• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

L'appel à l'aide des demandeurs d'asile LGBT Cubains, qui sont à la rue à Cayenne

Samir MATHIEU Mercredi 2 Septembre 2020 - 10h55
L'appel à l'aide des demandeurs d'asile LGBT Cubains, qui sont à la rue à Cayenne
Ils sont actuellement six demandeurs d'asile cubains LGBT à la rue à Cayenne - Samir MATHIEU

Une trentaine de Cubains serait arrivée depuis le mois de juin en Guyane. Ils ont fuit Cuba, en passant par le Suriname et attendent d'être reconnus comme réfugiés en Guyane. En attendant, ils sont plusieurs à être à la rue à Cayenne. D'autres sont encore à Saint-Laurent ou de l'autre côté de la frontière au Suriname.

 rès d'une trentaine de Cubains aurait passé clandestinement la frontière du Suriname pour venir en Guyane ces derniers mois. Une douzaine d'entre eux sont issus de la communauté LGBT et ont déclaré avoir fuit Cuba pour mettre fin aux discriminations et violences dont ils étaient victimes. Leur périple pour venir en Guyane a été parsemé d'embuches. Ils ont transité par le Suriname où ils sont restés bloqués sur place pendant plusieurs mois en raison de la crise du Covid19. Certains ont décidé malgré la fermeture des frontières, de faire le pas et de venir en Guyane. Cela s'est fait en plusieurs fois. Ces Cubains ne sont pas arrivés en même temps. Il y a eu quelques cas individuels tout d'abord avant qu'un groupe de 12 n'arrive en juillet à Saint-Laurent. Là, ils ont été placés en quatorzaine, toujours en raison du coronavirus, et avaient donc interdiction de bouger, et de se rendre à Cayenne. Ils ont passé cette quatorzaine au centre d'hébergement de la Croix-Rouge à Saint-Laurent.
Examen des premiers dossier en octobre
C'est une fois cette période de quatorzaine passée qu'ils ont pu se rendre à Cayenne. Car c'est à Cayenne que se trouvent toutes les administrations pour faire les démarches de papiers, que ce soit pour être reconnu comme réfugié mais aussi pour essayer d'obtenir un logement. Selon nos informations, les premiers d'entre eux devraient voir leur dossier examiné par l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) à la fin du mois d'octobre. C'est à ce moment là que ces demandeurs d'asiles sauront s'ils sont reconnus comme réfugiés et s'ils pourront obtenir un titre de séjour temporaire. Mais en attendant, la question de leur logement n'a pas été réglée. Tous les organismes sociaux sont surchargés en raison de la Covid19 et il n'y a plus aucun hébergement d'urgence de disponible selon un responsable associatif qui a pris contact avec eux. L'association Kaz'Avenir de Steven Kuzan (ancien responsable du Refuge en Guyane) a lancé un appel aux volontaires pour leur trouver des familles d'accueil. Pour l'instant, un couple de jeunes femmes est hébergé dans une maison sur l'île de Cayenne. Les autres demandeurs d'asiles cubains se retrouvent à la rue. Ils vivent et dorment dehors, non loin des locaux de la Croix-Rouge, qui reste en contact avec ces Cubains.
"Nous avons vraiment besoin d'aide"
Nous avons rencontré Llonys, 31 ans, Leyani, 27 ans, Reynier, 34 ans, Ariannis, 20 ans, Karelia, 33 ans et Kledis qui est lui âgé de 45 ans. Ces 6 rescapés cubains dorment sur des matelas à même le trottoir. Quelques habitants sont venus leur apporter des biens comme donc les matelas mais aussi une bâche pour qu'ils puissent s'abriter quand il pleut, mais aussi par exemple des batteries pour téléphone, des vêtements. La générosité des Cayennais passe aussi par ces attentions qui ont fait chaud au coeur des jeunes migrants. Les associations caritatives se chargent pour leur part d'amener de quoi manger à ces six naufragés. De son côté, Steven Kuzan et son association Kaz'Avenir ne désespèrent pas de trouver d'autres familles d'accueil pour héberger temporairement ces Cubains. "Les rapports internationaux montrent bien que même si au niveau de la loi, les choses tendent à s'améliorer à Cuba, le quotidien des personnes LGBT y est très difficile. Ils sont toujours victimes de discrimination, de rejet familial et sociétal et même de violences" rappelle le responsable associatif, investi depuis de nombreuses années pour la cause LGBT et pour l'accueil des personnes rejetées et discriminées en raison de leur orientation sexuelle. La situation actuelle, c'est Lionys, l'un des six derniers réfugiés cubains à la rue à Cayenne qui la résume par cet appel à l'aide : "nous avons vraiment besoin d'aide. Nous n'en pouvons plus de dormir dehors. Et nous ne nous sentons pas en sécurité la nuit".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 02.09.2020
La misère du monde

Parce que la Guyane a vocation d'accueillir toute la misère du monde et LGBT de surcroit ?

Pourquoi ne vont-ils pas demander asile à des endroits plus proches de Cuba ? Saint-Martin côté hollandais ? Barbade ? Porto Rico ? Trinidad et Tobago ?

Répondre Signaler au modérateur
seu otário 03.09.2020

Un Cubain a en moyenne un IDH bien plus élevé que le Guyanais moyen, c'est aussi ça la différence entre une île sous embargo avec un département sous perfusion massive.

Répondre Signaler au modérateur
caracara 03.09.2020

L'explication est toute trouvée! Les pays que vous citez, sont-ils aussi généreux que la France? Ces gens savent très bien qu'ils obtiendront les aides françaises!La terre entière connait la générosité de notre pays! Un peu de patience, et bientôt tout leurs sera attribué; encore des nouvelles chances qui participeront certainement au développement Guyane, je n'en doute pas!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 02.09.2020
LGBT à Cuba, makou main en Guyane

pas certain que le regard des autres soit plus facile en Guyane, que à Cuba.
Ici ce qui est décrit comme LGBT dans les différents pays est pas toujours bien accepté par la population guyanaise. pas certain qu'ils aient choisi la bonne destination, qui plus est, le fait de trop les médiatiser risque d'amplifier encore ce phénomène...
Après les réfugiés économiques, on a eu les réfugiés économiques, et à ceci on ajoute les réfugiés sexuels...
Pas certain que de prétexter une orientation sexuelle soit un bon choix pour demander l'asile. Surtout que une partie de la population accepte les médecins cubains, qu'ils soient LGBT ou heteros...

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 03.09.2020

Dire que s'ils avaient été juste médecins cubains, ils auraient été accueillis en héros !

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 02.09.2020

Ça faisait un moment qu'on ne nous en parlait plus et là je commençais à être franchement angoissé !
les cubains LGBT++, le feuilleton de l'été dont personne n'a rien à f... devient le feuilleton de l'automne.
Merci FG !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
A la une