France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Boxe

Kesny Joseph vise le doublé

Jeudi 7 Février 2019 - 03h10
Kesny Joseph vise le doublé
Kesny Joseph et son entraîneur Thierry Triveillot, dimanche au moment de décoller de l'aéroport Félix-éboué pour les championnats de France de boxe amateur. - Pierre-Yves CARLIER

Le boxeur de Macouria défend son titre de champion de France amateur chez les moins de 56 kg dès samedi à Grande-Synthe (Nord). Il a renoncé, pour l’heure, à passer professionnel.

Champion de France en titre de boxe amateur chez les moins de 56 kg, Kesny Joseph va tenter de conserver son titre, lors des championnats de France, à partir de samedi. Numéro 1 français dans sa catégorie, il accède directement aux quarts de finale, qui se déroulent à Grande-Synthe (Nord), ce week-end. En cas de victoire samedi, il disputera sa demi-finale le lendemain. Un parcours sans faute le conduirait à Rochefort (Charente-Maritime) pour la finale, le 23 février. Il est le seul à défendre les couleurs de la Guyane cette saison aux championnats de France.

ll y a un an, après son premier titre, les portes du professionnalisme semblaient s’ouvrir au sociétaire de Guyane Ring, âgé aujourd’hui de 26 ans. Avec les jeux Olympiques en ligne de mire. Il a finalement fait le choix de rester amateur. Un choix que regrette Jacques Chinon, figure tutélaire de la boxe guyanaise : « Il recommence. Il aura plus de difficulté [à conserver son titre]. Il peut gagner facilement son quart de finale. Je pense qu’il aurait dû passer professionnel. Je ne sais pas ce que lui apporte de rester amateur. »

C’est son choix

Ce choix de rester amateur, Thierry Triveillot, son nouvel entraîneur au Boxing club de Macouria, l’explique : « Il a pesé le pour et le contre. Le professionnalisme en Guyane, ce n’est pas lucratif. Il n’y a pas les supports techniques ni les sponsors. Comme professionnel, il faut plus s’investir, sans forcément de retour. Mais si un promoteur se met derrière lui, pourquoi pas. Sinon, il faudrait partir en Métropole. »

Preuve de cet entre-deux instable que représente le haut niveau amateur : Kesny Joseph n’a pu participer qu’à deux combats depuis son titre de l’an dernier, pour autant de victoires. « Il n’a pas d’adversaire en Guyane. Mais organiser des combats contre des boxeurs de l’extérieur est très compliqué », souligne Thierry Triveillot. D’ailleurs, deux autres combats ont été annulés, l’un à cause des difficultés vécues par la ligue de Martinique, l’autre à cause d’un vaccin contre la fièvre jaune réalisé trop tardivement par son adversaire.

Pour autant, Kesny Joseph conserve sa motivation. « Il a progressé, techniquement, physiquement et tactiquement, estime son entraîneur. Il veut à nouveau être champion de France, prouver, face aux meilleurs, que son premier titre n’est pas le fruit du hasard, même si nous venons avec nos petits moyens. »

Kesny Joseph, dimanche au moment de décoller de l'aéroport Félix-éboué pour les championnats de France de boxe amateur. -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une