France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Nombreux ont du talent mais ils ne sont pas vus »

Vendredi 19 Juillet 2019 - 03h15
« Nombreux ont du talent mais ils ne sont pas vus »
photo-camp-kevin-seraphin-2019 - Marlène CLEOMA

La neuvième édition du camp Kévin-Séraphin s’est terminée dimanche dernier, avec pas moins de cinquante participants. Trois qui ont été repérés par les coachs. Ils rejoignent un club pro français. Sylène Séraphin, mère du basketteur, fait le point.

Nous sommes à la neuvième édition du camp Kévin-Séraphin. Combien de jeunes avez-vous accueillis depuis le début?

Je ne peux pas faire de compte depuis le début jusqu’à maintenant car il y a eu du changement au fil du temps. 

Lorsque nous avons débuté, le camp durait deux jours et demi, sur lesquels nous accueillions de 50 à 70 jeunes. L’un des stages se composait de jeune de 12 à 15 ans et un autre de 15 à 20 ans. Par la suite, nous avons changé la formule, les coûts et le nombre de jours. Aujourd’hui, nous sommes sur un camp à 180 euros pour une semaine. 

Combien étaient-ils, cette année ? 

Nous avons accueilli 50 jeunes garçons et filles mélangés, mais nous avons dû faire face à beaucoup de rétention de clubs qui ne souhaitent pas que leurs jeunes participent à ce camp car pour eux c’est un moyen pour nous de se faire valoir, alors que ce n’est pas le but.

Notre objectif est de permettre à certains jeunes sélectionnés de se faire repérer, car ils sont nombreux à avoir du talent mais ils ne sont pas vus.

Ce camp est aussi un cursus de formation. De plus, nous faisons venir des coachs expérimentés qui officient avec des jeunes de haut niveau.

Combien de jeunes ont été détectés depuis et que sont-ils devenus ? 

Le tout premier, c’est Mike Joseph, passé par Poitiers de 2013 à 2018. En octobre 2018, il a signé à Toulouse. Par la suite, nous avons eu des jeunes filles qui sont parties à Chalon basket. Chaque année, ce club nous prend trois jeunes filles.

D’autres sont partis à Nanterre, notamment Jean-Marc Pansa qui joue en Jeep Élite (Pro A). Il est régulièrement appelé en équipe de France. Dimitri César est actuellement stagiaire en Pro B avec le club de Vichy. Karlton Dimanche jouera avec les seniors de Cholet en Jeep Élite.

Trois nouveaux basketteurs partent cette année...

Oui, Aloïs Porvie, Lorna Brun et Séphora Benth.

L’année prochaine, vous fêtez votre dixième édition. Qu’avez-vous prévu ? 

Le camp aura lieu du 6 au 10 juillet. Il y aura des surprises bien évidemment mais si je les dévoile tout de suite ce ne seront plus des surprises. 

La nouvelle est tombée mardi : Kévin Séraphin n’est pas retenu par le FC Barcelone. Vos premiers mots ? 

Kevin avait un contrat de deux ans. 

Un peu de déception ?

Pas du tout. 

Propos recueillis par Marlène Cléoma

Sylène Séraphin, mère de Kevin Séraphin - Marlène CLEOMA

Lire aussi

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
3 commentaires