France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les leçons à retenir du Tour 2013

Ti Jaré Dimanche 25 Août 2013 - 19h36
Les leçons à retenir du Tour 2013

La chronique de Ti Jaré

La contemplation est terminée, elle a même éberlué les spectateurs qui se sont rendus en masse sur la RD5 lors du contre-la-montre individuel. Le patron du Tour Artyom Zakharov a démontré que ceux qui avaient attendu une éventuelle défaillance de sa part en seraient pour leurs frais. En particulier la Martinique qui réalise un excellent Tour. Beaucoup se sont demandé si la formation kazakhe avait sa place dans ce Tour 2013, qui fut le plus rapide de l’histoire.

Il faudra évidemment tirer des leçons de cette édition et préparer la risposte pour peu qu’elle revienne en Guyane. Des leçons de tactique, d’homogénéité des équipes. Trop de forces éparpillées. Dans l’équipe du vainqueur du Tour 2013, il y avait un patron et des ouvriers spécialisés à sa disposition. La relève guyanaise, avec un Lavenette qui remporte le maillot rouge et fait partie du Top 10, est une bonne nouvelle, comme Ludovic Exfort et Jean-Michel Clet. A 19 ans, pour sa première participation, ce dernier se classe 10e. Le rythme qui a été imprégné démontre qu’il faudra absolument changer de braquet si on ne veut pas n’être que des spectateurs. Il a manqué de l’audace et de l’intelligence à certaines équipes, qui ont parfois donné plus dans le show que dans la tactique. Ainsi va le Tour trop verrouillé et qui a montré les limites de certains qui devront réfléchir avant de revenir.

L’autre leçon, et elle n’est pas des moindres, est la première victoire du Vélo Club du Maroni en compétition, qui plus est dans la dernière étape. Un victoire d’orgueil pour le banni du RMB Denis Chong-Wa, qui n’avait pas été retenu dans son club d’origine. La gestion et la domination de l’équipe du Kazakhstan remettent aussi en question la somme de travail qui reste à accomplir dans notre relève qui voisine avec l’âge des Kazakhs.

Les chutes ont été nombreuses et douloureuses et il faudra aussi réfléchir à une seconde ambulance lorsque la première est en évacuation.

Pour ce qui est du tracé, Apatou ne fut pas si terrible que cela, mais le rééquilibrage géographique de l’épreuve s’avère aussi une réflexion pour que le Tour de Guyane touche un maximum de communes. Il reste un an pour y penser, un an pour savoir qui succédera à De Nays Candau. Et l’histoire se fait de plus en plus ancienne.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3