• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Le "banquier", le courrier et la bombe de déodorant

Michel LE TALLEC Dimanche 13 Juin 2021 - 08h33
Le "banquier", le courrier et la bombe de déodorant
Balance - Justice - DAMIEN MEYER (AFP/Archives)

Jalousie? Suspicion? Curiosité déplacée? Le tribunal a eu un peu de mal à comprendre les raisons de la dispute qui s’est élevé entre deux hommes vivant plus ou moins en concubinage, dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, à Cayenne. Le mis en cause, déféré pour violences aggravées, a été condamné à 6 mois avec sursis.

 Les visages des magistrats, du substitut du procureur, de l’avocate du mis en cause, des gendarmes présents et même de certaines personnes présentes dans la salle ont fini à un moment par refléter quelques difficultés de compréhension, tant l’affaire jugée ce jour-là, vendredi 11 juin, semblait plutôt embrouillée.

Tentons de résumer. Un couple d’hommes, entretenant une liaison amoureuse depuis trois ans, se dispute violemment sur fond d’alcool dans la nuit du 16 au 17 mai 2021, à Cayenne, pour, apparemment, une histoire de courrier émanant de l’hôpital et faisant état de résultats d’analyses.

« C’est quoi, ce courrier ? » demande l’un. « Ça ne te regarde pas » rétorque l’autre. Jalousie ? Suspicion d’une liaison « extra-conjugale » ? Curiosité mal placée? L’affaire dégénère, il est question de couteau brandi, de bombe de déodorant agitée en compagnie d’un briquet, d’un des protagonistes chassé et se retrouvant en caleçon dans la rue, le tout sous le regard de témoins présents, mais, semble t-il, peu actifs, selon l’instruction menée la présidente du tribunal Chouchou Briffot.

Bref, le mis en cause, un homme d’une quarantaine d’années né à Cayenne, comparaissait pour violences aggravées. Très à l’aise devant les magistrats, il réfute toute violence et plaide pour de la simple « intimidation. » « Je n’ai fait qu’agiter le couteau et la bombe de déodorant, c’était pour me défendre. »

Précisons néanmoins qu’il a déjà été condamné pour des faits de violence. Quant à son concubin, un quadragénaire né à Paris, présent à la barre, mais non mis en cause, il affirme « ne s’être jamais impliqué dans une quelconque bagarre » et fait montre d’un agacement croîssant face aux questions de Me Maud Leguet, l’avocate du prévenu, qui cherche à comprendre ce qui s’est exactement passé. Il déclarera enfin qu’il en avait assez d’être le « banquier » du mis en cause.

Sans doute peu inspiré par le dossier, le substitut du procureur, Julien Jacob, a fait très court et a demandé au tribunal une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis, avec obligations de soins, de travail, et l’interdiction d’entrer en contact avec la victime. L’avocate, avouant très honnêtement « qu’on ne comprend strictement rien dans cette affaire, au vu d’une enquête préalable inexistante », plaidera la relaxe.

Dans son verdict, le tribunal a suivi les réquisitions du parquet.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

custodies 13.06.2021
utilité de cette article ?

Si vous cherchez des sujets à traiter, l'actualité guyanaise n'en manque pas... L'état des routes, les promesses non tenues de nos hommes politiques... Les t-shirt donnés contre un vote dans les quartiers défavorisés... les communes isolées encore et toujours inondées...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
2 commentaires
Justice

[LIVE FG] Olivier Goudet entendu à la...

S.R. - Mardi 8 Juin 2021

1 commentaire
A la une
8 commentaires
Une

Un corps retrouvé au Saut Bief

S.R. - Lundi 20 Septembre 2021

 

1 commentaire
3 commentaires