France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
santé

Venir en aide aux adolescentes enceintes

Vendredi 13 Septembre 2019 - 03h15
 Venir en aide aux adolescentes enceintes
En Guyane on considère que 20% des jeunes filles de 15 à 17 ans sont déjà mamans de plusieurs enfants / photo APo - hespels

L’Agence régionale de santé a lancé mardi un comité de pilotage dans le cadre du projet « grossesses adolescentes, prévention et accompagnement ». L’objectif est de mutualiser les compétences afin d’aider et d’encadrer les adolescentes mamans ou futures mamans.

C’est en Guyane qu’il y a le plus de grossesses à l’adolescence : problème de contraception, rapports sexuels sous la contrainte… les causes sont multiples. Si certaines adolescentes ont juste besoin d’être épaulées pour mener à bien leur tout nouveau rôle de mère, d’autres, dont la grossesse n’est pas désirée, se retrouvent totalement désemparées.

Réalisation d’un guide

Cette problématique nécessite donc une approche globale qui rassemble tous les acteurs des réseaux santé, éducatifs, sociaux et même politique, afin de pouvoir proposer des aides, des solutions mais aussi élaborer une forte prévention sur le département. L’idée de créer ce comité est née suite à la Journée Mondiale de la Contraception, le 27 Septembre 2018. Le Réseau Périnat, les Pep Guyane et le Pôle Santé du Rectorat avaient alors organisé un colloque « Grossesses adolescentes : déterminer pour mieux agir – Prévention et accompagnement des grossesses des mineures » à l’Auditorium de Remire-Montjoly afin de connaître les raisons des maternités adolescentes et d analyser le contexte social dans lequel elles se produisent, mais aussi d’ouvrir la réflexion en considérant ce qui se passe en amont : le vécu de la sexualité à l’adolescence et la difficile gestion contraceptive. Suite à ce colloque, un groupe de suivi avait été organisé, piloté par le Réseau Périnat et par le Pôle Santé du rectorat afin de pouvoir poursuivre la communication des dispositifs et d’envisager le déploiement de nouveaux projets. L’un des premiers objectifs est d’établir un guide d’accompagnement pluri-professionnel, à l’image de celui déjà réalisé en Seine Saint Denis. En effet le comité de pilotage travaille en partenariat avec le réseau Santé Publique France dirigé par Thierry Cardoso, venu en visite en Guyane au mois d’avril. Ce réseau travaille sur la même problématique dans la région parisienne à l’aide d’un guide qui rassemble toutes les notions sur la grossesse, la maternité, la prévention en unissant l’action de tous les acteurs qui gravitent autour ce de thème : le social, le juridique, l’éducation. Le comité de suivi a également pour objectif d’établir un parcours santé, avec la mise en place de référents qui viendront renforcer les équipes déjà existantes en étant un relai auprès les jeunes.

Aurélie PONSOT

7 % des grossesses

En 2014, la Guyane a compté 400 grossesses adolescentes sur 6600 naissances soit environ 7 % des grossesses. 18 % des 15-17 ans ont déjà un enfant et 2 % en ont deux ou plus. Des chiffres qui montrent un phénomène bien réel. Forte de ce constat, Clara de Bort, directrice de l’ARS, a donc lancé un comité de pilotage sur le sujet, mardi. Il comporte des membres de la CTG, du rectorat, du tribunal, mais aussi des hôpitaux, de la CAF, etc. Tous ces acteurs s’engagent à mutualiser leurs compétences et leurs champs d’actions.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
31 commentaires
Guyane

« Mòso blag ! Mòso sèryé »

Mercredi 28 août 2019

Guyane

« Mòso blag ! Mòso sèryé »

Mercredi 28 Août 2019

A la une