• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Economie / Vie locale

Commerçants et agriculteurs réclament la réouverture du marché de Cacao

Samuel Zralos Lundi 28 Septembre 2020 - 16h28
Commerçants et agriculteurs réclament la réouverture du marché de Cacao
Le marché de Cacao en temps normal (photo d'illustration). - Merwen BA/Wikimedia/GNU Free documentation license

Le marché de Cacao reste fermé depuis le début de la crise sanitaire, des travaux doivent y être effectués. Les commerçants locaux dénoncent une situation « critique » et demandent aux autorités une solution de remplacement.

Fatigués par six mois de fermeture du marché de Cacao, les exposants locaux se sentent abandonnés et exigent de la mairie qu’elle trouve une solution permettant à chacun d’entre eux de reprendre leur activité.  « On ne peut pas attendre les élections, les élus actuels doivent trouver solution rapide », s’exclame ainsi Lucie Soler. Malgré une rencontre avec un élu vendredi 25 septembre au soir, elle n’est pas rassurée : « On a l’impression que rien n’a été réfléchi ».

Karl Léveillé, directeur général des services à la mairie de Roura, explique la non-réouverture par plusieurs éléments. « De nombreuses situations techniques défavorables qui font que le bâtiment doit être sécurisé » d’une part, la crise sanitaire et l’absence d’une nouvelle équipe municipale avant fin octobre d’autre part. Il affirme « comprendre » la colère des commerçants, mais être impuissant face à cet « enchaînement de situations pas favorables ». « Tous ces évènements ont fait qu’il n’y a pas eu de décision politique. »
Trouver une solution pour tous

Il explique que les travaux du marché couverts sont nécessaires, ce qui empêche de le rouvrir. D’ici à la réhabilitation du bâtiment, la mairie envisage en revanche d’autoriser la vente à la salle des fêtes de Roura, pour répondre aux protestataires. Une solution « insuffisante » estime Lucie Soler, qui précise que l’élu rencontré vendredi aurait lui même déclaré cette salle trop petite pour accueillir l’ensemble des exposants. «  Pourquoi ne pas utiliser le stade ? », s’interroge la maraîchère, qui veut une solution temporaire accessible à l’intégralité de ses collègues, « dans une situation critique ».

Ses confrères et elles « acceptent » les besoins de réhabilitation, mais en dénoncent le timing. Ils ne comprennent pas pourquoi, alors que « les élus savaient déjà que la toiture était à refaire », les problèmes n'ont pas été réglés depuis le début de la crise sanitaire. « Pendant six mois ils avaient largement le temps de faire les travaux », juge Lucie Soler, « c’est pour ça qu’on en veut un peu à nos élus ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
4 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire