France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Protection des animaux « n’y arrive pas »

Mercredi 23 Janvier 2019 - 03h15
La Protection des animaux « n’y arrive pas »
L'association de Protection des animaux de Guyane a recueilli près de 250 chiens l'année dernière, selon son président, Delmino Canario.

À la suite des dégâts causés par une meute de chiens errants au début du mois à Rémire-Montjoly, des habitants s’apprêtent à intenter une action en justice.

Dans les rues, sur les réseaux sociaux, les images de chiens errants se multiplient. Récemment, une meute a défrayé la chronique en s’en prenant à des infrastructures (FA-Guyane du 14 janvier), à des voitures, à des chats dans le quartier de Montravel, à Rémire-Monjoly. Si bien que des habitants ont fait circuler une pétition dans le but d’intenter une action en justice.

Le problème n’a rien de nouveau : en 2017, la fourrière de l’Agglo a recueilli 887 chiens ramassés à Cayenne, Macouria, Matoury, Montsinéry, Roura et Rémire-Montjoly. Le bilan de l’année 2018 n’est pas encore disponible. «  Notre problème concerne les chiens qui échappent au contrôle de leur propriétaire  », explique la responsable de la cellule traitement et environnement de la communauté d’agglomération, Andréa Juniel, qui rappelle les bases : «  Les maîtres doivent se montrer vigilants, ne pas s’éloigner de plus de 100 mètres de leur animal et les attacher ou les maintenir dans des espaces clôturés.  »

Pour adopter un animal auprès de la fourrière, la procédure est très contrôlée : les futurs propriétaires doivent prendre en charge les frais d’identification et de vaccination de l’animal (environ 100 euros). Les autorités encouragent aussi les volontaires à stériliser l’animal.

Ouvrir un dispensaire

L’association de Protection des animaux de Guyane a lancé une campagne ces derniers mois afin de sensibiliser les Guyanais au problème. Son président, Delmino Canario, reçoit «  des dizaines d’appels par jours  ». Son constat est sans appel : «  On n’y arrive pas. Il y a davantage d’animaux que de demandes d’adoption. On est obligé d’envoyer certains animaux dans l’Hexagone, même si notre objectif, c’est avant tout de régler le problème sur le territoire.  » L’année dernière, l’association aurait recueilli «  environ 250 chiens  », selon son président.

Pour Delmino Canario, le problème est aussi économique : «  Notre souci majeur, c’est la prise en charge des frais vétérinaires.  » L’association recherche actuellement des financements afin d’ouvrir un dispensaire, où ces services seraient offerts gratuitement aux plus démunis. Elle espère pouvoir ouvrir la structure d’ici au mois de juillet. 

Gabrielle TROTTMANN

 

Depuis 2016, tout particulier qui souhaite vendre un chiot ou un chaton qu’il a fait naître est considéré comme un éleveur au regard de la loi. Il doit donc se déclarer auprès de la chambre d’agriculture de son département et obtenir un numéro Siren (Système informatique du répertoire des entreprises) pour valider une annonce, sur papier comme sur internet. Une réglementation portée par des associations de défense des animaux pour plus de transparence.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
9 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 23.01.2019

Incapable d’éduquer des animaux comme les enfants...lol

Répondre Signaler au modérateur
zizoupila 23.01.2019
Aux Antilles Guyane certains prennent les autres pour des" coco fiolo"

Ils se crée un emploi de "fouriétiste" payé ou subventionné par les impôts du contribuable
ils vous demande 100 € pour adopter un vulgaire "chien lawi" pétri de tares mais de qui se moque t on ???
renvoie de vulgaire chien dans l'hexagone dans le but d'être adopté. Que d'énergies et de la finance gaspillés pour de vulgaires cabots, tout cette argent serait plus utile ailleurs et vlan!!

Répondre Signaler au modérateur
zizoupila 24.01.2019

lire :
cet argent
ils se créent
ils vous demandent
Renvoient de ...

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 25.01.2019

Comprendre vous êtes nul en français...lol.

Répondre Signaler au modérateur
zizoupila 26.01.2019

Vous n'êtes pas mieux et cela ne m'a jamais empêché de manger ni de b.ser. Pouvez vous en dire autant ? J'en doute !!

Répondre Signaler au modérateur
zizoupila 26.01.2019

Vous n'êtes pas mieux et cela ne m'a jamais empêché de manger ni de b.ser. Pouvez vous en dire autant? J'en doute !!

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 27.01.2019

Quelle belle réponse argumentée : « nananère vous l’êtes aussi ». Et je passe sur le ventre et l’entrejambe...lol. Pas de doute, vous illustrez parfaitement la vacuité locale. Bravo.

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 25.01.2019

avant de parler renseignez vous dans vos commentaire il y a qu'un concentré de préjugé mais rien de vrai!

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 26.01.2019

Tout à fait. Quelle perspicacité! Après plusieurs années, j’ai vu que la raison ne servait a rien ici. Vu que vous et les Melsum êtes dans l’ère du fait divers, de la justice whatsapp, et de l’empathie dénuée de toute réflexion, autant s’amuser avec de la provocation en s’abaissant à votre niveau de clichés sur notre monde. Le vôtre s’arrête à la Guyane le plus souvent. Bien le bonjour mes mignons.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire