• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

L'avocat Juan Branco à la cour d'appel de Cayenne

S.R. Vendredi 12 Novembre 2021 - 14h34
L'avocat Juan Branco à la cour d'appel de Cayenne
Avocat et militant, défenseur des gilets jaunes, il devrait arriver par voie aérienne à Cayenne ce samedi 13 novembre. - Afp

 Son cabinet nous l’a confirmé : l’avocat Juan Branco défendra en appel les quatre personnes condamnées pour avoir « dégradé ou détérioré » une façade de la préfecture en Juillet 2020.

 La salle sera sans doute pleine. D’une part en raison de la combinaison d’avocats appelée à défendre cette affaire qui a défrayé la chronique mi-octobre, d’une autre parce qu’un fragment important de soutiens annonce être présent devant la Cour d’appel peu avant le début du procès.

Ce lundi 15 novembre, au moins 5 avocats défendront Gilles Beaudi, Alexander Marchener, Stéphane Palmot et Richard Cimonard, condamnés à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel de Cayenne pour avoir dégradé la préfecture le 21 juillet 2020 après déclenchement d’un feu de palettes à proximité immédiate de l’hôtel préfectoral.

Leur procès en appel s’ouvrira à la Cour d’appel de Cayenne à 14 heures. A cette occasion, l’auditoire pourra entendre plaider à la barre les robes noires présentes à l’audience pour assurer la défense des quatre syndicalistes, incarcérés au centre pénitentiaire de Remire-Montjoly depuis le 14 octobre.

Tour à tour : Me Chevry et Me Aristide du barreau de Guadeloupe, Me Leblanc et Me Louze Donzenac du barreau de Cayenne et… Me Juan Branco du barreau de Paris. Me Sagne, du barreau de Cayenne, participera à une conférence de presse organisée à l’hôtel Amazonia demain (samedi 13 novembre) à 18h. Son cabinet ne nous a pas confirmé sa présence à l’audience.
Défense collective
Figure de proue de l’anti-macronisme, soutien très médiatique des « gilets jaunes » et activiste politique de renom, l’avocat a annoncé sur son compte twitter « défendre en appel quatre syndicalistes embastillés suite à une manifestation réclamant des moyens de soins ». Comme expliqué dans cet article, les faits reprochés aux quatre condamnés remontent au 21 juillet 2020. A cette date, en marge d’une mobilisation du Mayouri Santé, une vingtaine de pneus et de palettes de bois apposés sur l’hôtel préfectoral avaient brûlé, endommageant la façade de la préfecture visible depuis la place Léopold Héder.

Le 15 octobre, le tribunal correctionnel a condamné Gilles Beaudi à 12 mois d’emprisonnement ferme avec mandat de dépôt, requalifiant les faits dont il a été reconnu coupable en « complicité de dégradation et détérioration d'un bien appartenant à autrui ». Richard Cimonard, Stéphane Palmot et Alexander Marchener ont quant à eux été reconnus coupables des faits pour lesquels ils étaient poursuivis et ont tous trois été condamnés à une peine de 18 mois d’emprisonnement ferme avec mandat de dépôt. Le quatuor a été transféré au centre pénitentiaire de Remire-Montjoly dans une ambiance brûlante au Larivot.

Les dégâts imputables à cet incendie auraient coûté la bagatelle de 133 000 euros en réparations, selon les services préfectoraux. L’Etat s’était constitué partie civile pour le procès du 15 novembre, et un éventuel dédommagement sera étudié au cours d’une audience sur intérêts civils.

A l’audience de la cour d’appel, les quatre syndicalistes seront défendus « collectivement » par les avocats précités. Le cabinet de Juan Branco, contacté par France-Guyane, confirme que l’activiste politique plaidera également. Le 14 octobre, seuls Me Leblanc et Me Louze-Donzenac étaient présents à l’audience en correctionnelle, au lendemain du procès intenté par le Mouvement international pour les réparations à la cour d’appel de Fort-de-France, dans lequel ils plaidaient également, pour le MIR.

« On a l’habitude de fonctionner comme ça. » nous explique Me Aristide, contactée par voie téléphonique, en écho à l’organisation collective de la défense. Un procès en appel à suivre sur france-guyane.fr.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

bozo 14.11.2021
Il venait faire quoi le neneu ?

Un avocat polémiste qui a écrit plus de livres qu'il n'a plaidé d'affaires au cours de sa très courte carrière.
On peut se demander ce qu'il était venu faire en Guyane?
Le but de sa venue était elle vraiment de permettre la libération des 4 condamnés ? On peut arriver à se demander si son objectif ne serait pas plutôt qu'ils en prennent un max, qu'ils en prennent davantage afin de créer un prétexte pour tenter de déstabiliser la Guyane, en prétextant une justice coloniale?
Telle est la question.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 14.11.2021
Neneu Bloqué pour cause de fièvre jaune

Et un neneu de moins en Guyane, il découvre la réalité du passeport vaccinal qui existait bien avant sa naissance
Et oui, pas de vaccination fièvre jaune, pas de voyage vers la guyane...
Reste chez toi, fais ta révolution tout seul et oublie nous, tu ne nous manqueras pas...

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 13.11.2021

Après nous avoir refourgué Cahuzac, la métropole nous envoie Branco. N'en jetez plus ! La cour est pleine.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 13.11.2021

Cet avocat vient pour faire de la publicité pour ses idées. Il vaut mieux ne pas être défendu par lui dont la principale préoccupation est de se poser en accusateur plutôt que de vraiment défendre ses clients. Verges agissait ainsi et perdait beaucoup de procès, voire arrivait à faire aggraver les peines. Branco est un adversaire affiché de Macron :c'est tout !

Répondre Signaler au modérateur
Kokosec 13.11.2021

N'oubliez pas de demander à BRANCO....passe sanitaire et son carnet jaune

Répondre Signaler au modérateur
bozo 12.11.2021
La bite à Grivaux pour la défense ?

Peut-être que à l'audience, cet avocat présentera le sexe tape de la bite à Grivaux ?
Il est prêt à tout pour faire parler de lui...

Répondre Signaler au modérateur
bozo 12.11.2021
Juan Branco, un fardeau plus qu'une aide

Le problème de cet avocat, c'est qu'il roule que pour lui.
Il cherche l'événementiel au détriment de ceux qu'il prétend défendre.

Avec lui les 4 condamnés risquent de plonger pour encore plus longtemps.
Il suffit de taper

Juan Branco

sur Google pour se rendre compte de ce à quoi on a affaire...

Répondre Signaler au modérateur
Vieux blanc 13.11.2021

Il y aurait il des fortunes cachées pour payer tout ce beau monde.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
18 commentaires
A la une