France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Thierry Terret, délégué ministériel aux JO 2024

« La France organise les JO tous les 100 ans, il serait dommage de s’en passer »

Samedi 18 Janvier 2020 - 03h05
 « La France organise les JO tous les 100 ans, il serait dommage de s’en passer »
Thierry Terret, délégué ministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. 70 000 volontaires sont attendus pour les Jeux olympiques à Paris, parmi les sélectionnés certains viendront de Guyane. - aurelie ponsot

Thierry Terret était cette semaine en Guyane afin de valoriser le label Génération 2024, qui permet de favoriser les échanges entre les écoles et les clubs sportifs, et de rencontrer les partenaires du dispositif.à Kourou jeudi, il a visité le collège Omeba-Tobo et le lycée Monnerville qui font partie, avec l’école Édmard-Malacarnet de Cayenne des trois seuls établissements labellisés de Guyane pour l’instant.

Quels étaient les objectifs de votre visite ?

Je me suis rendu en Guyane comme je le fais depuis 18 mois en parcourant les académies, pour deux raisons. D’abord, pour travailler avec les recteurs et les directeurs régionaux jeunesse, sport et cohésion sociale, qui sont les représentants du ministère. La seconde raison est d’aller dans les écoles pour voir concrètement comment se mettent en place les mesures, pour discuter avec les équipes quand bien même elles sont parfois critiques, et notamment pour discuter de la mise en œuvre d’un label, génération 2024.

En quoi consiste-t-il ce label ?

C’est un label qui vise à rapprocher le monde de l’école et le monde du sport en tissant des liens les plus pérennes possibles, à travers des conventions entre les établissements scolaires et les clubs. Ce peut être du prêt de matériel, des infrastructures, bref des actions qui mettent en synergie des acteurs qui certes parfois travaillent ensemble, mais trop souvent s’ignorent.

Trois établissements guyanais ont déjà été sélectionnés. Quels ont été les critères de sélection ?

Dans un premier temps, chaque recteur a été amené à désigner trois établissements avant de déployer l’ensemble des mesures. Dix autres dossiers sont actuellement en phase de validation. Il devrait donc y avoir un total de treize établissements labellisés d’ici deux mois. Ce label est organisé autour d’un cahier des charges en quatre volets. Les deux premiers sont les plus importants : l'engagement pour un établissement éligible à nouer des conventions avec les clubs du territoire. D'autre part, l'organisation d' actions pédagogiques, soit ponctuellement par exemple lors de la semaine olympique et paralympique dans quelques jours, soit de façon beaucoup plus pérenne, qu'il s'agisse d'activités physiques en cours de sport ,soit dans les autres disciplines. On peut travailler sur l'aventure olympique aussi bien histoire géographie qu'en arts plastiques qu'en sciences de la vie et de la terre. On a une opportunité formidable de donner du sens à toutes les disciplines.

La Guyane est déjà un territoire très sportif...

Oui, je me suis rendu compte que la Guyane est un territoire extrêmement dynamique sur le plan sportif avec un tissu associatif très actif, mais les liens entre les deux mondes, ne sont pas autant en synergie que cela. Et preuve en est, le taux de labellisation est relativement modeste. Donc oui, la Guyane est dynamique, mais on peut encore soutenir ce rapprochement entre le monde scolaire et le monde sportif d'autre part.

Propos recueillis par Aurélie PONSOT 

Gemina Joseph, championne d'Europe en athlétisme et Pascal Delesmont, son proviseur au lycée Gaston Monnerville. - aurelie ponsot
P ascal D elesmont , Proviseur du Lycée M onnerville

« Gaston-Monnerville est le seul lycée de Guyane à être labellisé pour l’instant. Notre section sportive athlétisme est un élément qui nous a permis d’obtenir ce label, ce qui nous apporte la possibilité de recruter des bénévoles pour l’encadrement des JO 2024. On forme des athlètes de haut niveau comme Gémina Joseph (photo). Cette section sportive leur permet d’avoir des points supplémentaires dans leur parcours sup’, pour ceux qui souhaitent s’orienter vers les métiers du sport. On a également l’association sportive du lycée qui regroupe un grand nombre d’élèves. C’est un des objectifs de Paris 2024, faire vivre le sport dans les écoles. »

Gemina Joseph, championne d'Europe en athlétisme et Pascal Delesmont, son proviseur au lycée Gaston Monnerville. - aurelie ponsot

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une