combattants et en est maintenant président d’honneur. Il est chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la médaille militaire et officier de l’ordre national du Mérite.

Le second soldat est Venance, Paul Bardoux. À 21 ans, il débarque à Saïgon et sert en unité combattante, du 29 janvier 1950 au 10 septembre 1952, au 5e puis au 8e Bataillon de chasseurs laotiens. Caporal-chef, il est cité à l’ordre du régiment. Il est titulaire de nombreuses décorations dont la médaille militaire.

Martial, Richard Stéphenson, appelé de la classe 47, engagé en 1951, a servi en Indochine du 11 janvier 1951 au 21 février 1955 au 24e RIM à Saïgon puis en Corée sous l’égide de l’ONU du 22 février au 19 mai 1955. Il a été décoré à de nombreuses reprises notamment de la médaille militaire.

Le sergent Philippe, Paulo Alito débarque à Saïgon à 26 ans. Il est affecté à la compagnie de transmission Air n°812 du 10 août 1951 au 15 août 1953. Il est aussi décoré de la médaille militaire ainsi que de nombreuses autres décorations.

Le sergent Gratien Stanislas Lannou arrive à 29 ans en Indochine. Il est affecté au 28e Bataillon de marche des tirailleurs sénégalais. Il y séjourne du 8 mai 1954 au 14 janvier 1956 au sud de la Cochinchine. Il est décoré de la médaille militaire et chevalier de l’ordre national du Mérite.

Jean-Marie THéCUA

Les anciens combattants honorés à la maison du combattant vendredi. - Jean-Marie Thécua
Personnalités militaires, politiques et associatives étaient réunies pour rendre hommage aux anciens d'Indochine. - Samir Mathieu
Trois des cinq anciens combattants guyanais d'Indochine, mis à l'honneur vendredi à Cayenne. - Samir Mathieu
Le président de l'association guyanaise des anciens combattants et la nouvelle génération de militaires, venue saluer leurs aînés. - Samir Mathieu
Gildebert Carolé - Jean-Marie Thécua
Honoré-Georges Eutrope - Jean-Marie Thécua
Les anciens d’Algérie recherchés

La cérémonie d’hommage aux anciens d’Indochine, qui a eu lieu vendredi, ne sera pas la seule cette année. Les Anciens Combattants ont commencé à recenser tous les Guyanais qui ont combattu en Algérie entre 1962 et 1964. « Je répertorie tous les anciens d’Algérie, afin des les mettre à l’honneur fin novembre », souligne Gildebert Carolé (notre photo), président de l’Association départementale des anciens combattants et des victimes de guerre de Guyane. Ceux qui le souhaitent peuvent se rapprocher de l’association afin d’être honorés lors de cette prochaine cérémonie.

Gildebert Carolé - Jean-Marie Thécua
« Il fallait être courageux »

J’ai quitté l’école en juillet (1949), j’ai été incorporé en décembre. J’ai rejoint l’Indochine en passant par la Martinique, Nîmes et Marseille. À 19 ans, je débarque en Indochine. C’était très dangereux. Tous les jours, partout dans Saïgon il y avait des explosions, il fallait être vraiment courageux pour mettre le nez dehors.

Honoré-Georges Eutrope - Jean-Marie Thécua

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire