France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Martinique : Les statues de Joséphine et de d'Esnambuc déboulonnées

Photos et vidéos Jean-Marc Étifier (FAM) Lundi 27 Juillet 2020 - 07h11

En Martinique, les militants RVN (Rouge Vert Noir) ont mis leurs menaces à exécution. Dimanche matin (26 juillet), sur la place de la Savane, à Fort-de-France, ils ont déboulonné les statues de l'Impératrice Joséphine et de Pierre Belain d'Esnambuc.

Dans une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux cette semaine, plusieurs membres du collectif « Rouge-Vert-Noir », avaient mis en demeure le maire de Fort-de-France, Didier Laguerre, de « déboulonner » la statue de Joséphine de Beauharnais qui se trouve sur la Savane. Un ultimatum qui a expiré ce dimanche 26 juillet…
Menaces à exécution
En réponse, le maire de Fort-de-France avait indiqué par voie de communiqué qu'il ne céderait à l'injonction de personne. Didier Laguerre avait aussi prévenu qu'il saurait « prendre ses responsabilités, à chaque fois que des destructions seront opérées dans l’espace public de la Ville ».

Plusieurs militants de la mouvance RVN ou encore de MUN, après avoir tagué les édifices, ont donc mis leurs menaces à exécution.

√ Plus de détails dans l'édition de France-Antilles ce lundi 27 juillet

Condamnation du préfet de Martinique
Dans un communiqué diffusé, ce dimanche, le préfet Stanislas Cazelles a « condamné ces destructions qui sont l'action inadmissible d'une minorité violente ».

Et d'ajouter : « des commissions mémorielles ont été mises en place dans plusieurs communes. Ces initiatives permettront aux conseils municipaux de prendre des décisions respectueuses des convictions et des faits historiques. L'Etat soutient ces initiatives car elles permettent le dialogue et s'inscrivent dans le débat démocratique », a-t-il écrit, demandant de laisser « les commissions mémorielles faire leur travail ».

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Vendeta973 29.07.2020
Et la une fois de plus....

Pas de suite judiciaire.....alors que le pauvre mec de KOUROU qui défendait son beefteck se retrouve condamné pour 15 mois avec 6 mois de sursis...
On se marche sur la tête

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 28.07.2020

Lamentable...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
16 commentaires
2 commentaires
A la une
1 commentaire