France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

À Macouria, ce sont les habitants qui rénovent

Lundi 25 Novembre 2019 - 03h10
 À Macouria, ce sont les habitants qui rénovent
Les participants à la réhabilitation de la cité Palmiers, à Macouria. - Michel Le Tallec

Entretenir soi-même son lieu de vie, c’est mieux le respecter. C’est en partant de ce crédo que la municipalité a chargé cinq jeunes demandeurs d’emploi de la commune de rénover des cages d’escaliers au lotissement des Palmiers, à Soula.

Il est 8 heures, lotissement des Palmiers, bâtiment 2, à Soula. Cinq jeunes Macouriens, rouleaux de peinture en mains pour certains, grattoirs pour d’autres, entreprennent de donner un coup de neuf aux murs d’une cage d’escaliers, largement ponctués de graffitis, tags et autres dessins. « Nous allons passer deux couches de peinture blanche, puis terminer par une couche de jaune, précise Damétia, jeune femme d’une trentaine d’années qui, du fait de son expérience de peintre en bâtiment, fait office de chef d’équipe. Pendant ce temps, d’autres vont gratter et décaper les rambardes. »

Initiée par la municipalité de Macouria, au travers de sa régie de quartier, cette opération bénéficie du soutien du bailleur social Siguy. « L’idée, souligne Stéphane Marimoutou, coordonnateur à la régie de quartier, est de proposer aux habitants de prendre eux-mêmes en charge l’entretien de leurs lieux de vie. De les auto-réhabiliter, en quelque sorte, s’ils sont trop dégradés. »

Pour la première édition de cette action, cinq jeunes gens ont donc été recrutés parmi les demandeurs d’emploi de la commune. « Ils travaillent tous les matins de la semaine, sont rémunérés et encadrés. » Une opération devrait être renouvelée, selon Stéphane Marimoutou. « Nous pensons que prendre part à son cadre de vie, en en prenant soin, c’est mieux le respecter. »

Michel LE TALLEC

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

Cacao fête la nouvelle année

Photos : Jean-Marie THECUA - Vendredi 22 Novembre 2019

Guyane

Ansanm ké France-Guyane , une matinée...

Lundi 18 novembre 2019

1 commentaire
A la une
1 commentaire