France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Pôle emploi organise son « job dating » sportif

Un entretien d’embauche très sportif !

Nancy LAFINE, n.lafine@agmedias.fr Jeudi 22 Septembre 2022 - 12h21

Recruteurs et demandeurs d’emploi étaient réunis au complexe sportif Étienne et Éric Edwige, ce jeudi 22 septembre, pour participer à un « job dating » peu commun fondé sur les valeurs du sport.

Durant la journée "job dating", il y avait des activités sportives le matin, un déjeuner le midi, puis des sessions de recrutement dans l’après-midi. © NL

Les officiels présents lors de ce "job dating" ont également reçu leur dossard. De G à D: Thierry Queffelec ( Préfet de Guyane), Claude Plenet ( Maire de Rémire-Montjoly ), Alexandre de LA VOLPILIERE ( Directeur général adjoint de l'ARS Guyane),Frédérique Racon ( Directrice de l'opérateur public régional de formation de Guyane), René Yomelan ( Directeur régional adjoint du Pôle emploi ) et Philippe Lamblin ( Président de la fédération française d'athlétisme). © NL

Il était important de bien se remplir le ventre avant les épreuves sportives. © NL

Au programme des activités sportifs: lancé de poids, sprint, course d'endurance, atelier de motricité et bondissement © NL

Motivation et concentration pouvaient se lire sur le visage des participants. © NL

Chaque participant a reçu un dossard sur lequel ne figure que son prénom, pour garder l'anonymat © NL

Durant la journée "job dating", il y avait des activités sportives le matin, un déjeuner le midi, puis des sessions de recrutement dans lâaprès-midi. - NL
Les officiels présents lors de ce "job dating" ont également reçu leur dossard.
De G à D: Thierry Queffelec ( Préfet de Guyane), Claude Plenet ( Maire de Rémire-Montjoly ), Alexandre 
de LA VOLPILIERE ( Directeur général adjoint de l'ARS Guyane),Frédérique Racon ( Directrice de l'opérateur public régional de formation de Guyane), René Yomelan ( Directeur régional adjoint du Pôle emploi ) et Philippe Lamblin ( Président de la fédération française d'athlétisme). - NL
Il était important de bien se remplir le ventre avant les épreuves sportives. - NL
Au programme des activités sportifs: lancé de poids, sprint, course d'endurance, atelier de motricité et bondissement - NL
Motivation et concentration pouvaient se lire sur le visage des participants. - NL
Chaque participant a reçu un dossard sur lequel ne figure que son prénom, pour garder l'anonymat  - NL
 Une première pour la commune de Rémire-Montjoly !

Ils étaient environ 160 demandeurs d’emploi à répondre présents ce matin, à la journée pour l’emploi organisée par Pôle Emploi, l’ANS (Agence nationale du sport) et la Fédération française d’athlétisme.

Dès 8h00, nombreux sont ceux qui patientent dans la file d’attente des inscrits pour récupérer un dossard sur lequel ne figure qu’un prénom. Beaucoup de trentenaires, quelques jeunes, ils ont tous troqué costumes et attaché-case contre des shorts et t-shirts de sport.

Dans la foule, on peut en apercevoir estampillés « Job dating. Du stade vers l’emploi », qui attirent l'attention.

Cet improbable intitulé signale une journée dédiée à la tenue d'entretiens d'embauche placés sous le signe du sport et de la motivation. Des ateliers sportifs le matin, précédés et suivis de collations collectives, puis des sessions de recrutement dans l’après-midi.
 
Changer les codes
 
Si le principe est innovant, il n’est pas question de minimiser la recherche d’emploi ni même de mettre en compétition chômeurs et recruteurs : il s’agit d’utiliser la pratique du sport pour désacraliser l’entretien d’embauche auprès d’un large public à la recherche d’emploi.
 
En mélangeant les recruteurs et les recrutés (toujours sous couvert d'anonymat) lors d’épreuves sportives, l’idée est de rendre plus naturels les échanges professionnels de l’après-midi.

Pour le président de la Fédération française d’athlétisme Philippe Lamblin, c’est également l’occasion de changer les codes du recrutement grâce au sport.

« Il y en a marre des CV ! Ces personnes ont des qualités qui intéressent les recruteurs. Aujourd’hui la statistique montre que sur 200 opérations réalisées, 60 à 70% des gens trouvent une formation ou un travail ensuite ».

Une initiative qui s’inscrit également dans la continuité du projet Paris 2024 selon lui : « La France doit être plus en forme après, qu’avant les Jeux ! ».

Des baskets à la place d’un CV
 
Pas de doute, cette journée « job dating » en a séduit plus d’un, autant chez les recruteurs que chez les demandeurs d’emploi !

Au sein du groupe de jeunes en formation au RSMA, c’est une approche qui se veut rassurante. « C’est la première fois qu’on peut aller à un entretien d’embauche en short et t-shirt. Après le sport de ce matin, il y aura certainement moins de stress durant les entretiens de l’après-midi. Les gens seront plus naturels ! » expliquent, Minerva ( 18 ans ) et Sam ( 19 ans ).

De son côté, Klarina, recruteuse pour la Marine nationale, se dit plutôt convaincue par le concept. « Notre objectif depuis 2021 c’est de participer à plusieurs manifestations afin de se montrer et de faire connaitre la marine nationale. Beaucoup de gens ignorent que nous proposons tous les métiers qui existent dans le public et le privé sauf dans la petite enfance. Aujourd’hui c’est un bon moyen d’en parler, et de faire des recrutements ».

Même s’il est encore trop tôt pour savoir combien d’entre eux décrocheront un job, un stage ou une formation à la suite de cette opération, René Yomelan, Directeur régional adjoint du Pôle emploi, se réjouit déjà du « succès » de cet événement.

« Environ 160 personnes venant de différents quartiers sont présentes, ainsi que 19 employeurs avec plus de 90 offres d’emploi. Sur ce type d’événement, lors du bilan à chaud 3 semaines après, généralement 30% des personnes présentes ont retrouvé un emploi. Au bout de 5-6 mois, 80 % sont soit en reprise d’emploi, en formation ou en immersion dans une entreprise. C’est une réelle opportunité ! »
 
 

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
17 commentaires
3 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire