Michel Jazy, chasseur de records, est décédé

Michel Jazy, chasseur de records, est décédé

Sur le podium du 1500 m des JO de Rome, le 7 septembre 1960. A gauche, avec la médaille d'argent, Michel Jazy, au côté de l'Australien Herb Elliott, médaillé d'or, et du Hongrois Itsvan Rozsavolgi, en bronze.
Sur le podium du 1500 m des JO de Rome, le 7 septembre 1960. A gauche, avec la médaille d'argent, Michel Jazy, au côté de l'Australien Herb Elliott, médaillé d'or, et du Hongrois Itsvan Rozsavolgi, en bronze. • -

Auteur de neuf records du monde, 18 d'Europe et 49 de France, l'éclectique Michel Jazy, brillant du 800 au 5.000 m, n'est jamais parvenu à toucher l'or olympique mais reste l'une des premières stars de l'athlétisme tricolore.

Jazy, dont le décès à l'âge de 87 ans a été annoncé jeudi, nait en 1936 dans une famille de mineurs polonais d'Oignies, non loin de Lille, et grandit dans la même rue où, quelques années plus tard, un autre champion d'athlétisme, Guy Drut, fera ses premiers pas. 

Le premier vivra ses déceptions olympiques en 1960, à Rome, puis en 1964 à Tokyo, deux éditions où il était parmi les favoris, quand le second triomphera du 110 m haies en 1976, à Montréal.

Mauvais élève mais redoutable sportif, Jazy enfant excelle en football et court pieds nus, excepté lors de sa première course officielle qu'à dix ans, il accomplit en... sabots, au milieu des adultes, pour terminer avec les honneurs.

Après la mort de son père, vaincu en 1948 par la silicose, et l'obtention à l'arraché de son certificat d'études, Jazy rejoint sa mère à Paris où il continue de s'adonner au foot et à la course tout en enchaînant les petits boulots, notamment un emploi de typographe à L'Equipe.

Licencié au CO Billancourt, le jeune homme devient à 17 ans champion de France cadet du 1000 m, un titre non reconnu car il ne possède toujours pas la nationalité française.

Polonais puis Français à 18 ans

En 1956, il décroche son premier titre national sur 1500 m, officiel celui là, devançant pour la première fois de sa carrière son rival de toujours Michel Bernard. Retenu pour les Jeux de Melbourne, il y noue une relation filiale avec Alain Mimoun qui deviendra en Australie champion olympique du marathon à 36 ans. 

Pris sous l'aile de Gaston Meyer, patron de l'Equipe, Jazy peut concilier un emploi aménagé et un entraînement spécifique qui l'amène en état de grâce et en outsider de poids aux Jeux de Rome, en 1960. 

Sur 1500 m, il est dominé par l'invincible australien Herb Elliott dans une course folle lancée par Michel Bernard. Mais sa médaille d'argent et son record de France provoquent un véritable engouement populaire dont il profite allègrement pendant quelques semaines. 

De Perrier au Parc des Princes

Champion d'Europe du 1500 m en 1962, il établit le premier de ses neuf records du monde sur 2.000 m, puis enchaîne par le 3.000 et arrive en favori du 5.000 m aux Jeux de Tokyo, dont il a fait son objectif. 

Gourmand, trop rapide pour engager le sprint, Jazy doit céder dans les derniers mètres et, quatrième, laisser les médailles à l'Américain Bob Schul, suivi de l'Allemand Harald Norpoth et de l'Américain Bill Dellinger. 

Frustré, il passe son année 1965 à battre des records, dont quatre du monde, cinq d'Europe et neuf de France durant le seul mois de juin, dans un fabuleux mano a mano avec l'Australien Ron Clarke. Autant de courses qui eurent droit à leur retransmission télévisée, fait unique à l'époque. 

Champion d'Europe du 5.000 m et médaillé d'argent sur 1.500 mètres en 1966 à Budapest, il quitte les pistes en octobre de la même année, à Saint-Maur, en améliorant le record du monde du 2.000 m.

Commence alors une reconversion commerciale réussie, chez Perrier, Adidas puis à la direction de la Société du Parc des Princes, si intense qu'elle lui vaut une alerte cardiaque dans les années 80.

Toujours au fait des choses du demi-fond français, il n'avait cessé de suivre, depuis sa résidence dans les Landes, le parcours des Français dans les grands championnats.

bds-cha/ol/lve/cpb/

Jazy (à droite) s'amuse avec son ami et mentor en athlétisme Alain Mimoun (champion olympique du marathon 1956, décédé en 2013), à Paris en janvier 2003.
Jazy (à droite) s'amuse avec son ami et mentor en athlétisme Alain Mimoun (champion olympique du marathon 1956, décédé en 2013), à Paris en janvier 2003. • JACQUES DEMARTHON
Lors de cette course à Melun le 24 juin 1965, Michel Jazy battit deux records du monde, celui des deux miles (8'22"6/10) et au passage celui du 3000 (7'49"). Il mène ici devant l'Australien Ron Clarke.
Lors de cette course à Melun le 24 juin 1965, Michel Jazy battit deux records du monde, celui des deux miles (8'22"6/10) et au passage celui du 3000 (7'49"). Il mène ici devant l'Australien Ron Clarke. • STAFF
Michel Jazy en 2001 entre Guy Drut (à droite) et l'ancien rugbyman Pierre Albaladejo, lors de la remise par le président Jacques Chirac de sa médaille de Commandeur de l'ordre national du mérite.
Michel Jazy en 2001 entre Guy Drut (à droite) et l'ancien rugbyman Pierre Albaladejo, lors de la remise par le président Jacques Chirac de sa médaille de Commandeur de l'ordre national du mérite. • PATRICK KOVARIK
Jazy en tête d'une course le 7 juin 1964 à Montreuil, durant une compétition organisée par son club du CA Montreuil.
Jazy en tête d'une course le 7 juin 1964 à Montreuil, durant une compétition organisée par son club du CA Montreuil. • -

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger