• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
NATATION

Malia Metella garde une attache viscérale avec la Guyane

Théo QUINTARD Mercredi 12 Août 2020 - 18h36
Malia Metella garde une attache viscérale avec la Guyane
L'ex-championne de natation guyanaise, Malia Metella répond aux questions de France-Guyane - (Droits Réservés)

Médaillée d'argent aux JO d'Athènes en 2004 au 50m nage libre, l'ancienne nageuse de l'USLM Pacoussines, Malia Metella, reste proche de sa Guyane. Elle a d'ailleurs pour projet de créer un évènement paddle sur les fleuves de Guyane, avec Jonathan Politur, et, espère voir prochainement des Guyanais performer aux Jeux.

Comme d'autres Guyanais : Ulrich Robeiri (escrime), Lucie Décosse (judo), Béatrice Edwige (handball) et son frère Mehdy (natation), Malia Metella a connu la joie des Jeux olympiques. Médaillée d'argent aux JO d'Athènes en 2004 en 50m nage libre et retirée des bassins depuis 2009, elle travaille aujourd'hui dans le milieu sportif et événementiel pour Allianz, à Paris. Toutefois, le sport rythme toujours son quotidien. Même pendant le confinement, lors duquel elle a diffusé ses séances de sport sur les réseaux sociaux. Et même à plusieurs milliers de kilomètres, la Cayennaise entend dynamiser le sport guyanais et espère que la nouvelle génération lui emboitera le pas, lors des prochains JO.
Avez-vous repris une vie normale depuis la fin du confinement ?
 
"Je vais très bien mais je n'ai pas repris de vie normale depuis la fin du confinement. À présent, je vois la vie différemment. Je suis toujours en télé-travail. Actuellement, je suis auprès de ma mère, à Toulouse, car je ne l'ai pas vue depuis le jour de l'an. La vie continue certes mais elle est différente avec toutes les mesures prises que ce soit le port du masque ou l'utilisation du gel hydroalcoolique."
Pendant le confinement, vous avez proposé des séances de sport sur les réseaux sociaux aux internautes. Était-ce important pour vous ?
 
"C'était important de le faire afin de dire qu'on peut toujours rester actif. Ces séances de sport que j'ai partagées, ce sont celles que je fais tous les jours. J'avais envie de dire aux personnes qui me suivent de penser à leur corps et à leur mental car ça fait du bien. Se prendre une demi-heure pour soi peut changer toute la journée. À travers ces vidéos, je voulais donner la motivation aux gens de faire du sport."
Avant de prendre votre retraite en 2009, vous avez été une grande nageuse tricolore. Aujourd'hui, quelle place occupe le sport dans votre vie ?
 
"Le sport occupe toujours une très (sic) grande place dans ma vie. Quand j'ai arrêté ma carrière, j'ai voulu complètement couper le sport. Je l'ai mis de côté. Je n'allais plus à la piscine, même pour voir les courses de mon frère (Mehdy). Je les regardais à la télé mais le sport m'a rattrapé. Et on est venu me dire qu'on avait besoin de moi dans le milieu du sport. Aujourd'hui, je sais que le sport sera toujours là."
Vous êtes également impliquée dans les Jeux olympiques de Paris 2024, quel est votre rôle ?
 
"J'ai un rôle d'ambassadrice, afin de toucher un maximum les jeunes et la population pour que la population se sente concernée par ces JO et qu'elle se rende compte que même les anciens athlètes sont présents pour aider la nouvelle génération."
Pour vous, que représentent les valeurs olympiques ?
 
"Le sport, c'est l'école de la vie. J'ai passé plus de temps dans mon club (l'USLM Pacoussines Guyane puis les Dauphins du TOEC Toulouse, ndlr) qu'avec ma famille. D'une certaine façon, c'est mon entraîneur qui m'a éduqué. Dire "bonjour", "au revoir", "merci" ainsi que les bonnes valeurs de la vie, on l'apprend grâce au sport. En tant que personne, c'est un plus.

Les Jeux olympiques, c'est l'événement planétaire qui a lieu tous les quatre ans. À domicile, la pression est forte car le monde entier te regarde. Il y a beaucoup plus de frissons et d'émotions. L'envie de gagner est deux fois plus présente. J'aurais aimé vivre les Jeux à Paris. Juste d'y participer, ça doit être géant ! On peut faire les JO plusieurs fois dans une carrière mais à domicile, ça n'arrive qu'une seule fois."

Quelle perspective d'avenir voyez-vous pour la jeunesse et le sport guyanais ?
 
"J'espère qu'il va y avoir plus de Guyanais et de Guyanaises sur le devant de la scène aux JO. Je croise les doigts car on en a besoin. On voit beaucoup de sportifs guadeloupéens et martiniquais dans l'équipe de France olympique mais pas assez de Guyanais. Je suis sûre qu'il y a des petites pépites guyanaises mais il faut juste qu'on les accompagne et qu'on leur donne les moyens de réussir, pour aller au plus haut-niveau. Voir une dizaine de Guyanais aux JO me rendrait fière."
À votre échelle, comment aidez-vous le développement du sport guyanais ?
 
"J'avais un projet d'événement sportif avec Jonathan Politur (réalisateur guyanais, ndlr) en octobre prochain, mais avec cette crise sanitaire, on a dû repousser. On aimerait faire un événement paddle sur les fleuve de Guyane. On a cette envie de montrer la Guyane différemment aux sportifs et aux étrangers qui vont y venir. Le projet reste toujours d'actualité. On espère le lancer en 2021."
Quelle attache gardez-vous avec la Guyane ?
 
"Du côté de mon papa, on a toute notre famille guyanaise. J'ai une attache très forte avec la Guyane et je continue de suivre de près ce qu'il se passe. Ma mère est certes algérienne mais elle a vécu plus de 40 ans en Guyane donc elle y est aussi attachée."
Quel regard portez-vous sur la carrière de votre frère, Mehdy Metella ?
 
"Mehdy a fait le très bon choix de se faire opérer (de l'épaule gauche début janvier, ndlr) car il souffrait trop. Il a repris les entraînements. Les JO de Tokyo risquent d'être compliqués pour lui mais il va faire de son mieux pour y aller. Il vise vraiment ceux de Paris en 2024, pour vivre les Jeux à domicile et y ramener une médaille..."

L'ex-championne de natation guyanaise, Malia Metella répond aux questions de France-Guyane - (Droits Réservés)

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos