• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

Des chambres d'hôtel et un nouveau centre d'accueil à Cayenne pour les migrants de la Pointe Buzaré

Samir MATHIEU Jeudi 4 Février 2021 - 16h42
Des chambres d'hôtel et un nouveau centre d'accueil à Cayenne pour les migrants de la Pointe Buzaré
Le sous-préfet Daniel Fermon, à la manoeuvre concernant le démantèlement à venir de la Pointe Buzaré, avec les partenaires, police municipale de Cayenne, CCAS de Cayenne, Samu Social ou encore Croix-Rouge... - Samir MATHIEU

La préfecture de la Guyane multiplie les initiatives pour présenter le dispositif de prise en charge des migrants qui occupent illégalement la Pointe Buzaré depuis de nombreux mois à Cayenne, à moins d'une semaine du démantèlement du camp. Des chambres d'hôtels sur l'île de Cayenne et Sinnamary seront mises à disposition pour une centaine d'entre eux. 60 d'entre eux seront pris en charge dans un nouveau centre d'accueil d'urgence, géré par la Croix-Rouge.

Comme nous vous l'annoncions dès ce mercredi, une importante opération de démantèlement du camp de migrants de la pointe Buzaré à Cayenne, aura lieu la semaine prochaine. Le sous-préfet Daniel Fermon a annoncé qu'elle débutera mercredi prochain, pour se poursuivre sur la fin de la semaine. L'objectif est l'évacuation des quelques 241 migrants, officiellement recensés lors du dernier comptage effectué ces 10 derniers jours, sur le site, par les autorités et associations humanitaires. Ce démantèlement est intitulé sobrement par la préfecture "opération de mise à l'abri" des migrants. Et c'est bien sur l'aspect "sécuritaire" et "sanitaire" que la préfecture insiste.
Des centres d'accueil d'urgence à Galmot et pour les hommes seuls à Suzini
Daniel Fermon, le sous-préfet, en charge entre autre, des questions sécuritaires en Guyane a évoqué "une mise à l'abri d'un public pluriel, composé de réfugiés et demandeurs d'asiles, avec la prise en compte des critères de vulnérabilité". Concrètement, 152 personnes parmi les 241 qui occupent le site, sont éligibles aux mesures d'aides et de prises en charge, qui intègrent notamment les solutions de relogement. Sur cet aspect là, la préfecture, accompagnée par la mairie de Cayenne, à travers son CCAS (Centre communal d'action sociale), la Croix-Rouge et le Samu social, est passée à l'offensive.

Si l'une des difficultés évoquées ces derniers mois, était l'absence de solutions de relogement, cet obstacle semble en partie avoir été levé. Daniel Fermon a évoqué des discussions avec les partenaires qui ont "permis d'avancer". La Croix-Rouge est en train de créer un nouveau centre d'accueil d'urgence. Il s'agit d'algecos qui seront installés du côté de Galmot à Cayenne, et permettront d'accueillir 60 migrants. Ces structures provisoires permettront d'accueillir, sur une durée d'environ un an, une soixantaine d'hommes et de femmes, "dans des conditions humaines" a expliqué Benoît Renollet, le directeur territorial de la Croix-Rouge en Guyane. "Il s'agit d'une structure semi-pérène qui va accueillir à Galmot, au centre de Cayenne, un certain nombre de personnes sur un terrain nu, sur lequel on créé toutes les conditions sanitaires, avec les eaux usées, l'éclairage et la sécurité nécessaires", rajoute Benoît Renollet. Il y aura également des lieux de vie avec cuisines et sanitaires sur place. Des travailleurs sociaux et agents de sécurité complèteront le dispositif qui permettra aux résidents de vivre le mieux possible sur place. Le budget prévisionnel de cette structure d'accueil d'urgence s'élève à environ 30 euros par jour et par personne. La viabilisation du terrain se chiffre à environ 150 000 euros. "Ces prix offrent un ratio intéressant pour un investissement de ce type sur une durée d'environ un an" précise le directeur territorial de la Croix-Rouge, qui met en avant l'aspect économique de cette structure.

Parmi les offres de relogement, un dispositif d'accueil collectif pour les hommes seuls va aussi être réactivé du côté de Suzini, non loin du dojo. Il permettra d'accueillir des hommes, qui vivent seuls. 

Réginaldo Grace-Etienne, directeur du CCAS de Cayenne, a participé au travail d'évaluation de la vunérabilité des populations vivants sur le site. Le CCAS a donc aidé à la livraison des aides alimentaires d'urgence. Et il va travailler avec les associations et la préfecture "sur l'organisation des choses après l'opération d'évacuation de la pointe Buzaré". 
"Les images de la pointe Buzaré ont fait le tour du monde"
Daniel Fermon a insisté sur "la vraie nouveauté" qui consiste à trouver "une solution à l'échelle départementale", en prenant pour exemple "la proposition du maire de Sinnamary qui a offert de mettre à disposition l'hôtel du fleuve qui accueillera une partie des personnes actuellement présentes à Buzaré". Le sous-préfet a évoqué un travail "d'explication aux habitants des communes concernées" pour faire accepter ces décisions. Pour Daniel Fermon, l'Etat se retrouve "obligé de trouver des solutions innovantes" : "il nous fallait régler d'abord la situation de la pointe Buzaré. Ce n'téait pas acceptable aussi pour l'image de la Guyane. Il faut savoir que les images de la pointe Buzaré ont fait le tour du monde. Et on a pas envie de se revoir dans 6 mois pour gérer une situation de la même nature." a rajouté Daniel Fermon, précisant "que des discussions vont être engagées pour s'engager vers un document cadre qui permettra la création d'un CADA". Et de rappeler à destination des associations : "On est à l'écoute de toutes les bonnes volontés. Il vaut mieux voir le verre à moitié plein plutôt que de le voir à moitié vide".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Laguya2020 05.02.2021
Bienvenue

Avec une densité de 3,5 habitants seulement par km2, on dira qu'il y a de la place en Guyane pour de futurs arrivants..des assistés certes mais aussi de futurs consommateurs..et espérons le de futurs travailleurs et entrepreneurs.
..il faut être audacieux et courageux pour venir de Palestine, de Syrie, de Cuba (même si plus proche) pour tenter sa chance en Guyane....
Un yéménite m indiquait récemment,face à la plage recouverte de vase, que son objectif était cependant l Hexagone (ah femmes Paris très cholies)...
En attendant bienvenue à bord!
Il y a aussi de belles guyanaises, haïtiennes et brésiliennes pour les célibataires !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
4 commentaires
1 commentaire
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos