France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ENERGIE

Maroni : Sur l’île Bastien, 152 panneaux solaires pour électrifier les habitats

Mathurin LEVIS Mardi 21 Septembre 2021 - 08h42

C’est un petit peu la fée électricité qui a posé ses bagages sur l‘île Bastien la semaine dernière. Sur cette île isolée à une quarantaine de kilomètres de Saint-Laurent du Maroni, en amont du fleuve, la maire de la commune, Sophie Charles est venue inaugurer le tout nouveau dispositif d’électrification des habitats : des stations solaires individuelles financées par un partenariat avec EDF.

Des stations individuelles de huit panneaux solaires pour électrifier les habitats
Les premiers coups de pelles ont été donnés en mars 2020 pour faire sortir de terre la vingtaine de stations solaires qui alimentent dorénavant en électricité les 19 habitations de l’île. Au total « chaque habitant qui a une maison a eu l’installation de huit panneaux solaires pour lui fournir de l’électricité », explique Brigitha Atinge, qui habite l’île avec sa famille.
Un partenariat entre la CCOG et EDF
Comment cette couteuse opération a-t-elle pu voir le jour ? Elle résulte d’un récent partenariat noué entre la Communauté de Commune de l’Ouest Guyanais (CCOG) et EDF pour l’électrification des écarts isolés du Maroni. Les 152 panneaux solaires ont été fournis par la compagnie d’électricité et leur installation a été intégralement financée par la municipalité de Saint-Laurent du Maroni. Les familles ont eu seulement à financer leur propre installation électrique et devront s’acquitter d’une contribution de quarante euros tous les deux mois.

Dans un communiqué, Sophie Charles, vante un modèle de production électrique qui répond au besoin des habitants tout en privilégiant des solutions durables et respectueuse de l’environnement : « Je suis heureuse de pouvoir fournir un service permettant aux zones extrêmement isolées de bénéficier d’une alimentation électrique de qualité. Cette expérimentation a vocation à être étendue à tous les écarts du territoire si la population en fait la demande » assure-t-elle.
« Ça change notre vie de tous les jours, nous sommes tous très contents »
Du côté des habitants justement, la satisfaction semble être de mise. Brigitha Atinge détaille : « Toute mon électricité vient maintenant des panneaux et tout marche très bien. On a de l’électricité 24h sur 24, de jour comme de nuit. Avant, on devait avoir un groupe électrogène, c’était compliqué et cher car il fallait de l’essence pour le faire tourner. C’était plus de 200 euros par mois et on devait couper le groupe la nuit. Maintenant, je peux garder l’électricité la nuit et faire fonctionner un congélateur et un frigidaire normalement. Je peux conserver des produits frais et de la viande. On va faire des économies et ça change notre de vie de tous les jours, nous sommes tous très contents ».





Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 22.09.2021
vive le solaire

le solaire c'est l'avenir pour la Guyane... Le soleil ici est puisant (pres de "equateur"), sa marche bien avec les paneaux... En plus t'as plus a payé EDF (voleurs) parce que tu es "independent" avec tes paneaux et tu peux meme leur revendre ton "surplus" ! et c'est mieux pour "ecologie", les humain ont trop detruit la planete, le climat change beaucoup, ya plus de saison (pluie au mois de septembre ect), donc faut plus d'ecologie au lieu de nucleaire ect.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 22.09.2021
Belle blague !

Que reste t'il des installations solaires posées par Solelec dans les années 90 ? Que dalle ! L'entretien n'était pas fait, donc les clients ne payaient pas, donc l'entretien n'était pas fait, donc les clients ne payaient pas, donc... Je ne te parle pas des panneaux volés, des batteries qui disparaissent,... Que va t'il rester des installations dont on parle dans ce reportage ? Ouais, tu connais déjà la réponse : la moitié sera au Suriname dans moins d'un an, l'autre moitié sera au Brésil..;

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
13 commentaires
1 commentaire
2 commentaires
5 commentaires
A la une
2 commentaires
8 commentaires
1 commentaire