France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
transport

« Jamais sans mes chiens » : le cri du cœur de Stéphane

Jeudi 5 Décembre 2019 - 03h05
« Jamais sans mes chiens » : le cri du cœur de Stéphane
Maxx (3 ans), Elite (9 ans) et Gunior (7 ans) sont cloués sur le sol guadeloupéen, aucune compagnie aérienne n’acceptant de les transporter / photoDR - dr

Stéphane Vromant, qui vit depuis 15 ans en Guadeloupe, doit rentrer dans l’Hexagone pour raison familiale. Sauf qu’aucune compagnie aérienne n’accepte ses bouledogues français à bord de ses avions au motif qu’ils sont brachycéphales et donc sujets à des difficultés respiratoires. Prendre le bateau ? Il y a pensé, mais là aussi c’est non. Il dénonce « une prise d’otage » et refuse catégoriquement d’abandonner ses chiens.

« Mes chiens, c’est comme mes enfants, je ne les abandonnerai pas ! » Stéphane Vromant habite en Guadeloupe depuis 15 ans, mais pour se rapprocher de sa mère âgée, il a décidé de tourner la page et de rentrer dans l’Hexagone. Sauf qu’aucune compagnie aérienne n’accepte de transporter ses chiens (élite, Maxx et Gunior), des bouledogues français, sous prétexte qu’ils sont brachycéphales (face aplatie) et donc sujets à des difficultés respiratoires.

« Une prise d’otage »

Stéphane a frappé aux guichets de toutes les compagnies qui ont des vols au départ de Pointe-à-Pitre pour Paris et même des pays limitrophes. On lui fait toujours la même réponse. « Ils ne sont pas acceptés à bord pour leur bien-être, ni en soute, ni en fret. » Et ses chiens sont trop gros pour voyager en cabine (+ de 7 kg). Alors quelle solution ? Le bateau (paquebots, cargos ou porte containers) ? Stéphane y a bien pensé, mais là aussi c’est niet, pas de chiens à bord. Seul le Queen Mary II accepte de transporter ses bouledogues français, entre New York et l’Angleterre. « Mais je fais comment pour aller jusqu’à New York avec mes chiens ? »

Stéphane, qui dénonce « une prise d’otage », n’en démord pas. « Je veux ramener mes chiens. La Guadeloupe, c’est la France. Elle est où la continuité territoriale ? » Bien décidé à se faire entendre, il harcèle les compagnies. « Pour trouver une solution. » Mais jusqu’à présent, elles sont inflexibles. « On nous dit que c’est interdit, il y a une réglementation (lire ci-contre). » Stéphane, qui comprend leurs réticences, compte tenu des problèmes qu’il a pu y avoir avec certains animaux (lire par ailleurs), leur a proposé de signer une décharge », pour dédouaner la compagnie au cas où un de ses chiens mourrait pendant le voyage. Il attend toujours une réponse.

Pas de retours

Sauf que plus le temps passe, plus la date du retour approche. Stéphane a vendu sa maison et devra partir, coûte que coûte, en début d’année prochaine. Alors pour faire bouger les choses, il tape à toutes les portes. « Des médias locaux et nationaux (RCI, FranceAntilles, France Inter, LCI, 20 Minutes, etc.), des ministères (des Outre-mer et de l’Agriculture), des politiques (Marie-Luce Penchard, Ary Chalus, Gabrielle LouisCarabin, Olivier Serva, etc.), des collectivités (Région et Département), des associations (30 millions d’amis, la Fondation Bardot)… et même de l’Élysée. Stéphane écrit des courriers, envoie des messages sur Facebook et twitte tous azimuts. Pour l’instant, il n’a guère de retours, mais il ne désespère pas. « Je me dis qu’à force… »

Valérie DURU

Une pétition en ligne

Ce combat, Stéphane le mène pour lui et ses chiens, mais aussi pour tous ceux qui sont dans la même galère en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane. Ils sont nombreux, comme Stéphane, à refuser d’abandonner leurs chiens et une pétition circule sur les réseaux sociaux depuis le 22 octobre, — « Tu déménages ? Je viens avec toi ! » —, qui en début de semaine avait réuni 1 676 signatures (1). Elle a été lancée en Martinique, par Stéphanie Morcely, qui fait elle aussi des pieds et des mains pour trouver une solution pour ramener Jude (7 ans), son bouledogue français, dans l’Hexagone, quand son mari sera muté. « Je ne repartirai pas sans mon petit chien. » Elle aussi se dit prête à signer une décharge aux compagnies aériennes.

(1) Sur la page Facebook : Je n’abandonnerais pas mon animal DOM-TOM

Les vétérinaires se mobilisent

Dans un courrier adressé, entre autres, au conseil de l’Ordre des vétérinaires d’Île-de-France et des DOM, le Dr JeanLouis Chiche, président de l’Association des vétérinaires de Martinique, s’inquiète des conséquences de cette réglementation des compagnies aériennes visant les chiens de races brachycéphales et de « ses effets délétères, qui se sont fait rapidement sentir », à savoir : « pression des propriétaires désemparés qui demandent aux vétérinaires de faire de « faux certificats » en modifiant la race sur les documents officiels ; abandons et demandes d’euthanasie ». Pour le vétérinaire du Robert, « du fait qu’il n’existe aucune solution alternative, cela constitue un obstacle à la libre circulation des personnes et des biens. Nous demandons expressément à nos instances professionnelles d’agir au plus vite pour s’adresser à qui de droit afin de faire modifier ces nouvelles règles discriminatoires. »

Pourquoi sont-ils interdits de vol ?

« Ces chiens sont fragiles. Leur capacité respiratoire est diminuée, ils ventilent mal et font facilement un coup de chaud », explique Frédéric Lévêque, représentant de l’ordre des vétérinaires de la Guadeloupe, en parlant des bouledogues et plus généralement des chiens au nez écrasé. À sa connaissance, cela fait déjà plusieurs années que leur transport par avion est sujet à controverse du fait du risque de décès. Et c’est justement la mort d’un bouledogue français qui a conduit àun durcissement de la réglementation. Le 12 juillet dernier, en effet, une femelle bouledogue de 4 ans a été retrouvée morte au débarquement d’un vol Air France Cayenne-Orly. Et ses maîtres ont décidé de porter plainte pour « maltraitance animale ».

AIR FRANCE Trois jours plus tard, la compagnie Air France annonçait sur son site : « Les chiens à nez retroussé de races carlin, bouledogues et boston terrier ne sont plus autorisés par le fret. » Les nez plats ne peuvent plus voyager en soute. Et si le transport en cabine reste possible, il ne faut pas que l’animal pèse plus de 8 kg.

AIR CARAÏBES La compagnie Air Caraïbes annonçait à son tour : « Depuis le 1er octobre, sur les vols transatlantiques, tous les chiens et chats appartenant à une race à nez retroussé — exemples : carlin, bouledogue, boxer, pékinois, shih tsu, chat persan, etc. (1) —, sont interdits en soute et en fret. »

CORSAIR En enfin, Corsair précisait qu’ « à compter du 11 octobre, elle n’accepte plus au transport en cabine ou en soute les quatre races de chiens suivantes : bouledogue français ; bouledogue anglais ; Carlins ; Terriers de Boston ». Précisant par ailleurs qu’il « existe des conditions spécifiques pour le transport des Bullmastiff, bull-terrier, cane corso, dogue allemand, dogue argentin, dogue de Bordeaux, fila Brasileiro, fila de Sao Miguel, mâtin de Naples, dogue des Canaries ou Dogo Canario ». (1) Voir la liste sur aircaraibes.com (2) Les compagnies concernées ont été contactées pour faire le point sur cette réglementation et leur demander si, avec une décharge signée par le maître de l’animal à nez plat, elles pourraient autoriser son transport. Mais hier soir, cette question n’avait pas encore de réponse.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
19 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 10.12.2019
Censure

Etrange cette suppression de mon commentaire qui ne fait que rappeler à ces colon manipulateurs que le sous-développement est entièrement dû au cadre administratif et légal mis en place et porté par l'administration "républicaine".
Certainement pas à la paresse et indolence de ces colorés présentés comme des sous-hommes qui forment la majorité de la Guyane.
La responsabilité métropolitaine a déjà été et sera encore maintes fois reconnue.
Votre censure est encore plus frappante face aux propos haineux des dtc et autres à qui vous laissez cours libre.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 07.12.2019
lieu de naissance

maxx, elite, gunior sont des vrais guyanais

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 06.12.2019

Dès que l'on ose mettre en doute, la qualité des antennes de l'Empire colonial, les pitbulls de la nation interviennent au quart de tour. Végétant avant leur débarquement en Guyane, ils y franchissent les difficultés par cooptation et s'y croient tenus d'y exprimer leur franchouillardise à tout crin...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 05.12.2019

En même temps, les compagnies françaises c'est pas terrible

Répondre Signaler au modérateur
Josse 06.12.2019
Ahou air line

Vous avez raison Melville, euh pardon Gégé.

Localement, on a déjà "air cocaïne" qui a toujours 2 heures de retard.
Vivement "ahou air line" qui ne décollera... jamais.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 05.12.2019
FOUTAGE DE GUEULE

Si c'était le fils d'un, d'une des compagnies, il n'y aurait pas eu de blème, ils auraient trouvé appareil respiratoire siège pour monsieur ou madame de, sarkozy, haliday, madona, etc etc. nous vivons depuis la nuit des temps des injustices.

Répondre Signaler au modérateur
nolive973 05.12.2019

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Josse 06.12.2019

@nolive973.

"... rentrez chez vous...."

hum... vous sentez pas comme une odeur nauséabonde dans votre propos ???


Ceux qui habitent en Guyane, quelque soit leurs origines n'ont pas le droit de se sentir et d'être ici chez eux ? Qu'ils soient militaires, ouvriers ou chômeurs.


Êtes-vous amérindien pour pouvoir prétendre à être Guyanais d'origine?
Ou bien vos racines se situent en Afrique et, comme les colons blancs à l'époque, vous revendiquez des droits sur cette terre qui n'est pas la votre ????

Alors nolive973, où est votre chez vous ??

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 06.12.2019

Josse, toujours la même réflexion idiote de l'Européen basique échoué en Guyane. "Le seul Guyanais est l'Amérindien".

Répondre Signaler au modérateur
Josse 06.12.2019
mon pauvre Gégé, ouvrez les yeux !

Au contraire Gégé !!
Pour moi, toute personne quelque soit son origine, qui vient s'installer en Guyane et qui participe à la vie et à l'économie locale a le droit de se sentir Guyanais.

De ces gens, je retire ceux qui viennent uniquement pour la gamelle:
- Les métros qui viennent pour 3/4 ans et repartent sans jamais rien n'avoir apporter. (a part les impôts)
- Nos voisins qui traversent le fleuve le 5 du mois pour prendre la CAF.
- Ceux qui affluent par centaine de la 1ère colonie devenue indépendante. Et qui une fois ici brulent nos forets, construisent des squats et vivent aux crochets de la société.

Vous en voulez encore des exemples comme ça qui plombe TOUT ici?
Pourquoi n'y a t-il pas assez d'écoles, d’infrastructures, de places à l’hôpital... Pourquoi c'est un puits sans fond dans lequel l’État dépense des fortunes à perte, avec plus de 80% d'assistés.

Votre Guyane, puisque d’après vous, je n'ai pas le droit de me sentir Guyanais, est à nouveau colonisée.
Sauf que cette fois-ci, le colon ne va amener le système de santé, les allocations, l'éducation... au contraire.

Mais pour s'en rendre compte, il faudrait peut-être enlever vos œillères anti-métros.
Vous êtes responsable de ce qu'à fait votre arrière arrière grand père ? moi, non plus.
Qui organisait la traite des esclaves en Afrique ? et qui le fait encore d'ailleurs ?

Alors arrêtez de tout ramener aux méchants blancs. Il serait temps d'évoluer un peu.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 06.12.2019

Josse je reprends ta phrase grandement idiote : " Êtes-vous amérindien pour pouvoir prétendre à être Guyanais d'origine? ". Et tu me réponds une tartine...

Répondre Signaler au modérateur
Josse 06.12.2019

Dans ce cas, Gégé, dites nous ce qu'est pour vous un Guyanais?
Vous ne répondez jamais.

Ça fait des mois, voir des années (si on reprends vos propos à l'époque où votre pseudo était melville) que l'on vous demande votre définition d'un Guyanais.

On vous écoute.

Répondre Signaler au modérateur
m&ms 06.12.2019
Hum

Pas faux...le plus choquant est le lien fort qui existe entre les créoles, descendants d'esclaves et les békés descendants d'esclavagistes. Ces derniers continuent d'asservir les peuples antillo-guyanais mais ce sont les métros qui cristallisent méfiance et colère...un psycho-généalogiste svp pour nous éclairer :)

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 06.12.2019

Toi tu n'es vraiment pas d'ici. Tu as vu beaucoup de békés en Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 08.12.2019

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 09.12.2019

Ce qui est amusant dans la réflexion du raciste de base c'est d'oublier sans cesse que le "vilain immigré" consomme aussi et fait donc lui aussi tourner l'économie.
Autre point, vous oubliez qu'en Guyane, même si vos amis les "vilains métros-colons" de la FPE représentent grosso modo 50% des fonctionnaires, il y a 40% de FPT qui bénéficient des mêmes avantages et qui sont des bons fainéants bien locaux. D'ailleurs, ces fameux avantages s'appliquent parfois aussi à des entreprises privées ou des EPCI. Au final, vous comprendrez que pour supporter des ânes dans votre genre, il faut bien cela. Sinon, vous seriez à votre juste place en terme de développement entre le Guyana, le Surinam et l'état de l'Amapa. On voit comment vont ces beaux pays d'un point de vue socio-économique.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 09.12.2019

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 09.12.2019

Tourner la boutique ? Un nombre non négligeable vient toucher ses primes d'installation, puis passe le week-end sur la Comté entre originaires d'Orléans. Vous trouvez qu'elles fonctionnent vos administrations étatiques en Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 09.12.2019

Rassurez-vous, qu'on vienne d'Orléans, de Bordeaux ou de Besançon, la Guyane demeure française. Pour la Comté, ça semble être votre nirvana... Il faut soigner cette frustration d'autant qu'il y autant de créoles que de métros. Sauf que là bas on peut pas garer son Duster au bord d'une crique comme un gros paresseux version crique patate...Courage Gégé.

Répondre Signaler au modérateur
nolive973 07.12.2019
Mr josse

Bjr me josse, je vous remercie de votre debat car cela fait patie de la libre expression et de la democratie. Je suis blanc de peau mais profondement guyanais depuis 20 ans. J alerte juste sur des fouilles merde qui ont impact sur des personnes qui veulent juste transferer leurs animaux depuis la metropole ou la guyane. Ces gens la sont sont des procedurieux alors que leurs chiens ils auraient pu les prendre en cabine au lieu de les.mettre en soute. Et apres ils deposent plainte ? Ce n est pas une couleur de.peau mais des branleurs de 20-30 ans qui ont impact sur toute une population, je ne supporte pas. Stop aux faux debats sur l origine ou autre, ces gens.la n ont qu a rester chez eux. Je precise que j ai 2 boulots aucune aide.pour.mo enfant.qui.fait une ecole d ingenieur. Blanc noir.je m en tape, juste il faut pas arriver et faire le special procedure qui a un effet sur l ensemble d une population. Alors josse defends tes idees moralistes, et j espere qu un jour cela ne te porteras.pas.prejudice

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Économie

L'artisanat guyanais à l'honneur à Kourou

Aurélie PONSOT - Mardi 10 Décembre 2019

A la une
1 commentaire
1 commentaire