• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SOCIÉTÉ

Ces tentatives de hameçonnage qui imitent l'Assurance Maladie par SMS, appel et mail en Guyane

Jade Letard-Methon, j.letard-methon@agmedias.fr Vendredi 22 Avril 2022 - 14h07
Ces tentatives de hameçonnage qui imitent l'Assurance Maladie par SMS, appel et mail en Guyane

 “Ameli : votre nouvelle carte vitale est disponible, faites votre Carte Vitale”. Vous avez peut-être reçu un SMS similaire ces temps derniers, qui vous invite à cliquer sur un lien joint : n’en faites rien puisqu’il s’agit tout bonnement d’une tentative d'hameçonnage. Les gangsters du web se diversifient dans leurs pratiques et cette fois-ci l’Assurance Maladie en fait les frais. Qu'il s'agisse de message texte, d'appels ou de mails, il existe de bons réflexes pour rester sur vos gardes. Focus.

Une menace de suspension des droits inexistante
Ces tentatives d’arnaques dématérialisées sont opérées autant par appels téléphoniques, que par mail ou par SMS. Toutes n’ont pour seul et unique but d’extorquer des données personnelles ou des deniers aux assurés de l’Assurance Maladie en les incitant à activer le lien envoyé ou à communiquer des informations de vive voix (quand il s’agit d’appels téléphoniques). Les plateformes mises en place par les malfaiteurs sont, plus souvent que rarement, développées hors du territoire national, ce qui ne facilite en rien le démantèlement et l’appréhension des personnes qui se trouvent derrière. À ce jour, l’Assurance Maladie peut seulement être présente sur le terrain de la prévention pour sensibiliser ses assurés à ces fléaux qui arrivent par vagues évolutives.

À partir du moment où on vous demande vos coordonnées bancaires, un code, qu’on vous propose de renouveler votre carte vitale au motif de suspension de votre prise en charge Assurance Maladie, ce n’est absolument pas possible !”, martèle Thierry Joseph, directeur Maladie et Relation Clients à la Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Guyane. Vous l’aurez donc compris, prudence – et méfiance dans ce cas précis - est mère de sûreté. Si vous n’êtes pas sûr du message qui vient jusqu’à vous, prenez toujours l’habitude de le vérifier en faisant la démarche en sens inverse, sans jamais donner d’informations dans le même temps.

Si la CGSS Guyane a reçu de nombreux signalements, elle n’en est pas inondée pour autant, ce qui laisse à penser qu’il s’agit d’une vague passagère. Avec le contexte de la crise sanitaire, les institutions et organismes ont développé plus en avant la dématérialisation de leurs services. “ Ça a aussi incité les usagers à avoir recours davantage aux téléservices et aux services en ligne. Cela a évidemment donné un certain nombre d’idées aux malfaiteurs pour qu’ils s’engouffrent dans la brèche”, explique encore Thierry Joseph.

Une recrudescence de ces tentatives de hameçonnage est observée par les services de la CGSS Guyane, sur le territoire, ces derniers temps. - Capture d'écran/JLM


Que faire concrètement pour reconnaître ces arnaques ?

 
Si vous êtes démarchés téléphoniquement, le seul numéro qui prime est le 3646 ; il y en a bien d’autres mais ils sont spécifiques et disponibles sur le site de l’Assurance Maladie. Ne rappelez donc jamais une personne, qui vous laisse un message en se faisant passer pour un conseiller et qui vous invite à rappeler un numéro fortement surtaxé pour vous soutirer de l’argent indirectement. Sachez également, qu’aucun conseiller de l’Assurance Maladie ne vous demandera de lui donner des identifiants de connexion ou votre numéro fiscal. Toutefois, notez que lors d’un échange avec un agent de l’Assurance Maladie, il peut vous être demandé une partie de votre RIB (jamais la totalité) afin de sécuriser l’échange.

Si vous êtes contacté par mail, intégrez que l’Assurance Maladie ne demande jamais de données telles que vos informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires en dehors de l’espace sécurisé que représente Ameli.fr. Les réseaux sociaux, quant à eux, ne représentent jamais un moyen de communication entre l’assuré et l’Assurance Maladie. Pour l’entité, c’est un moyen de préserver la vie privée de l’usager.

L’Assurance Maladie peut établir le contact via SMS pour communiquer mais, à ce moment-là, le lien reçu vous redirige vers des pages d'information du site ameli.fr, ou vers le service declare.ameli.fr ou vers le compte Ameli. Vous y accédez avec vos identifiants de connexion. Là encore, l’Assurance Maladie ne vous demandera jamais vos informations médicales, votre numéro de sécurité sociale ou vos coordonnées bancaires. Enfin, dans le cadre du “contact tracing” (mis en place pour accompagner les personnes touchées par la Covid), le dispositif a évolué vers des appels ou des SMS. Par message, l’échange avec l’assuré prend la forme d’une conversation guidée à laquelle il doit répondre précisément. Cette façon de faire, inédite, peut être imitée par des opportunistes mal intentionnés mais, là encore, aucune information sensible ne vous sera demandée.

 
Quoi que l'on vous dise, vous ne risquez pas une suspension de vos droits d'assuré si vous ne communiquez pas vos informations personnelles. - Capture d'écran/JLM
Pour en savoir plus : 
Retrouvez des compléments d'informations (numéros de téléphone, sites Internet, etc.) ainsi que des moyens de signalement à l'adresse suivante : www.ameli.fr/guyane/assure/droits-demarches/principes/attention-appels-courriels-frauduleux
 

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

jayjay5 22.04.2022
Russes

Sur Facebook beaucoup de gens disent que c'est "Russie" qui organise ses piratages. Comme y sont ruiner, y faut qui fauche les gens ! Ne répondez jamais !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
12 commentaires
17 commentaires
A la une