France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ASILE

[IMAGES] Démantèlement du camp de Buzaré

Xavier-Paul Le Pelletier Vendredi 12 Février 2021 - 15h45

- XP.LP

Afficher toutes les miniatures

 L'opération d'évacuation de la Pointe Buzaré à Cayenne a démarré mercredi dernier. 152 personnes ont été placées dans des hébergements temporaires. Nos images du site de la Pointe Buzaré. 

 Installé spontanément et de manière informelle au moment où la place des Amandiers a commencé a connaître une saturation de son espace, la pointe Buzaré est devenu le théâtre des conditions de vie difficiles de plus de deux cents migrants.

Des demandeurs d'asile ou des réfugiés pour la plupart campant dans plusieurs dizaines de tentes de fortunes composées de bâches tirées.

L'accès à l'eau, à l'électricité ou à des conditions sanitaires dignes étant inexistants sur ce site connu pour sa grande insécurité qui ne date pas de l'arrivée de ces étrangers ; les autorités ont décidé de mettre en place une logistique permettant aux familles éligibles d'avoir accès à un hébergement dans des conditions respectant le cadre du droit commun ou du droit d'asile.
SINNAMARY, SAINT-DENIS, GALMOT ET SUZINI

Afin de pouvoir procéder à l'attribution des différents logements en fonction des besoins, un recensement a été effectué sur site et a dénombré pas moins de 240 personnes s'étant signalées auprès des autorités.

Médecins du Monde, qui intervient dans le cadre de maraudes en soutien moral à ces personnes ayant fui leur pays, a noté une certaine tension face à l'incompréhension d'un grand nombre des habitants du camps qui ignoraient quelle suite serait donnée à la remise de leur mise en demeure de déménager.

" Nous n'avons pas de rôle officiel comme la Croix Rouge par exemple qui est un opérateur, mais nous rencontrons régulièrement les habitants pour qu'ils nous fassent part de leurs difficultés. Ces derniers jours régnait une tension certaine puisque les gens étaient dans l'inconnue totale, explique l'une des coordonatrice de l'association. Ça n'est qu'une fois les nouvelles rassurantes envoyées par les premiers déplacés que la population encore sur place a pu s'apaiser. "

Le dernier autocar en direction de l'hôtel du Fleuve à Sinnamary est parti ce matin, ce sont donc 45 personnes qui occupent désormais 23 des habitations qui ont été mises en place à l'occasion de la création du centre Covid en 2020. La résolution de la problématique de la scolarisation des enfants n'est pas encore connue, mais le SAMU social aurait assuré les navettes pour ces quelques jours avant les vacances de carnaval.

Dès demain samedi, les personnes éligibles restantes seront amenées sur trois autres sites de l'île de Cayenne. Zone Galmot à proximité de l'ancienne maison de retraite, au campus Saint-Denis dans le site d'une ancienne bibliothèque gérée par la Croix Rouge et au lieu-dit de la "fabrique" à Suzini.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
Société

Grémési Kiko !

par Xavier-Paul Le Pelletier / Photos : Archives France-Guyane, Eugene Epailly, Kathryn Vulpillat / Pierre Rossovich - Samedi 10 Avril 2021

    Gauthier Horth : « Kiko voulait faire revivre l’esprit de Vitalo » Vous avez beaucoup...

Vidéos

Voir toutes les vidéos