• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COVID -19

Santé publique France : "le bilan de l’année 2021 est plus lourd que celui de l'année dernière"

La Rédaction Mercredi 17 Novembre 2021 - 14h47
Santé publique France : "le bilan de l’année 2021 est plus lourd que celui de l'année dernière"

 Santé Publique France a publié hier son bulletin qui revient sur les 20 derniers mois de la crise sanitaire en Guyane. Le bilan de l’année 2021 est plus lourd que celui de l’année précédente, "avec deux vagues particulièrement sévères et meurtrières, conduisant ensemble à plus de 2100 hospitalisations, 436 admissions en réanimation et au moins 220 décès hospitaliers".

 C’est un rapport consigné par Clara de Bort, Directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS), et Cyril Rousseau, Responsable de Santé publique France.

Dès 2020, ils constatent une surmortalité spécifique de la première vague, de l’ordre de +24%, avec près de 70 décès, 1720 hospitalisations dont 143 en réanimation a été relevée. Mais le bilan de l’année 2021 est plus lourd encore, avec deux vagues particulièrement sévères et meurtrières, conduisant ensemble à plus de 2100 hospitalisations, 436 admissions en réanimation et au moins 220 décès hospitaliers.

Une situation que déplore les auteurs de ce rapport car selon eux : 
« Ceci est survenu dans une période de disponibilité du vaccin, et de multiplication des opérations d’aller-vers et nombre de ces décès étaient évitables. Marquée par une forte prévalence de la précarité, des comorbidités et une prégnance du secteur informel, la Guyane ne fait pas exception au constat selon lequel les personnes les plus vulnérables sont aussi les personnes les plus difficiles à protéger (conditions d’habitation, faible recours à la vaccination), et qui sont aussi les plus fragilisées par les mesures de contraintes nécessaires à la gestion de l’épidémie » , peut-on lire dans l’édito.
Avec 34,2% de guyanais de plus de 12 ans vaccinés, les organismes de santé déplore le fait que « la vaccination peine encore à s’imposer même si des progrès réguliers ont lieu notamment pour les plus âgés. Ce bulletin ne décrit pas tous les efforts déployés pour aller à la rencontre de la population, afin de proposer dépistage ou vaccination, et tenter de corriger les inégalités d’accès aux soins ou à la prévention dans un territoire vaste et complexe. Plusieurs enquêtes non présentées dans ce bulletin nous permettent de mieux cerner les caractéristiques de l’hésitation et la motivation vaccinales, dans un contexte singulier qui mêle bien souvent la vaccination aux revendications politiques et sociales voire aux enjeux identitaires. »

La surveillance épidémiologique quotidienne et les éléments de synthèse présentés dans ce BSP sont essentiels pour piloter la gestion de crise et mieux comprendre rétroactivement ce qui s’est passé en Guyane. Ils nourrissent les échanges avec les acteurs du territoire pour progresser collectivement dans la maîtrise de l’épidémie. « Ils sont à enrichir d’éléments d’analyse sociologiques qui sont encore à développer », précise le rapport.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

g6d 18.11.2021

ferons nous mieux en 2022? Je ne doute pas de la détermination de tous nos Komités, voire de nos élus, si compétents dans le domaine médical.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
4 commentaires
27 commentaires
2 commentaires
1 commentaire
A la une