France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
OLYMPIQUE DE CAYENNE CHAMPION DE GUYANE

Claude Meffre : la récompense après de longues années de "déboires"

Alain Paulmin & P.R. Mardi 19 Mai 2020 - 09h18
Claude Meffre : la récompense après de longues années de "déboires"
Claude Meffre, coach de l'Olympique de Cayenne, champion de R1 : "Ça n'a pas été facile, mais nous n'avons jamais baissé les bras !" - AP

Il est passé par toutes les étapes : joueur, capitaine, vice-président, et enfin coach. 22 ans après avoir pris les rennes de l'Olympique de Cayenne avec son président Albert Darnal, Claude Meffre fête aujourd’hui un premier titre de champion de R1. Interview.

Revenons sur votre parcours
CM : Je joue depuis 1979. J’ai débuté avec mon beau-frère Loulou Fraumar en Cadet, Juniors. Milieu relayeur, libero et arrière gauche ont été mes postes au sein de la formation. En Seniors, j’ai fait une petite excursion d’un an et demi au club Colonial (aujourd’hui CSCC, ndlr) aux débuts des années 90. Nous avons été champions, puis nous nous sommes déplacés à la Réunion pour la Coupe des Dom. Ensuite, Iracoubo avec qui nous sommes remontés dans l’élite. Après deux ans et demi, j’ai décidé de revenir au bercail à l’Olympique. Je ne suis jamais reparti. Albert Darnal était coach quand j’étais le capitaine de l’équipe. Nous avons connu pas mal de déboires !
Vous êtes coach de l'équipe depuis 1998 ? 
Albert Darnal, Alex Sénélis, Sylvio Véro et moi-même avons décidé de reprendre l’équipe en 1998. Nous avons misé sur la formation des jeunes. Pour les Séniors nous avons toujours privilégié le beau jeu, en posant le ballon. Donner envie au spectateur de venir au stade a toujours été notre leitmotiv.
Ça n’a pas été facile. Avec des jeunes venant des quartiers défavorisés, nous avions l’image d’une équipe de « bad boys ». Nos jeunes se bagarraient souvent car ils se sentaient méprisés. Nous avons fait un gros travail mental avec eux. Grâce à leurs qualités, ils ont pu donner une autre image de l’association. Plusieurs fois, nous avons remporté le titre en promotion d’honneur.

Ce titre de champion de R1 représente quoi pour vous ?
Une fierté après de longues, très longues années de travail ! On savait qu’on était sur la bonne voie car depuis plusieurs années, nous avons eu plusieurs équipes championnes chez les jeunes. Donc l’espoir grandissait. On savait qu’à un moment, nous aurions l’ossature nécessaire pour nous emmener au titre de R1. Ça a encore pris du temps, car certains de nos jeunes ont laissé tomber, d’autres sont partis pour leurs études, et d’autres encore sont partis dans des clubs plus « huppés ». Mais nous n’avons jamais baissé les bras. La récompense est là aujourd’hui.
Avec un staff solide à vos côtés !
Cela a pris du temps. On a formé des éducateurs, en sollicitant nos anciens. Petit à petit, nous sommes arrivés au bout du tunnel. Chez les Seniors, Alex Sénélis et moi avons fonctionné en duo pendant longtemps. Ensuite, nous avons eu le renfort de Jaïr Karam, ex-entraineur des Yana Doko, puis Laurent Viltard, venu du Dynamo de Soula en compagnie de Steven Caroupanapoulle. Aujourd’hui nous nous sentons prêts et armés pour de nouveaux challenges. 
Le plus dur reste à venir néanmoins ?
En effet, il faudra absolument confirmer ce titre de champion. Après notre montée en R1, nous nous étions fixé la 4e place comme objectif. Notre début de saison a été catastrophique ! Mais après une série de victoire, la motivation est revenue. L’envie y était et voilà ce que ça a donné.
Pensez-vous renforcer l’effectif  ?
Oui mais pas énormément. Nous avons une pépinière de jeunes qui arrive derrière. Ils sont aussi talentueux. On fera avec eux en faisant tourner l’effectif régulièrement pour leur permettre de se confronter à l’élite de notre football.
Comment trouvez-vous l’évolution de notre football aujourd’hui ?
Techniquement, le niveau a véritablement baissé. Avant, les derbys attiraient le public, car le spectacle était au rendez-vous. Le foot, ça reste avant tout du beau jeu et des gestes techniques. C’est ce que le public demande ! À l’époque, on était plus technique, mais aujourd’hui le football est devenu plus physique, la technique s’est envolée. Et puis les meilleurs jeunes s’en vont vers d’autres horizons pour tenter leur chance. Enfin, il n’y a pas assez de promotion au niveau de la Ligue. Pour attirer le public, il faudrait faire des partenariats avec des équipes de l’Hexagone ou des pays voisins. Le Brésil est 5 fois champion du monde et pourtant il n’y aucun échange entre nous comme c’était le cas par le passé. Il nous reste énormément de travail à faire, mais notre jeunesse est demandeuse !
Un dernier mot ? 
J’ai une grosse pensée pour les anciens : Docteur Roger Eutrope; Frédéric Faubert; Niva Ilphonse, ancien entraineur emblématique de l’Olympique; Emile Roche, Albert Mencé, Raymond Joseph dit Zaza etc… Sans oublier les frères Lousbec et tous les supporters qui ont marqué l’histoire du club. Ce titre de champion leur est dédié !?
 
BIO EXPRESS
 
 Claude Meffre, chef d’entreprise et technicien dans le secteur de la téléphonie. Père de deux filles, âgé de 55 ans. Depuis l’âge de 15 ans , évolue au sein de l’Olympique de Cayenne. Ses classes ont été effectuées en métropole dans les petites catégories. Plus de 40 ans au service du foot Guyanais et de surcroît à l’Olympique de Cayenne. Le président Albert Darnal reconnait avoir un lieutenant, voire un « Doko », à ses côtés et n’oublie pas tous les bénévoles et les différents licenciés.
 
 • POUR ALLER PLUS LOIN : LIRE ICI L’Olympique de Cayenne officiellement champion

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire