• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Kévin Séraphin, « une bête de la nature avec un physique hors du commun »

Théo QUINTARD Samedi 7 Novembre 2020 - 16h03
Kévin Séraphin, « une bête de la nature avec un physique hors du commun »
photo : FIBA

Contraint de prendre se retraite à cause de nombreux soucis au genou, le Guyanais Kévin Séraphin (30 ans) sort d’une carrière riche. L’enfant de l’US Montjoly, formé par le prestigieux centre de formation choletais, a notamment passé sept années en NBA. Retour sur sa carrière avec son meilleur ami, Christophe Léonard, et avec l’un des MVP de son camp, Karlton Dimache.

 « Il fera tout pour les gens qu’il aime. C’est une personne loyale, avec un grand cœur. Au basket, c’est une bête de la nature avec un physique hors du commun. » Il, c’est Kévin Séraphin, et celui qui en parle, de façon dithyrambique, c’est son meilleur ami Christophe Léonard. « À ses débuts en Guyane, je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse une telle carrière, concède son ancien partenaire à l’US Montjoly et au Pôle Espoirs de Guyane. Le basket n’était pas son objectif principal car il voulait être pompier. Mais une fois qu’on s’est rejoint à Cholet et qu’on a joué ensemble en Espoirs, là j’y ai cru direct. Il a avancé, il est déterminé, il a confiance en lui, il bosse. »

• LIRE ICI : Dimanche sur les traces de Séraphin à Cholet

photo : Guillaume Poumarede -

« Sa façon de dominer son adversaire m’a impressionné »

Débarqué dans les Mauges dès 2006 après une petite parenthèse à Poitiers, le Cayennais prend rapidement ses marques. « Sa façon de dominer son adversaire m’a impressionné, ajoute le champion de France 2010. Ce qui était frappant avec lui, c’est qu’il l’a fait en Espoirs et en professionnel. Les joueurs qui défendaient sur lui en avait marre. Que ce soit à l’entraînement ou en match, il a toujours envie de dominer son adversaire. »

• VOIR ICI : CB -Entraînement de Kevin Seraphin à Cholet (13-09-12)

photo : Cholet Basket -

« Un exemple pour les jeunes basketteurs guyanais »
Drafté en 2010 à la 17e position par les Chicago Bulls avant d’être échangé aux Washington Wizards, l’intérieur guyanais a vécu sept riches années dans la meilleure ligue du monde. Avec des hauts et des bas, entre Washington D.C., New-York et Indiana. « C'est l’un des rares guyanais à avoir atteint un tel niveau, souligne Karlton Dimanche, l’arrière / meneur de Cholet. Tout ce qu’il a fait en NBA et ailleurs est un exemple pour les jeunes basketteurs guyanais. » Mais en manque de temps de jeu, il s’est finalement décidé à rallier le Vieux Contient, au sein du prestigieux club barcelonais. « Quand il fait le choix de revenir en Europe, c’est parce qu’il a envie de jouer et de ne pas rester sur le banc. Mais ça ne se passe pas comme prévu, se désole son pote de toujours. Quand il avait du temps de jeu et qu’il était en bonne santé, il a pu faire de très bons matchs en EuroLeague. »

Son expérience catalane mitigée, le médaillé d’argent à l’EuroBasket 2011 signe un contrat avec la formation chinoise de Xinjiang Flying Tigers, en juillet 2019, qu’il ne pourra pas honorer. « Ses soucis au genou lui ont mis un coup au moral. Ça l’a poussé un peu plus vite à prendre sa retraite. Car après sa dernière opération, il avait encore mal au genou », explique Christophe Léonard.

photo : Guillaume Poumarede -

« On a tout à apprendre de lui »
« Sa grande histoire me fascine, admet Karlton Dimanche. Il restera toujours dans les mémoires guyanaises. On a tout à apprendre de lui. J’ai eu la chance de vivre sous le même toit que lui chez ses parents Sylene et Thierry et son frère Steve. C’était comme si j’étais un troisième fils pour eux. Je leur suis très reconnaissant. »

Sa vie de basketteur à présent terminée, il va pouvoir écrire un nouveau chapitre de sa vie, dans l’univers musical. « Ça va fonctionner, il en veut toujours plus », explique Christophe Léonard. Et ça tombe bien puisque son label musical est intitulé IWM, pour « I want more. »
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos