France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIÉTÉ

Inondations : les travaux de la route Maripasoula-Papaïchton peinent à avancer

S.R. Lundi 3 Mai 2021 - 19h59

La piste est impraticable sur plusieurs points kilométriques. - D.R.

 Les travaux sur les trente kilomètres de piste entre Maripasoula et Papaïchton prennent du retard, notamment en raison des récentes inondations.

 Les communes du Haut-Maroni n’ont pas été épargnées par les épisodes de fortes pluies. Sur place, les habitants font face à des crues hors-normes. Images à l’appui, les cours d’eau environnants dont le fleuve Maroni ont largement débordé de leur lit. Les militaires de la gendarmerie de Saint-Laurent-du-Maroni ont notamment été mobilisés pour des livraisons de denrées alimentaires dans les prochains jours. Sur place, plusieurs champs de maniocs ont été submergés par les eaux. 

Les projets routiers sur place se trouvent ralentis par ces phénomènes météorologiques d’une rare intensité. Sergina Télon, première adjointe au maire de Papaïchton, nous explique ce lundi que si la direction générale des territoires et de la mer annonçait une mise en service du premier tronçon de route en milieu d’année, “les travaux ont pris du retard avec la saison des pluies, de ce fait il est clair que le délai sera rallongé” nuance l'enseignante.

Depuis les dernières inondations, la piste qui relie Maripasoula à Papaïchton est coupée en plusieurs points, notamment au niveau de la crique Wallimapan, point terminal du premier tronçon de bitume qui devait être inauguré dans les prochains jours. Mais comme le montre l’image ci-dessus, l’asphalte n’a pas encore pointé le bout de son nez, et les riverains luttent plutôt pour refaire le pont en bois qui permet aux véhicules de franchir la crique.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Sarah Maca 04.05.2021

Quand on parle de ravitaillement sur le haut Maroni, n'aurait-on pas oublié que le transport piroguier des produits périssables existe et a été financé par la CTG, la CCOG, le CNES, le FEDER. Il est à l'arrêt manque volontaire de moyens. Attention en cas de victimes d'intoxication alimentaire pour avoir consommé des produits impropres à la consommation, les pièces à charges existent car c'est un délit passible de sanctions pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement des responsables.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
5 commentaires
1 commentaire
A la une
7 commentaires