France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
BASKET

Basket : Dimanche sur les traces de Séraphin à Cholet

Théo Quintard Lundi 25 Mai 2020 - 18h05

- Simon Godet

Afficher toutes les miniatures

Le Cayennais Karlton Dimanche sort d’une première saison compliquée à Cholet Basket en Jeep ÉLITE. À tel point qu’il a eu envie d’aller voir ailleurs en cours de saison avant de finalement se décider à rester dans les Mauges. Alliant patience et travail, il attend sagement son heure à Cholet.

 “Pour moi, j’ai perdu une année car je ne jouais pas. J’ai échoué lors de ma première année professionnelle. Cette saison a été très compliquée car quand tu ne joues pas, tu perds confiance en toi. Mentalement, tu te rabaisses. Ça a été très dur mais mes coéquipiers ont réussi à me faire relever la tête.” Vous l’aurez compris, l’exercice 2019-2020 - avorté à la 25e journée - est loin de satisfaire Karlton Dimanche.
Le jeune arrière/meneur de Cholet a de fait vécu une saison contrastée. D’abord prometteuse, elle s’est vite avérée décevante. Au point de pousser le staff choletais à le refaire jouer en Espoirs. “Ça m’a mis un coup au moral, déplore-t-il. Si en début d’année, on m’avait dit ça, je ne l’aurais pas cru…” Et pourtant, le Guyanais s’efforce à tirer profit de ces six mois compliqués. “Je ne retiens pas que le négatif. On a fini le championnat à la 6e place, les entraînements étaient parfaits. Il est vrai que j’ai fait un gros match contre Boulazac (le 12 octobre dernier avec 11 points, 4 rebonds pour 15 d'évaluation en 15 minutes, N.D.L.R.) mais ce sont mes coéquipiers qui m’ont mis dans de bonnes conditions.”
“Être patient et travailler”
La déception d’une saison ratée reste omniprésente et il entend réaliser de toute autre performance à la rentrée. “L’année prochaine, je veux avoir du temps de jeu et essayer de développer le tir en match, mettre des points, apporter en défense et aider l’équipe au maximum. Je veux tout donner pour me faire une place dans les rotations, dans le cinq de départ voire en 6e homme.”
Et ainsi se conforter dans son choix de rester à Cholet - qui devrait jouer une Coupe d’Europe - plutôt que d’aller en Pro B gagner du temps de jeu. “Je voulais partir en milieu de saison, en Pro B, mais CB ne voulait pas. Le club me disait que tout le monde était passé par là et qu’il fallait que j’aille gratter mon temps de jeu et que je travaille sur mes points faibles. Et que l’année prochaine, je pourrai logiquement plus me montrer. En somme, ils m’ont dit d’être patient et de travailler.”
Resté à Cholet pendant le confinement, Karlton Dimanche en a profité pour intensifier ses séances de travail individuel sur son tir. “Avec Sylvain (Delorme, l’un des deux coachs assistants de l’équipe pro, N.D.L.R.), on a pu travailler sur mon tir comme on avait la salle à disposition. Car je n’avais pas une bonne mécanique et qu’il fallait que je corrige mes appuis.
“La NBA m’a motivé cette saison à continuer de bosser”
Longue de six saisons, l’histoire entre Karlton Dimanche et CB aurait donc pu malencontreusement s’arrêter en cours de saison. Repéré en 2015 par Sylvain Delorme et Jean-François Martin lors des camps organisé par Kévin Séraphin en Guyane, l’ancien joueur de l’US Sinnamary et de l’ASC Tours sait que le club des Mauges est un tremplin idéal pour la NBA. C’est d’ailleurs sur les bords de Moine que Kévin Séraphin s’est fait un nom avant de se faire une réputation outre-atlantique (7 saisons en NBA entre 2010 et 2017).
Kévin Séraphin est un modèle pour moi et même pour les basketteurs guyanais, souligne-t-il. C’est un joueur exemplaire au vue de son parcours. Il a gravi les échelons un-à-un. Il a prouvé qu’il pouvait le faire ; c’est un bosseur, il s’est battu.
Et Karlton Dimanche aspire à l’imiter. “Dans 2,3 ans ans, je veux inscrire mon nom à la Draft et essayer d’y aller. C’est mon objectif depuis tout petit, la NBA. Je souhaite aller au plus haut-niveau possible. Je veux essayer de tout donner pour y arriver. La NBA m’a motivé cette saison à continuer de bosser.
 
 
Bio express

Karlton DIMANCHE

20 ans. Né le 5 mars 2000 à Cayenne. 1,94 m.

Poste : arrière/meneur (poste 2/1).

Parcours : US Sinnamary (2006-2011), ASC Tours (2011-2012), ASC Tours et Pôle Espoirs Guyane (2012-2015), Académie Gautier Cholet Basket (2015-2019), Cholet Basket (Jeep ÉLITE, depuis 2019).

Palmarès : champion de Guymargua Minimes (2013-2014), champion de Guyane Minimes (2014-2015), MVP et vainqueur de la Coupe de France U17 (2016-2017), champion de France U18 (2016-2017), finaliste du Trophée du Futur (2016-2017), champion de France U18 (2017-2018), vainqueur du Trophée du Futur (2017-2018), champion de France Espoirs (2017-2018), MVP et élu dans le 5 majeur du championnat Espoirs (2018-2019), champion de France Espoirs (2018-2019), vainqueur du Trophée du Futur (2018-2019)

Sélections : médaillé de bronze à l’EuroBasket U18 2018, médaillé de bronze à la Coupe du Monde U19 2019




 
 






Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une