France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le groupe France-Antilles-Guyane fixé sur son sort le 30 janvier

Mercredi 15 Janvier 2020 - 13h00
Le groupe France-Antilles-Guyane fixé sur son sort le 30 janvier
Les salariés de France-Antilles vont devoir encore patienter dix jours pour connaître leur avenir. - Melinda Boulai

La décision qui va sceller l'avenir de votre journal FA Guyane, ainsi que celui des journaux FA Guadeloupe et FA Martinique, sera connue le jeudi 30 janvier prochain. Le tribunal de commerce de Fort-de-France a mis sa décision en délibéré.

Au final, hier, le tribunal a eu à examiner une seule offre globale pour les sociétés de France-Antilles. Bruno Blandin, le président du Medef Guadeloupe qui portait l'offre d'Octopus Network et la reprise d'une trentaine de salariés sur les 236 que comptent la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, a retiré son offre. Elle était suspendue à la possibilité de récupérer le foncier abritant l'imprimerie et les bâtiments administratifs en Guadeloupe.

Seule offre en lice donc, celle portée par Aude Jacques-Ruettard, l'actuelle et seule actionnaire du groupe France-Antilles depuis son rachat en juin 2017. 

Une offre dont le financement est évalué à 6,7 millions d'euros, et dont le tour de table n'est, à ce jour, pas entièrement bouclé. Il manque encore 1,3 million d'euros de fonds privés pour permettre à Aude Jacques-Ruettard de finaliser son offre sur le plan financier. 

Pour ce projet de reprise, soumis à accord du procureur, elle s'est entourée d'investisseurs privés locaux (essentiellement martiniquais) et bénéficierait d'un engagement de l'Etat et des collectivités, prêts à participer à la même hauteur que les privés. 

Une version exclusivement digitale en Guyane

Dans le projet porté par l'actionnaire actuel, le journal deviendrait un tri-hebdomadaire en Martinique et en Guadeloupe, et l'édition guyanaise serait proposée, dans un premier temps, en version exclusivement numérique.

Une nouvelle périodicité qui s'accompagnerait aussi de la fermeture des imprimeries en Martinique et en Guyane. L'impression des journaux se ferait en Guadeloupe d'où ils seraient acheminés par bateau.

Sur les 236 salariés du groupe, le projet d'AJR permettrait de maintenir 125 emplois, dont 6 en Guyane

Pour dégager du chiffre d'affaires, le groupe France-Antilles s'appuierait désormais sur le développement de l'évènementiel (organisation de concerts, soirées, l'édition de guide...), d'un pôle radio, et d'une montée en puissance sur le numérique. 

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 30 janvier prochain. La présidente du tribunal a donné à l'actionnaire jusqu'au 27 janvier au plus tard afin d'apporter les garanties manquantes à son financement.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

xxl 16.01.2020
Je ne suis pas FA

je ne suis pas FA

Répondre Signaler au modérateur
xxl 16.01.2020
Je ne suis pas FA

je ne suis pas FA

Répondre Signaler au modérateur
xxl 16.01.2020
Je ne suis pas FA

je ne suis pas FA

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 15.01.2020

Bye bye...FG.

Répondre Signaler au modérateur
Kikiwideguyane 15.01.2020

A quel prix l offre numerique ? Si c est pour maintenir les 8€actuels pour 4 feuilles d articles non corrigees merci ca va aller..

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
11 commentaires
A la une
1 commentaire