France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Engagez-vous à nos côtés »

Propos recueillis par Guillaume REUGE Vendredi 1 Février 2019 - 03h40
« Engagez-vous à nos côtés »
Pour améliorer la prévention routière, une maison itinérante de la sécurité routière et un centre de ressources pour la prévention vont être créés en 2019 / photo DR - reugeg

Le bureau de la sécurité routière et sa directrice, Ghislaine Dondon, attendent une prise de conscience collective et un engagement plus fort des Guyanais dans la prévention routière. En moins de dix jours, cinq accidents dont deux mortels ont émaillé la portion Cayenne-Macouria.

Le gouvernement a fourni le bilan de l’accidentologie pour 2018. Quels sont les chiffres de la Guyane ?

Il faut encore patienter pour avoir un bilan définitif pour la Guyane. Mais on peut déjà affirmer qu’il y a beaucoup moins d’accidents et de blessés en 2018 qu’en 2017. En revanche, le nombre de tués est en nette augmentation. C’est plutôt inquiétant, d’autant plus au regard de la série d’accidents qui vient de se produire sur la portion Larivot-Macouria.

Quelles solutions sont envisagées par le bureau de la sécurité routière pour diminuer l’accidentologie sur ce bout d’asphalte ?

À la demande de la commune de Macouria, tous les acteurs de la prévention routière ont été réunis. Une action est prévue le 6 février à Soula sur l’alcool au volant et le partage de la route. Des gilets réfléchissants seront aussi distribués et la police municipale a émis le souhait de pérenniser ces actions. Nous allons être plus présents sur Macouria.

Est-ce suffisant ? Que pensez-vous de la proposition d’internautes de filmer et diffuser en ligne les comportements à risque de certains automobilistes ?

Je pense que la délation est moins porteuse que se rendre sur le terrain pour prêcher la bonne parole. C’est bien de s’indigner mais il faut s’engager à un moment. J’appelle les Guyanais à venir à nos côtés et nous accompagner sur des actions de prévention. Nous avons une cinquantaine d’intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR) mais ce sont toujours les mêmes sur les actions. Nous avons besoin d’intervenants formés, de citoyens engagés dans la réserve civique. Il nous faudrait des IDSR dans chaque commune. Nous sommes par ailleurs en train de rédiger le plan départemental des actions de sécurité routière pour 2019. Tous les porteurs de projet sont les bienvenus.

Et les comportements des automobilistes ?

Je me questionne sur le niveau de formation de certains conducteurs qui n’ont pas les moyens de se payer trente séances de conduite et qui passent peut-être un permis au rabais.

Pourquoi le message de la prévention passe-t-il mal ?

Il n’y a pas de continuum dans l’éducation à la sécurité routière ni de culture de la prévention en Guyane. Elle doit être mise en place dès l’enfance, en famille, mais aussi à l’école. C’est une obligation d’enseigner la prévention routière, mais ce n’est pas fait en Guyane parce que les professeurs ne sont pas formés. Les partenariats avec le rectorat sont au point mort. La semaine dernière, nous faisions de la prévention au collège Gérard-Holder, à Cayenne, où les élèves sont nombreux à se rendre à pied et à vélo. Sur 550 jeunes, un seul avait un casque et un gilet. Ils ne sont pas du tout sensibilisés. Et bien nous allons refaire une action de prévention dans cet établissement, mais cette fois-ci, à destination des familles.

Pour améliorer la prévention routière, une maison itinérante de la sécurité routière et un centre de ressources pour la prévention vont être créés en 2019 / photo DR - reugeg
sécurité routière - reugeg
Encore un accident à Macouria

Un nouvel accident, le cinquième en janvier, s’est produit mercredi soir sur la RN1, à Macouria. Comme dimanche, cet accident a eu lieu au carrefour de la Carapa où deux voitures sont entrées en collision. Et comme dimanche, l’un des conducteurs était ivre. Un jeune homme de 31 ans qui roulait avec 1,26 gramme d’alcool par litre de sang. Il a été entendu hier par les gendarmes de Macouria dans les locaux de la brigade territoriale. Il devrait selon toute logique recevoir une convocation pour une comparution devant le tribunal correctionnel de Cayenne.

Sa victime, une femme de 54 ans, a eu la jambe brisée et a été hospitalisée à l’hôpital de Cayenne.

Le conducteur de la voiture qui roulait dans le sens Cayenne - Kourou était alcoolisé. Il conduisait avec 1,26 grammes d'alcool par litre de sang. - DR
« Trop théorique »

« Les périodes de carnaval ou de vacances sont propices aux excès. Les gens font la route pour Kourou ou Sinnamary le dimanche sans faire attention à l’alcool, la drogue, la fatigue. Ce sont de grands discours alors que des vidéos courtes, chocs ou mettant en scène des jeunes nous parleraient plus. »

sécurité routière - reugeg
« C’est à cause des infra- structures  »

«  S’il y a autant d’accidents sur les routes, c’est à cause des infrastructures. Et je ne vois pas de volonté politique locale ou nationale pour les améliorer. Nous avons les ingénieurs les plus nuls, en Guyane. Il n’y a qu’à regarder le pont du Larivot : c’est une antiquité.  »

sécurité routière - reugeg
«  C’est de la poudre aux yeux »

« Le projet de doubler la portion Larivot-Macouria avec une 2X2 voies, c’est de la poudre aux yeux. Cela fait des années que nous en entendons parler et pour moi, c’est électoraliste. Mais oui, c’est une route dangereuse. De nuit, de jour, je m’y fais doubler à grande vitesse. »

sécurité routière - reugeg
Accrochages quotidiens »

«  Nous sommes dépendants d’un seul itinéraire, d’un seul pont. ça multiplie les risques. On en parle parce qu’il y en a eu de graves, mais les accrochages sont quotidiens sur cette portion. Je vais souvent à la Carapa et, le soir, avec le manque d’éclairage, c’est dur d’évaluer la vitesse. L’intersection est dangereuse. »

sécurité routière - reugeg
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Bouaké 01.02.2019
Le comportement des automobilistes!!!

A part un comportement lamentable de certains automobilistes... quels discours, prévention sont utiles, quand, par exemple, la seule différence avec la limite à 80 km/h c'est que les gens qui la respectent se font maintenant doubler par les camions! La seule chose que les français respectent, c'est la peur du gendarme.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
7 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire