Les agents pénitentiaires « au bord de la rupture »

Les agents du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly accumulent les heures supplémentaires au détriment de leur santé, d'après René Polydore, secrétaire général de l'Ufap-Unsa Guyane. « Il y a eu trois cas d'accident vasculaire cérébral, c'est à associer au présentéisme » , pense-t-il. En un mois, plus de 4 000 heures supplémentaires seraient dénombrées, et plus de 50 000 par an. Au lieu de travailler soit de 7 heures à 13 heures, soit de 13 heures à 19 heures, un même agent serait...

France-Guyane 456 mots - 13.07.2017
Cet article d'archive est payant ou réservé à nos abonnés ayant un crédit suffisant
Vous disposez d'un compte avec un crédit d'archives ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié
Nos formules d'achat d'archive à l'unité
Nos formules d'abonnement

Découvrez toutes nos offres d'abonnement

Découvrir