France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Carino Atchaliso, de Saint-Laurent du Maroni à Chypre

Vendredi 27 Décembre 2019 - 03h05
 Carino Atchaliso, de Saint-Laurent du Maroni à Chypre
Carino Atchaliso avec le maillot du FC Nantes sur les épaules. - DR

À 27 ans, Carino Atchaliso est parti sur l’île méditerranéenne il y a un an pour essayer de percer. L’ancien joueur du Cosma rêve que tous les jeunes qui souhaitent aller loin fassent preuve d’autant d’audace.

Il s’appelle Carino Atchaliso, il a 27 ans et est né à Saint-Laurent du Maroni. Le football est sa grande passion. Si grande qu’il est devenu joueur professionnel dans le club d’Akritas Chloraka à Chypre, où il joue en D2 de décembre à août. Durant la fin d’année, il a joué à La Suze FC (Sarthe), un club de Nationale 3.

Sa passion pour le foot lui est apparue depuis son plus jeune âge alors qu’il regardait jouer ses cousins. À 5 ans, il intègre Cosma. Il y restera jusqu’à ses 17 ans. Jamais il n’a pensé ou voulu abandonner son rêve de football professionnel. En Guyane, il ne jouera pour aucun autre club, avant de rejoindre des clubs de Nationale 3 dans l’ouest de l’Hexagone. Carino Atchaliso ne semble pas regretter sa décision de rejoindre Chypre : « Tout se passe passe très bien dans le club, avec les joueurs et le coach qui me mettent à l’aise […] Mon objectif, pour le moment, est de faire une bonne saison collective et individuelle. »

La suite, actuellement, ne s’écrit pas en Guyane, sauf quand il est appelé en sélection avec les Yana Dokò. Ce fut le cas au mois de septembre, pour la rencontre face à Bélize. « Ce n’est pas dans mes projets, mais un jour, oui, je reviendrai. » Il souhaite néanmoins aider les jeunes du département pour qu’ils réussissent dans tout ce qu’ils entreprennent et n’abandonnent pas, « voire pour qu’ils fassent mieux que moi ». Il reconnaît que sa force lui provient avant tout de lui, grâce à sa détermination, mais aussi des membres de sa famille, ses parents, ses grands-parents qu’il décrit comme des battants. Il souligne aussi l’importance du soutien de ses amis et de ses entraîneurs. « J’ai un message à faire passer aux jeunes Guyanais et surtout à ceux de Saint-Laurent : Soyez déterminés ! Croyez en vous ! Allez au bout de vos rêves car si on se donne les moyens, tout le monde peut s’en sortir et faire quelque chose de grand. »

Fabienta PROSPER

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une