• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Comprendre la situation du gaz chez nous en quatre points

HRE Dimanche 2 Août 2020 - 08h52
Comprendre la situation du gaz chez nous en quatre points
Archives

L’ensemble du territoire guyanais connait depuis plusieurs mois une tension sur l’approvisionnement en gaz des usagers et nous sommes tous témoins des longues files d’attente devant les dépôts et autres fournisseurs.

Par voie de communiqué, la SARA confirme bien qu’il n’y a pas de pénurie de gaz en Guyane. Le stock de la SARA couvre les besoins de la Guyane pour 72 jours et "nous n’avons aucun problème de stockage" précise la direction de la Société Anonyme de Raffinerie des Antilles.

Alors comment expliquer la situation actuelle?
Le sur-stockage dans les foyers
Craignant la pénurie, de nombreux consommateurs stockent plusieurs bouteilles de gaz dans leur foyer, ralentissant le turn-over au sein de l'usine de la Sara.
L’achat en surnombre de bouteilles vouées à la revente
Il ne faut pas nier qu’un marché parallèle s’est constitué et que certains essayent de tirer profit de cette situation. La vente de bouteilles sur internet et dans les quartiers a explosé. On constate des prix 4 fois supérieur à la normale.
Les contrôles réglementaires
Les responsables de la raffinerie expliquent : "nous procédons à des contrôles réglementaires sur toutes les bouteilles qui nous reviennent. Avec la tension du marché, 3 % des bouteilles de gaz ne passent plus les contrôles et sont directement hors service". 15 à 20% des bouteilles ont plus de 10 ans et sont soumises à une épreuve réglementaire.
L’augmentation du marché (363.716 bouteilles en 2019, soit +21% en 10 ans)
La population Guyanaise augmente et la demande en bouteilles de gaz également. Nous avons livré 6900 bouteilles de plus au 1er semestre 2020 en comparaison avec le 1er semestre 2019. Dans ce contexte, l’Ouest représente environ 40% de la demande.

Cette situation nécessite sur une réflexion sur la logistique de la part de tous les acteurs (du consommateur aux services de l’état). Et la Sara de rappeler :"nous avons proposé plusieurs projets permettant de rééquilibrer l’offre et la demande sur le territoire ; mais nous ne saurions aller à l’encontre de la volonté des parties intéressées".

Enfin il faut indiquer que la Sara et l’ensemble de ses collaborateurs en Guyane ont été mobilisés durant tout le confinement et travaillent encore actuellement avec engagement et exigence, pour approvisionner en qualité et en quantité tous les Guyanais

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 03.08.2020
Intervention de l'ETAT, pour ou contre ?

Sur-stockage ? L’achat en surnombre ?
Depuis des mois, plusieurs revendeurs agréées ne font plus de nouveau contrat, ils ne vendent qu’à la condition de rapporter une bouteille de gaz en échange d’une autre.

Les projets proposés de la Sara, pouvons-nous en savoir plus ? Dans le genre d’un gaz de ville ou de petites doses de gaz hilarant tout le long des files d’attente ?

Le problème ne vient-il pas surtout du prix fixe empêchant tout bénéfice « motivant » à un réapprovisionnement efficace comme cela pourrait être le cas peut-être avec une « liberté » de tarification par chaque commerçant.
Vive le libéralisme s’enthousiasmeront certains sous le cri d’autres habitants où une bouteille de gaz pourrait atteindre des prix pharamineux !

Répondre Signaler au modérateur
aucun 02.08.2020
oui et donc ?

alors tous ces gens qui nous expliquent depuis des semaines que tout va bien, c'est gentil, mais concrètement, quand ma bouteille de gaz sera vide, je devrais aller où ? Au chinois ? A la station essence ? Ou sur le Bon Coin ??? on veut du pratique, pas des excuses !

Répondre Signaler au modérateur
Laurent du maroni 02.08.2020
Compléments

Bon article, clair et concis. Peut-être rajouter que c'est une façon pour la SARA de mettre la pression sur SLM qui a des difficultés à accepter l'implantation du usine de stockage sur son territoire, que certaines logiques de "politiques vertes" freinent la bonne organisation du commerce de l'énergie fossile et que , par ailleurs, le "chacun pour sa gueule et Dieu pour tous !" est presque inscrit dans la coutume locale

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une